Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Sécurité embarquée : Inside Secure s’accroche

internet-des-objets-articleAu premier semestre 2015 ses ventes ont chuté de 45,6 %, à 35 millions de dollars. « Après le point bas atteint au premier trimestre, Inside Secure a enregistré un niveau d’activité en croissance au deuxième trimestre, mais qui demeure inférieur à nos attentes. » avoue Rémy de Tonnac, président du directoire, qui explique ces mauvais chiffres par « la décroissance anticipée d’une partie de nos activités semi-conducteurs » et la faible montée en puissance de l’activité sécurité embarquée dont le décollage est « attendu » pour le second semestre.

Inside Secure enregistre donc 10,8 millions de perte malgré la réduction de ses frais de R&D, marketing et généraux. A la même période l’an dernier, le groupe aixois affichait 3,24 millions de gain, mais cette marge incluait, il est vrai, l’accord exceptionnel de brevets NFC signé avec Intel. Deux heures après l’annonce de ces résultats, l’action Inside Secure perdait 9,28 % à 1,76 euro. L’action avait connu un pic à 5 euros en juin 2014, depuis, elle ne cesse de baisser. Elle a même touché son plus bas niveau historique, à 1,31 euro le 22 septembre.

Espoirs dans la sécurité embarquée, notamment aux États-Unis

« Nous estimons qu’aucun acteur du marché n’est capable d’égaler notre offre pour l’Internet des objets, le paiement mobile ou les contenus audio et vidéo premium » positive Rémy de Tonnac. Le groupe a d’ailleurs signé plusieurs contrats significatifs. Un contrat de « plusieurs millions de dollars » avec l’une des trois premières banques américaines pour renforcer la sécurité de ses applications mobiles. Idair, co-entreprise de Panasonic Avionics et de Lufthansa, a également choisit Inside Secure qui va équiper ses solutions de divertissement et communication en vol avec le module de sécurité embarquée DRM Fusion. Inside Secure assure que 100 millions d’applications protégées par DRM Fusion Agent ont déjà été téléchargées dans le monde. « Notre solution DRM Fusion Agent est la référence absolue du marché. » se réjouit Martin Bergenwall, vice-président exécutif de la division sécurité mobile. Un avis semble-t-il partagé par Cyber Defense Magazine qui l’a nommé « solution DRM la plus innovante de l’année 2015 ».

Pour s’imposer aux Etats-Unis, le groupe a créé le poste de Vice-président exécutif du Marketing qui sera occupé par Trevor Daughney, un ancien directeur du marketing mondial de la branche entreprise de Symantec, passé depuis par l’éditeur de sécurité Actiance. Enfin, sa stratégie pour mieux valoriser ses brevets porte ses fruits. Inside Secure et France Brevets ont réussi à faire condamner le constructeur HTC pour contrefaçon en Allemagne. Le groupe français a fait savoir qu’il comptait négocier des indemnités avec le constructeur taïwanais. Aux Etats-Unis, Inside Secure a assigné en justice Samsung pour les mêmes raisons. Affaires à suivre.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *