Cet article fait partie du dossier

[DOSSIER] Agriculture : des hommes et des champs connectés
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Christophe Fouillé (Objenious) : « Les agriculteurs veulent du concret et des solutions industrialisables »

Christophe Fouillé, spécialiste marketing chez Objenious*, notamment de l’agriculture connectée, répond à nos questions, en avant-première du Salon de l’Agriculture, où seront présents plusieurs de ses partenaires.

| Cet article fait partie du dossier « Agriculture : des hommes et des champs connectés »

Christophe Fouillé (Objenious) : « Les agriculteurs veulent du concret et des solutions industrialisables »

Christophe Fouillé, spécialiste marketing chez Objenious

Alliancy. Quels sont les enjeux de l’internet des objets (IoT) pour l’agriculture ?

Christophe Fouillé. Clairement, l’agriculture a initié sa transformation numérique comme on le voit dans toutes les autres industries. Toutes les nouvelles technologies intéressent ce secteur, dont l’internet des objets. Depuis deux ou trois ans, les start-up comme les grands groupes s’y intéressent fortement, en vue de baisser les coûts, autant du côté des intrants ou des utilités que du matériel et de la logistique. Il y a également un énorme enjeu sur la qualité des produits et leur traçabilité. On le voit notamment avec les affaires récentes de Lactalis et de la Cooperl : ces groupes agroalimentaires ont de plus en plus besoin de faire du tracking de produits.

Sur tous ces sujets, à quel niveau intervenez-vous ?

Christophe Fouillé. Nous fournissons des technologies qui sont à deux niveaux : le réseau bas débit qui va permettre de connecter tout type de choses sur le terrain, et des fonctionnalités de géolocalisation. Pour fournir ces deux grands enablers technologiques, nous travaillons avec tout un écosystème de partenaires que sont des fabricants de capteurs jusqu’à des fournisseurs de plates-formes métiers avec du big data ou de l’intelligence artificielle…  afin de mettre en œuvre sur le terrain des solutions complètes. On est de fait au cœur de la solution, en étant agrégateur des différentes compétences nécessaires pour la mise en œuvre de la solution de bout en bout. Et nous sommes capables d’aller chercher les bons partenaires en fonction de la problématique posée.

Ici, la station météorologique connectée de VisioGreen, qui utilise le réseau LoRa d’Objenious.

Ici, l’application de la station météorologique connectée de VisioGreen, qui utilise le réseau LoRa d’Objenious

Auriez-vous des exemples à citer ?

Christophe Fouillé. Nous avons déjà un gros sujet qui est l’agriculture de précision, et dans lequel nous sommes sur le terrain avec essentiellement des capteurs (météo…) autour de l’environnement. On peut en poser sur différentes parcelles, à plusieurs kilomètres de distance, et l’information fine de l’ensemble remonte directement chez l’exploitant. On intervient également sur l’optimisation logistique (tracking de matériels) avec un certain nombre de start-up qui se positionnent sur ce sujet. Elles cherchent à proposer des solutions locatives pour des matériels qui coûtent très cher. En localisant les engins, elles peuvent facturer à la demande et ainsi optimiser les taux de rotation. On s’intéresse aussi au suivi des animaux, pour leur bien-être… en réalisant la connectivité réseau pour d’autres acteurs qui réaliseront l’application, du traitement de données, le système d’alerte.

Qui sont vos clients en général ?

Christophe Fouillé. D’abord, ce sont les « solutions makers », des sociétés qui s’adressent aux agriculteurs comme VisioGreen et sa station météo connectée par exemple. Le deuxième type de clients que nous avons, ce sont les grandes coopératives françaises, qui veulent développer leurs propres solutions avec un volume de connectivité important. Dans ce cas-là, elles peuvent s’adresser à nous pour élaborer ensemble des solutions innovantes.

Que représente cette activité « agricole » pour vous aujourd’hui ?

Christophe Fouillé. En termes de chiffre d’affaires, ce n’est pas représentatif. Mais en termes d’activité, c’est en croissance et cela ira en grandissant dans les 2-3 ans à venir. Les coopératives, à la recherche de rentabilité, opèrent sur des territoires très étendus et ont besoin de ces nouvelles technologies comme l’IOT pour aller au plus près du terrain.

Maîtrisent-elles ces sujets liés au numérique ?

Christophe Fouillé. Sur les aspects technologiques, les agriculteurs sont très au fait des dernières innovations et particulièrement ouverts, tout en restant très pragmatiques. Ils veulent du concret et des solutions industrialisables, notamment pour leur faciliter la vie au quotidien. Le plus on peut leur éviter les allers-retours sur le terrain pour faire des relevés, le plus ils seront intéressés. On travaille notamment sur des POC [prooves of concept] avec nos partenaires que sont les « solutions makers », qui cherchent de plus en plus à disposer de données temps réel. Ces sociétés travaillent sur le croisement de ces données avec d’autres sources en vue d’anticiper, prévenir un certain nombre d’actions à mettre en place sur le terrain…

* Objenious est l’un des membres fondateurs de l’Alliance LoRa™ et le premier opérateur d’un réseau IoT en France (86 % du territoire, 95 % de la population). Cette filiale de Bouygues Telecom permet le développement de projets dans les domaines de la smart city, l’agriculture, l’énergie, l’usine du futur, avec des services de télé-relève, de gestion de tournée, de géolocalisation ou encore de maintenance prédictive. En 2017, Objenious a annoncé un partenariat avec Arteria, filiale télécom de RTE, afin d’étendre la couverture radio en technologie Lora en ciblant les zones rurales.

A lire aussi sur ALLIANCY

L’Eure-et-Loir décline sa stratégie numérique


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *