Cet article fait partie du dossier

Dossier : Utilities, le temps du renouveau
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Avec l’IoT, Hammel s’implante sur de nouveaux marchés

L’entreprise Hammel, spécialiste dans la gestion de l’eau, mise sur l’Internet des objets et la collaboration avec des start-up pour développer sa stratégie de croissance à l’international. Elle a notamment fondé un hub renforcer son réseau dans son secteur de prédilection.

Directeur général du groupe Hammel, Mickaël Hammel entend réunir au sein de son hub les acteurs spécialistes de la gestion de l'eau. ©Hammel

Directeur général du groupe Hammel, Mickaël Hammel entend réunir au sein de son hub les acteurs spécialistes de la gestion de l’eau. ©Hammel

Dans le catalogue de produits du spécialiste de la gestion de l’eau Hammel, de plus en plus de références peuvent être convertis en objets connectés. « Il est fort à parier que dans quelques années, la plupart des produits du secteur intégreront des fonctions connectées. Cela fait deux ans que l’on réfléchit aux possibilités futures pour élaborer de nouvelles gammes », confie Mickaël Hammel, directeur général du groupe. L’offre de solutions connectées dans ses sept familles de produits – allant de l’entrée de l’eau dans la maison à l’équipement de la salle de bain avec la robinetterie – permet également à l’entreprise de 450 salariés de renforcer la digitalisation de ses services, l’une de ses priorités stratégiques.

L’état du marché est par ailleurs un élément décisif. « Le succès d’entreprises comme Netatmo prouve l’intérêt du public pour ces objets, cela nous conforte dans notre analyse. Nous voulons ainsi prendre les devants sur notre secteur de marché », explique Michaël Hammel. L’ETI, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros cette année, compte s’ouvrir davantage sur l’international. « Les objets connectés vont nous ouvrir des marchés comme les Etats-Unis, la croissance est devant nous », assure le directeur général, qui projette de réaliser 50% du chiffre d’affaires à l’export en 2020. Une filiale a notamment ouvert en Chine. Les projets de villes intelligentes, mise en avant par de nombreuses collectivités, vont également dans le sens d’un essor accru de l’IoT, Hammel s’attend à un impact à moyen-terme sur ses ventes.

Une commercialisation en masse de l’OFI est prévue pour l’été 2019

Pour développer l’IoT dans son modèle d’affaires, l’entreprise de Nouvelle-Aquitaine s’appuie sur une logique partenariale. L’entreprise s’est fixée pour objectif de faire émerger un hub de start-up dans l’univers de l’eau et elle a investi avec la CCI dans la création d’un incubateur à Périgueux. « Nouer des partenariats nous permet de développer une expertise dans des produits qui n’appartiennent pas à notre cœur de gamme », souligne Mickaël Hammel, qui croit au modèle partenarial quand les deux entreprises associées sont dans une relation gagnante-gagnante.

Un modèle éprouvé avec succès avec Asamgo, une start-up avec laquelle Hammel a expérimenté un premier partenariat après leur rencontre au CES 2017 à Las Vegas. « Asamgo a présenté le concept de son Objet flottant intelligent, nommé OFI, mais la conception n’était pas encore achevée. Nous leur avons proposé notre savoir-faire pour garantir les propriétés techniques de l’objet, à savoir son étanchéité et sa résistance », raconte Mickaël Hammel. En retour, Hammel a intégré l’OFI à son catalogue, ce qui lui permet d’adresser le marché de la piscine sur lequel elle n’était pas présente jusqu’alors.

Commercialisé en mai dernier, l’OFI avait fait l’objet de près de 500 réservations en prévente, ce qui a offert aux deux partenaires l’opportunité de s’assurer de la fiabilité de la solution et de récolter des données sur l’appropriation et les paramétrages plébiscités pendant la période estivale. Asamgo a développé un logiciel à destination des professionnels pour leur permettre de gérer plusieurs OFI et d’effectuer des actions à distance en fonction des informations remontées. Un moyen pour les collectivités gestionnaires de piscine par exemple d’anticiper les tournées d’entretien. « L’objectif pour l’été 2019 sera de réaliser une commercialisation en masse avec 5 000 pièces », annonce Mickaël Hammel, qui prévoit également de retourner au CES en janvier 2019 avec pour y présenter les prérequis techniques.

« Nous allons nouer un nouveau partenariat dans le domaine du chauffage »

En parallèle, Hammel adopte en interne de nouvelles méthodes de travail plus agiles pour encourager l’innovation. Le pommeau de douche Elmer a ainsi été élaboré par une start-up interne. « Les collaborateurs ont été rassemblés en petites équipes pluridisciplinaires », détaille Mickaël Hammel, qui a bénéficié d’un accueil positif de la part des salariés. Un Lab a par ailleurs été aménagé pour permettre aux salariés d’échanger et de présenter dans un showroom leurs recherches en situation réelle. L’objectif : diffuser la nouvelle philosophie auprès de tous les métiers du groupe.

Deux directions qui permettent à l’entreprise d’aborder 2019 avec de nouveaux projets. « Nous envisageons de décliner l’OFI à l’intérieur de la maison et de le doter d’options complémentaires, comme un filtre pour mesurer le niveau de calcaire et assurer un maintien de la qualité de l’eau », prévoit Mickaël Hammel.  L’ETI poursuit ses travaux de R&D pour élaborer de nouveaux produits améliorant le traitement de l’eau dans l’habitat. « Nous allons nouer un nouveau partenariat dans le domaine du chauffage », révèle Mickaël Hammel.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *