Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Nicolas Colin : « Nos élites ont encore du mal à passer à l’action »

La transformation numérique est en cours dans les entreprises. Pour autant, quand on parle d’économie numérique, c’est surtout l’exécution et l’action qui comptent plus que la réflexion. En jeu, selon l’économiste Nicolas Colin, notre niveau de développement demain et la place de la France au rang mondial…

nicolas-colin-article

Nicolas Colin – Inspecteur des finances, cofondateur de TheFamily

Vincent Lorphelin. La vague informatique des années 80 a permis aux entreprises de gagner en productivité. Le tsunami numérique réinvente aujourd’hui non seulement les entreprises mais le système économique dans son ensemble. Malheureusement nos élites semblent encore en douter au désespoir de ceux qui essayent de les convaincre. Pour en parler j’accueille Nicolas Colin issu justement du corps d’élite du ministère de l’économie à l’inspection des finances. Nicolas Colin bonjour, alors est-ce que les élites doutent de la transformation numérique ?

Nicolas Colin. Je pense qu’elles n’en doutent plus à l’heure où l’on parle, même elles ont pris conscience de cette transition numérique à l’œuvre. Elles ne la comprennent encore qu’à moitié. Il est encore difficile pour elles de passer à l’action. Or quand on parle d’économie numérique c’est l’exécution et l’action qui comptent plus que la réflexion.

Vincent Lorphelin. On va le détailler tout de suite. Je rappelle que vous êtes le co-auteur avec Henri Verdier du livre l’âge de la multitude. Vous avez fondé The Family, un fonds d’investissement en amorçage et vous avez créé les conférences intitulées « les barbares attaquent ». Alors quel est justement ce degré de compréhension des élites face à la transformation numérique ? Vous dites qu’elles sont sensibilisées mais jusqu’à quel point ?

Nicolas Colin. Après une assez longue période d’indifférence, il faut se souvenir d’une élite, aujourd’hui disparue, qui s’intéressait beaucoup au numérique dans les années 90, quand on était en pleine bulle et qu’on avait le sentiment que cette économie nous promettait des lendemains qui chantent. Ensuite la bulle a explosé ce qui a beaucoup déçu les élites françaises qui s’en sont détournés quasiment du jour au lendemain et sont entrés dans une longue période de 10 à 15 ans de relative indifférence par rapport à ce qui se passait dans le monde de l’économie numérique. on ne sort de cette indifférence, on commence à prendre conscience dans les élites françaises aujourd’hui de l’importance de l’économie numérique parce qu’on prend conscience de la taille et de la puissance des entreprises que cette économie a fait naître. Mais encore une fois comme je le disais, de la prise de conscience au passage à l’action il y a un chemin qui est assez long et qui est encore loin d’être achevé.

Vincent Lorphelin. Et quels sont les enjeux ? Pourquoi c’est important de ces élites comprennent ce qui se passe ?

Nicolas Colin. Je dirais que c’est important parce que le plus le positionnement d’une grande nation comme la france dans l’économie numérique global c’est un enjeu à la fois de souveraineté 2:30 et de puissance économique. D’une certaine manière, ça paraît un peu vertigineux de dire ça mais ce qui est en jeu dans tout ça c’est notre niveau de développement demain. Serons-nous encore une nation développée ou glisserons-nous au second rang ?

Vincent Lorphelin. C’est-à-dire celui d’une colonie numérique ?

Nicolas Colin. exactement. je pense que la prise de conscience de l’élite est d’autant plus importante dans un pays comme la France qui comme vous le savez est extrêmement centralisé et extrêmement dépendante dans toutes ces institutions et dans son organisation d’un petit noyau de gens qui ne sont d’ailleurs ni tout à fait dans le secteur privé ni dans le secteur public c’est une élite qui est à cheval entre ces deux mondes et, on le dénonce assez souvent, qui tient un peu toute l’économie nationale. Tant que ces gens-là ne prennent pas conscience et ne passent pas à l’action il se passe peu de choses parce qu’ ils ont la capacité de faire mais ils ont aussi la capacité d’empêcher .

Vincent Lorphelin. Est-ce que cette prise de conscience, qui est insuffisante vos yeux, n’est-ce finalement pas parce que ceux qui leur expliquent leur expliquent mal ?

Nicolas Colin. Alors vous avez raison c’est la première chose qu’on doit se dire lorsqu’on essaie de faire comprendre à un interlocuteur ce que l’économie numérique c’est que si c’est un acteur ne semble pas comprendre dans un premier temps c’est probablement qu’on lui explique mal. La réalité dans cette affaire c’est que parce qu’il avait une relative indifférence pendant 10 à 15 ans de 2000 à nos jours en gros peu de gens ont pris à bras-le-corps cette question-là. On tentait de relever le défi d’expliquer. Dans ce grand vide ce qui était disponible comme explication de ce qu’était l’économie numérique c’était toute une littérature un peu critique qui explique l’économie numérique mais prioritairement pour la dénoncer donc ce n’est pas très avenant comme explication. C’est aussi toute une littérature américaine donc soit disponible en version originale ce qui bloque un peu l’accès pour tous ceux qui ne veulent pas lire ou entendre en anglais, soit disponible en version française mais là on devient tout d’un coup dépendant de la traduction c’est pas forcément bien traduit en français et surtout ça reste une parole d’outre-atlantique. Et quand on parle d’outre-atlantique de l’économie numérique on parle dans un environnement différent, dans une culture différente, dans un référentiel différent, et donc c’est un intéressant mais on ne rentre pas forcément en résonance avec un discours américain parce que nous ne sommes pas les etats-unis nous sommes la France et donc le le discours qui nous vient des etats-unis peut être éclairant il n’est pas forcément inspirant pour le passage à l’action.

Vincent Lorphelin. Donc ça c’est le problème au niveau donc de l’émission du message mais au niveau de la réception est-ce qu’il y a des problèmes de compréhension quand bien même on leur expliquerait correctement ces différents enjeux

Nicolas Colin. quand bien même on n’investirait énormément ce qui commence à être fait par beaucoup de personnes ici en France dans l’explication, la compréhension de ce qu’est l’économie numérique, le cheminement jusqu’au passage à l’action pour les élites c’est compliqué parce que c’est une chose de le comprendre intellectuellement, de l’appréhender comme phénomène, c’est une autre chose de prendre la mesure d’à quel point ça va remettre en cause un certain nombre d’idées qu’on croyait solidement établies dans un paradigme qui est en train de disparaître sous nos yeux et qui va être complètement remplacé par un nouveau paradigme, c’est une troisième chose enfin de d’admettre qu’avec la remise en cause des institutions, des concepts, de tout l’attirail intellectuel qu’on a mis en place pendant des décennies pour comprendre l’économie, va venir aussi la remise en cause des positions existantes, des rapports de pouvoir, de la puissance relative des acteurs et ça c’est probablement un peu trop.

Vincent Lorphelin. Mettre l’accent sur les risques plutôt que sur les opportunités provoque des réflexes éventuellement de déni, ou de protection ou de minimisation des phénomènes.

Nicolas Colin. Exactement je pense que malheureusement nous sommes en train de rejoindre le peloton des grandes nations qui s’intéresse de près à l’économie numérique mais nous le rejoignons à une époque où ce qui domine dans cet effort de compréhension c’est aussi un discours critique sur les données personnelles, sur la souveraineté, sur la puissance relative des entreprises et des états, sur l’avenir du travail dans une économie de plus en plus dominé par des robots où le salariat est une forme d’emploi qui va non pas disparaître mais passer de plus en plus au second plan et donc tout ça ça nourrit des inquiétudes et avant même que nous ayons fait grandir notre propre économie numérique et nos grandes entreprises numériques on est déjà submergé par cette vision critique de cette économie et donc d’autant plus empêché de passer à l’action.

Vincent Lorphelin. Alors en conclusion, Nicolas Colin, qu’est-ce qu’il faudrait faire ? On a vu des difficultés au niveau de l’émission, au niveau de la réception du Message, qu’est-ce qu’il faudrait faire pour améliorer la pédagogie ?

Nicolas Colin. Moi je pense que ce qui fonctionne dans le monde des élites c’est le rapport de forces c’est à dire qu’on a en face de soi des interlocuteurs qui sont très opportunistes, qui s’intéresseront à tout ça et qui passeront à l’action quand ils réaliseront d’une certaine manière que c’est dans leur intérêt. Donc tout l’enjeu c’est d’établir avec ces interlocuteurs une sorte de rapport d’identification. C’est leur montrer qu’une partie de l’élite en fait est déjà dans cette économie numérique. C’est ce qui s’est passé aux Etats-unis : des entreprises qui étaient des start-up sont devenues parmi les plus grandes entreprises du monde donc du jour au lendemain, quasiment, le président Obama, les membres du congrès, les puissances établies, les grands chefs d’entreprise ont eu en face d’eux non plus des petits jeunes qui créent et développent des applications dans des garages, mais les dirigeants d’entreprises qui sont parmi les plus valorisées du monde donc si tout d’un coup ça a l’air très sérieux tout d’un coup ce jour-là on les invite à dîner on commence à discuter avec eux, à rentrer dans un rapport un peu de complicité, de compréhension mutuelle qui de proche en proche fait basculer toutes les villes. Je pense que ce qui nous manque aujourd’hui en France par rapport à ce qu’ont les etats-unis ce sont ces grandes entreprises qui, ayant grandi depuis le territoire, ayant fait émerger une nouvelle élite créent les conditions propices à cette révolution.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *