Drooms à fond sur l’IA

Fondée en 2001 à Francfort en Allemagne, Drooms propose une dataroom sécurisée pour assurer les échanges de données sensibles. Présente dans neuf pays* en Europe, la société se lance à fond cette année sur l’analyse de documents.

Alexandre Grellier. Cet ancien juriste est cofondateur et président de Drooms

Alexandre Grellier. Cet ancien juriste est cofondateur et président de Drooms

Pour Alexandre Grellier, le cofondateur de l’éditeur Drooms, dont la solution en mode SaaS vise à faciliter le partage de documents en toute confidentialité entre différents entités qui ne se connaissent pas, la France est un marché en pleine expansion. 

Premier en Europe au début des années 2000, la société a depuis été concurrencée par quelques offres américaines. « L’arrivée de la GDPR est un atout car nous sommes européens et pilotons tous nos serveurs sur ce continent », explique le dirigeant.

Pour lui, concernant le RGPD, il faut séparer théorie et pratique. « Beaucoup de sociétés ont encore beaucoup de questionnement à ce sujet. Ceci aura un impact important pour la concurrence non-européenne nous concernant. Mais, c’est une grande opportunité. On le voit sur notre plate-forme depuis un an, tous nos clients nous interrogent », explique-t-il.

Des services d’analyse désormais

Spécialisée dans l’échange des documents confidentiels, pour des acteurs (grands et petits) de l’immobilier, de la finance, du conseil, du juridique ou de la chimie-pharmacie… Drooms s’est lancée depuis quelques années dans le service. Scanner les documents, trouver ceux à mettre en ligne… sont chose courante. « Mais, depuis novembre dernier, nous proposons également l’analyse automatisée des documents. Dans notre dataroom, nous disposons par exemple d’un moteur de traduction et grâce à l’IA, nous voulons aller plus loin sur les risques et opportunités potentiels liés à ces documents en rendant leur analyse plus efficace. Notre plateforme fait ressortir ressortir les points clés d’un document, ce qui aide nos utilisateurs, et particulièrement les juristes, dans leur due diligence. » 

Une gamme de services utiles à l’heure des flux de plus en plus dématérialisés… «  Les entreprises sont susceptibles d’utiliser ces documents dans certains contextes spécifiques, qu’il s’agisse d’opérations de fusions-acquisitions, de transactions immobilières, ou encore d’IPOs, précise Alexandre Grellier. Il est donc essentiel de pouvoir les exploiter de façon intelligente. » La société compte aujourd’hui 130 personnes. La dataroom virtuelle Drooms est un outil utilisé par plus de 25 000 entreprises dans le monde, qui a notamment géré plus de 10 000 transactions d’une valeur totale de 300 milliards d’euros. L’entreprise (29 nationalités) recrute en continu entre 10 et 20 % de son effectif chaque année, car son activité bénéficie d’une croissance à deux chiffres (le CA reste confidentiel).

La société n’a jamais réalisé de levée de fonds : « Début des années 2000 ou en 2008… on aurait pu le faire, mais ce n’était pas le bon moment. On a donc fait sans… », conclut Alexandre Grellier.

* Allemagne, Suisse, Grande-Bretagne, France, Espagne, Suisse, Autriche, Pays-Bas, Italie.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *