La SNCF concrétise son assistant personnel de mobilité

Alexandre Viros, directeur général de OUI.sncf, a annoncé à la presse ce mardi 16 octobre la création de e-voyageurs SNCF, un projet qui réunit toutes les forces digitales du groupe SNCF au service du client et de la mobilité intelligente. Dans le cadre de ce projet, un assistant personnel de mobilité est en train de voir le jour.

Alexandre Viros annonce une première version de l'assistant personnel de mobilité pour le printemps 2019.

Alexandre Viros annonce une première version de l’assistant personnel de mobilité pour le printemps 2019.

Ce nouvel ensemble « e-voyageurs SNCF » doit permettre au groupe d’obtenir une vision unique du voyageur. Il réunira ainsi le site OUI.sncf dédié aux voyages de grande distance, l’application SNCF pour les trajets quotidiens et l’usine digitale e-voyageurs Technologie (anciennement VSCT). « Ce nouvel ensemble accélère notre stratégie d’innovation et donnera naissance, dès 2019, à la première plateforme française et européenne de mobilité intelligente », affirme Alexandre Viros, directeur général de OUI.sncf. Chacune des trois entités fait l’objet d’évolutions, à commencer par l’application SNCF.

Cette application a en effet vocation de faire émerger l’assistant personnel de mobilité annoncé par le groupe. Cet assistant permettra d’offrir aux utilisateurs – dans un abonnement unique – la meilleure combinaison d’itinéraires pour effectuer leur trajet, la notification en temps réel des informations de transport, un accès à différents moyens de transport et un système de paiement associé au compte personnel et à la technologie NFC. « Nous nous différencions de la concurrence, notamment de Citymapper, par notre couverture nationale, régionale et locale », assure Alexandre Viros.

Pour concrétiser ce projet, SNCF annoncera à la fin de l’année une série de partenariats avec des acteurs de la mobilité : VTC, taxi, vélo, bus et parking. « Il nous est nécessaire d’être multimodal », souligne Alexandre Viros, qui entend réaliser une convergence des applications mobiles. « Aujourd’hui, un Francilien sur quatre possède plus de six applications de mobilité », ajoute-t-il. Le groupe vient par ailleurs de s’associer avec la RATP pour acheter ses données open-source à une fréquence élevée pour pouvoir alerter ses usagers en temps réel. Une première version de cet assistant sera rendue accessible au printemps 2019.

De son côté, OUI.sncf évolue d’un site transactionnel à conversationnel. « Nous travaillons beaucoup sur les bots pour devenir davantage des assistants au voyage que des commerçants », affirme Alexandre Viros, qui fait par ailleurs le pari d’intégrer dans les assistants vocaux pour asseoir l’utilisation du site dans les habitudes. L’usine digitale e-voyageurs Technologie, enfin, élabore les objets digitaux pour les usages à venir. Elle a notamment réalisé avec TER et Keolis l’expérimentation NFC à Rennes en faveur d’une offre de Mobility as a service (MaaS). C’est également elle qui est en charge de l’offre Navigo Lab promut par la région Île-de-France.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *