Emmanuel Macron compte plus que jamais sur la French Tech

À l’occasion d’une conférence de presse tenue lundi soir à l’Elysée, Emmanuel Macron a fait un focus sur les aides du plan de relance consacrées au soutien de la French Tech. Au total, 7 milliards d’euros sont prévus pour favoriser le développement des start-up, promouvoir l’inclusion numérique et accélérer la transformation des services publics et les entreprises.

Emmanuel Macron présente les aides à la French Tech dans son plan de relance le 14 septembre 2020 à l'Elysée.

Emmanuel Macron présente les aides à la French Tech dans son plan de relance le 14 septembre 2020 à l’Elysée.

Seulement deux semaines après la présentation du plan de relance pour la France, Emmanuel Macron a convié une centaine de dirigeants de la French Tech à l’Elysée ce lundi soir pour faire un point sur les aides qui les attendent. Trois start-up ont d’abord été invitées à présenter leur projet : Mirakl (marketplace pour le commerce électronique), Innovafeed (protéines d’insecte) et Voodoo (jeux vidéo mobiles). Un moyen pour le gouvernement de valoriser d’emblée les pépites françaises en matière d’innovation technologique. 

Puis, c’est au tour du président de la République de se placer sur l’estrade. “Je tenais à remercier les trois témoignages qui viennent d’être faits mais aussi tous les écosystèmes autour de la French Tech, lance-t-il. En quelques années, s’est structurée une carte du Tendre de la mobilisation pour faire de la France une place qui crée, développe et qui est en train de changer le monde”.

Faire rayonner la French Tech grâce aux écosystèmes

Emmanuel Macron insiste à plusieurs reprises sur l’importance de la logique d’écosystèmes pour faire rayonner la French Tech et remercie tous les acteurs impliqués comme Tech in France, France Digitale, Syntec Numérique, Bpifrance ou encore Station F. L’objectif d’atteindre 25 licornes est maintenu (on en compte 13 aujourd’hui) mais le chef de l’Etat tient à rappeler que cet objectif n’est pas une fin en soi car le numérique représente aussi un fort potentiel de création d’emploi et d’attractivité. 

L’écosystème autour de la French Tech a permis à la transformation de perdurer pendant la crise. Emmanuel Macron s’est adressé directement aux entrepreneurs dans la salle pour féliciter leur capacité de résilience, avant de présenter les prochaines étapes qui les concernent.

Le budget pour la French Tech en détail

Quel budget du plan France Relance est consacré à la French Tech ? Tout d’abord, 3,7 milliards d’euros sont alloués au soutien des start-up, notamment pour renforcer leur investissement en capital. 300 millions d’euros sont consacrés à la formation professionnelle aux métiers du numérique. Puis, une enveloppe de 800 millions d’euros est destinée à favoriser l’inclusion numérique sur le territoire français. Et enfin, 2,3 milliards d’euros viendront soutenir la transformation du service public et des petites et moyennes entreprises.

En ce qui concerne la recherche, Emmanuel Macron a tenu à rappeler les trois secteurs prioritaires en termes d’investissement de rupture. Le quantique, l’intelligence artificielle et la cybersécurité seront consolidés dans les prochains mois, étant donné que “le secteur privé ne peut assurer tout seul le financement” de tous ces projets. 

“Je ne crois pas au modèle Amish”

Autre élément important : l’équipement numérique comprenant les réseaux internet et mobiles. Emmanuel Macron n’a pas pu passer à côté des critiques que suscitent la 5G et a tenu des propos qui ont agité la salle : “Evidemment, la France va prendre le tournant de la 5G car c’est le tournant de l’innovation. Et j’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile… je ne crois pas au modèle Amish.” Pour lui, l’innovation sera véritablement technologique mais aussi sociale. Il rappelle dans la foulée le besoin d’un débat citoyen éclairé sur ces questions.

De la même manière, le président a évoqué vaguement un projet de création d’un marché européen du numérique pour lever les “mauvaises régulations” qui font barrières aux entreprises pour accéder au marché européen. Cette initiative rejoint notamment les enjeux de souveraineté européenne en matière de cloud et de 5G.

Le cap de la compétitivité est donc bien maintenu et le gouvernement mise sur l’éducation, la santé et le climat pour renforcer l’attractivité de la France. C’est aussi un enjeu de recherche de sens et de valeurs que les entreprises doivent porter pour attirer les talents. L’égalité femmes hommes, l’égalité des chances, … tous ces impératifs d’inclusion peuvent être respectés grâce au numérique.

“Le mot RSE ne doit pas rester marginal” a appuyé Emmanuel Macron pour mettre un terme à son allocution. L’heure est à la recherche de compétitivité et d’éthique pour redonner du sens à “l’entreprise du XXIème siècle”.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *