Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Les codes source à votre portée grâce à Software Heritage

Inria crée la « bibliothèque d’Alexandrie » du logiciel avec l’ouverture de Software Heritage, une initiative dont l’objectif est de collecter, organiser, préserver et rendre accessible le code source de tous les logiciels disponibles publiquement ! Une initiative française pour une portée mondiale.

Antoine-Petit-inria-article

Antoine Petit, PDG de l’Inria

Quoique vous fassiez aujourd’hui dans votre vie quotidienne, le « logiciel » joue un rôle crucial. Il contrôle le système embarqué dans les moyens de transport ou de communication comme dans les échanges commerciaux et financiers. Il est au cœur de nombreux équipements et dispositifs et assure le bon fonctionnement de tous les réseaux… Enfin, le logiciel est primordial dans le fonctionnement de toute organisation (publique et privée),  que ce soit via des terminaux mobiles ou le cloud.

Aussi, Inria, organisme de recherche dédié aux sciences du numérique, choisit de s’atteler à une énorme tâche et lance le projet Software Heritage. Il vise à créer un référentiel unique du code source et devenir un grand instrument de recherche pour l’Informatique. Cette base pourrait alors devenir le « catalogue de code de référence » pour tous les utilisateurs industriels, permettant ainsi aux développeurs de nouveaux logiciels de trouver, réutiliser, et archiver de nouveaux codes source.

Une équipe dédiée au sein d’Inria a été mise en place avec les moyens nécessaires pour démarrer le projet.  « Nous avons décidé de lancer Software Heritage il y a plus d’un an et avons montré sa faisabilité. Afin de le déployer à l’échelle mondiale, il est temps maintenant d’ouvrir le projet à la contribution la plus large, nationale et internationale », explique Antoine Petit, PDG d’Inria. A ce jour, Software Heritage a déjà collecté plus de 20 millions de projets logiciels, avec plus de deux milliards et demi de fichiers sources uniques archivés, ainsi que tout l’historique de leur développement, ce qui en fait d’ores et déjà l’archive de code source la plus riche de la planète. 

Besoin de partenaires à tous les niveaux

Deux premiers partenaires internationaux se sont engagés pour soutenir le projet : Microsoft et DANS, une institution publique au service de la préservation de l’information scientifique aux Pays-Bas. « Nous sommes fiers d’être l’un des premiers partenaires industriels à soutenir cette initiative et de mettre à disposition l’infrastructure Cloud Azure pour contribuer à assurer la robustesse et la disponibilité des données », a expliqué Jean Paoli, General Manager chez Microsoft. De son côté, Peter Doorn, directeur de DANS, a déclaré : « Nous sommes engagés dans la préservation à long terme des informations scientifiques. Nous sommes ravis d’être le premier partenaire académique international à rejoindre l’appel de Software Heritage. » 

A l’avenir, il est toutefois très important d’impliquer un maximum de scientifiques, d’industriels, de sociétés savantes, de fondations, d’organisations indépendantes et institutionnelles dans le projet… Aussi, après avoir lancé Software Heritage, avoir démontré sa faisabilité et avoir établi les premiers partenariats, Inria lance un appel mondial à tous les contributeurs à rejoindre cette initiative via le site softwareheritage.org. Objectif : les aider à identifier les milliers de sites disparates dans lesquels se retrouve aujourd’hui éparpillé le patrimoine logiciel mondial. L’équipe de Software Heritage compte ouvrir prochainement son propre code source aux développeurs du monde entier qui voudront les aider dans cette mission. « S’engager avec Software Heritage, c’est l’occasion unique de relever un défi sociétal majeur, de soutenir une initiative d’envergure mondiale et de participer à la préservation de notre patrimoine logiciel mondial », a conclu Antoine Petit.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *