Huawei France, OBS et Atos renforcent leurs implantations

A quelques jours d’intervalle, les annonces dans la tech s’enchaînent. Huawei France inaugure son centre de recherche dans les Alpes ; OBS regroupe ses forces à La Défense et Atos annonce son arrivée pour 2020 dans les Yvelines.

L’algérien Mérouane Debbah dirige le centre de R&D grenoblois de Huawei France. Ce chercheur fait partie des références internationales dans les domaines mathématiques et algorithmiques, dédiés aux technologies mobiles 4G et 5G.

L’algérien Mérouane Debbah dirige le centre de R&D grenoblois de Huawei France. Ce chercheur fait partie des références internationales dans les domaines mathématiques et algorithmiques, dédiés aux technologies mobiles 4G et 5G.

Huawei à Grenoble

Le groupe chinois de téléphonie mobile Huawei vient d’ouvrir un centre de recherche et développement à Grenoble (Isère). Le laboratoire compte actuellement une dizaine de chercheurs. Spécialisé dans les capteurs pour téléphones mobiles et le logiciel, ce centre en comptera une trentaine d’ici à 2020.

« Grenoble va nous permettre d’améliorer notre connaissance sur les capteurs pour smartphones et les éléments fondamentaux des logiciels embarqués », a précisé Mérouane Debbah, son directeur et ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Paris-Saclay.

Le laboratoire, le seul du groupe en charge de ces champs d’expertise, a été implanté à Grenoble du fait de sa proximité avec le laboratoire d’électronique et des technologies de l’information du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), ainsi qu’avec des entreprises comme STMicroelectronics ou Nexans, déjà fournisseurs du groupe.

Il s’agit du cinquième centre de recherche du groupe chinois en France, après ceux dédiés aux mathématiques et algorithmes ainsi qu’aux normes 5G à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), son centre de design à Paris et son centre dédié au traitement de l’image photo à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes).

Huawei investit en R&D l’équivalent de 10 à 15 % de son chiffre d’affaires mondial (soit environ 13,8 milliards de dollars en 2017) et emploie 80 000 chercheurs dans le monde, dont 200 en France (sur un effectif de 180 000 salariés). En 2017, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 76,8 milliards d’euros et pris à Apple la deuxième marche du podium sur le marché très concurrentiel du smartphone.

OBS à Cœur Défense

Orange Business Services (OBS) a inauguré, au sein de Cœur de la Défense son « Digital Customer Innovation Center », un lieu de co-innovation et une vitrine du savoir-faire de cette filiale d’Orange dans les télécommunications et l’informatique pour les entreprises. 1 200 collaborateurs y seront regroupés, auparavant répartis sur huit sites de l’Ouest parisien.

Ces salariés d’OBS d’expertises diverses (ventes, marketing produits et services, équipes projets et support) se rapprochent ainsi des équipes d’Orange Cyberdéfense, qui a inauguré ses nouveaux locaux en octobre 2017.

Le site permet de proposer différents formats de visite : parcours découverte autour des solutions phares installées au showroom, sur mesure avec des démonstrations à la demande en présence d’experts, des workshops dédiés ou des séances de co-working. IoT, réseaux, cybersécurité, cloud, Data, Intelligence Artificielle, mobilité, l’essentiel de l’expertise d’Orange Business Services est visible et testable.

Mais plus qu’une vitrine des dernières solutions d’OBS, le Digital Customer Innovation Center est conçu comme un lieu de co-création pour les clients, entreprises, start-ups et partenaires. Doté de nombreux équipements sur 380 m², il est articulé autour d’un auditorium incluant un mur d’image et de visioconférence de 28 pouces permettant de réaliser des démonstrations à distance avec des experts du monde entier, d’espaces de démonstrations modulables ainsi que de salles conçues pour le co-working et la co-innovation.

Et, bientôt, Atos dans les Yvelines

Atos, leader international de la transformation digitale, lance la construction de son laboratoire mondial de recherche & développement aux Clayes-sous-Bois (Yvelines). Il devrait ouvrir ses portes à l’été 2020.

Ce laboratoire de 8 000 mètres carrés, qui accueillera les équipes R&D de l’entreprise (350 ingénieurs), sera construit sur le site yvelinois actuel d’Atos où travaillent un millier de personnes. Il offrira un espace dédié à la recherche en informatique quantique, en lien étroit avec les programmes de recherche du groupe en calcul haute performance et cyber-sécurité.

Le futur laboratoire de R&D abritera les travaux de recherche du programme Atos Quantum, le premier grand programme industriel d’informatique quantique en Europe, lancé en novembre 2016 par Atos. Celui-ci vise à développer et commercialiser des solutions pour le calcul quantique, ainsi que des produits de cybersécurité capables de résister aux futures attaques quantiques. Les chercheurs d’Atos ont ainsi mis au point l’Atos Quantum Learning Machine (Atos QLM), le simulateur quantique le plus performant au monde sur le marché – déjà commercialisé auprès des universités et centre de recherche les plus prestigieux au monde. Les futurs travaux du programme portent sur le développement d’accélérateurs quantiques, dont pourront notamment bénéficier les futurs supercalculateurs hybrides développés en parallèle par les équipes et chercheurs d’Atos en calcul de haute performance.

Le programme de recherche en informatique quantique d’Atos bénéficie d’un investissement de 5 millions d’euros de la part de la Région Ile-de-France, dans le cadre de sa stratégie « Smart industrie » votée en juillet 2017.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *