Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Un réseau LoRa accessible gratuitement…

Objenious, la filiale de Bouygues Telecom dédiée à l’Internet des Objets, lance « Genius Kit », un kit de développement de solutions applicatives métiers à l’attention de la communauté des développeurs (développeurs, startups, écoles…).

Ojenious-KIT-article

Le kit intègre des capteurs (accéléromètre, gyroscope, température), un bouton poussoir et une interface logicielle permettant de le paramétrer

Ce mois-ci, Objenious lance son kit de développement en direction des développeurs, start-up et autres étudiants ingénieurs… qui souhaitent tester le réseau LoRa de l’opérateur en fonction de besoins spécifiques. « Ce sera une façon d’élargir notre écosystème, explique Stéphane Allaire, PDG d’Objenius. Les start-up, par exemple, pourront l’utiliser gratuitement pendant un an. Elles peuvent déjà en faire la demande via notre site internet ». Ce kit permet principalement d’accélérer le développement de capteurs IoT, en passant rapidement de la preuve de concept à l’industrialisation d’un produit fini.

Objenious, tout comme ses concurrents sur le marché*, souhaite détecter les projets prometteurs dans l’IoT dans le but de les accompagner sur le long terme au niveau technique comme financier.  « L’idée est de valoriser notre réseau. Et, en parallèle, nous détectons des besoins similaires chez nos clients afin de lancer prochainement nos propres offres standards, poursuit-il.

Tout a démarré il y a six mois, quand Bouygues Telecom lançait Objenious, sa filiale d’une trentaine de personnes consacrée à l’Internet des objets (IoT). Un secteur sur lequel l’opérateur avait initié déjà l’an dernier, pour la partie connectivité, la construction de son propre réseau LoRa en France.

Aujourd’hui, le réseau de l’opérateur couvre 50 % de la population sur 32 agglomérations. D’ici à la fin 2016, il devrait mailler tout le territoire avec les 4 000 antennes qu’il aura installées (un réseau Lora national s’évalue en quelques dizaines de millions d’euros, contre plusieurs centaines pour une infrastructure mobile).

En parallèle, Objenius, qui vise l’international, a annoncé mi-mai la signature du premier accord d’itinérance LoRa aux Etats-Unis avec Senet, un acteur de la télé-relève de compteurs de gaz dont le réseau est déployé à Boston, New York, Los Angeles, San Francisco… Un partenariat gagnant-gagnant car les objets LoRa aux Etats-Unis fonctionneront également sur le réseau Objenius en France. Un exemple ? Une valise (transportant un objet Lora) qui se perdrait entre Paris et NYC pourrait se connecter au réseau et indiquer sa position. « Nous sommes également en cours de discussion avec une majorité des seize opérateurs qui déploient des réseaux Lora dans le monde pour établir de tels accords de roaming, précise Stéphane Allaire, comme China Telecom et Tata Communications et une quarantaine d’autres sont en cours de tests. » Une alliance qui compte aussi parmi ses 180 membres au niveau mondial de très gros « fabricants » de matériels électroniques comme les chinois Foxconn ou le coréen Samsung, ce qui permettra de faire baisser les coûts.

Ainsi, en déployant un tel réseau, Bouygues Telecom permet aux entreprises de connecter leurs objets à faible consommation sur de grandes distances, en France comme à l’international. « Aujourd’hui, nous comptons plus d’une vingtaine de clients sur notre plateforme de production », poursuit Stéphane Allaire. Un volume d’utilisateurs qui représente, à terme, plus de 10 millions d’objets connectés…

Data Access et Data Vision

Actuellement, Objenius propose deux offres, qui s’appuient sur sa plateforme Spot. L’une sur la data : « Avec Data Access, on offre l’accès au réseau et à la plateforme de gestion des objets avec une identité unique par objet », explique-t-il. Les données sont ensuite renvoyées vers les serveurs du client ou gérer sur ceux d’Objenious (qui a notamment travaillé avec Bull-Atos pour développer son système de sécurité).

La seconde offre, Data Vision, permet d’analyser les informations métiers produites par les objets et de générer des tableaux de bord (dataviz) indispensables pour leur pilotage. C’est là où des partenariats entre Objenius et des start-up peuvent intervenir pour y « mettre de la valeur ajoutée ».

Toute l’offre d’Objenius est basée sur un capteur de la taille d’une pièce de 2 euros doté de 11 fonctionnalités pour détecter les mouvements, la température, les vibrations, etc., et qui fonctionnera entre six et douze mois. « Fixé sur la machine de son choix par exemple, l’objet permet d’être alerté d’une défaillance ou d’une montée en température dans une pièce…, illustre Stéphane Allaire. Pour Primagaz, des capteurs ont été installés pour analyser le taux de remplissage des bouteilles, ce qui leur permet d’anticiper les besoins de leurs clients et de mieux gérer leurs flux logistiques. Pour la jeune pousse Wistiki, nous avons créé une offre prépayée qu’il refacture en une seule fois dans le prix d’achat de leur porte-clefs connectés… »

Comme on le voit, les premiers cas d’usages multisectoriels (énergie, logistique, industrie, agriculture…) développés autour de ces objets, sont très divers.  Par exemple, Energisme avec Objenious, travaille pour une grande enseigne de la distribution : « La pose de capteurs a permis de comparer la consommation de nombreux équipements électriques sur leurs différents sites en vue de faire baisser la facture énergétique. Ceci leur a permis de découvrir les anomalies et de les corriger », explique-t-il.

Au sein même de son groupe, la « petite » filiale intervient également, notamment dans la branche Energies & Services, « pour qui nous avons posé des capteurs sur des pompes. A force de vibrer, quand elles nécessitent d’être revissées, nos capteurs envoient l’information à l’opérateur de maintenance. Dans une autre usine, 1 000 machines consomment beaucoup d’huile, indispensable pour éviter la casse et les pannes. Pour faciliter la maintenance prédictive, nos capteurs surveillent en continu le niveau et la qualité de l’huile dans ces machines… En fait, à chaque fois, nous partons d’un besoin primaire, et après nous intervenons sur plusieurs choses… L’une entraînant l’autre », explique-t-il.

Des start-up pour les solutions applicatives métiers

Pour fournir toutes les briques technologiques nécessaires à sa plate-forme et à ses clients, Objenious s’appuie sur une multitude de partenariats (HP, Bull-Atos…) et plusieurs fabricants pour les différents types de capteurs (détecteur de fumée de Finsecur ; trackers GPS d’Abeeway, Eolane…). Toutefois, la société s’intéresse de près aux start-up, étant à la recherche de nouveaux cas d’usage et de technologies disruptives pour développer de nouvelles solutions applicatives métiers. « Nous faisons beaucoup de veille sur ces sujets pour en repérer. Parfois, nous rencontrons des jeunes pousses grâce à nos clients ; d’autres fois, elles viennent directement nous voir. Nous restons très ouverts, conclut Stéphane Allaire. Le Kit Genius est aussi là pour mieux les connaître et travailler ensemble ».

* En France, Objenious concurrence Orange qui a rejoint l’alliance LoRa cette année, et SFR…  Mais également Sigfox directement, Qowisio, M2ocity… 

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *