Cet article fait partie du dossier

Sécurité : L’intelligence collective à l’épreuve
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Total intègre les outils collaboratifs dans ses projets à haute sécurité

Les outils collaboratifs sont-ils forcément incompatibles avec les projets confidentiels ? Pas pour Total, qui a adopté dans le cadre de l’un de ses programmes de R&D une solution pour fluidifier les échanges avec ses partenaires extérieurs. Un moyen de travailler en « intelligence collective » avec le monde universitaire.

Grâce à la sécurisation du logiciel, Sylvain Calassou peut travailler en intelligence collective avec le monde universitaire. ©Total

Grâce à la sécurisation du logiciel, Sylvain Calassou peut travailler en intelligence collective avec le monde universitaire. ©Total

Du réseau social d’entreprise aux visioconférences, les outils de travail collaboratif deviennent de plus en plus présents dans les entreprises. Mais comment faire concernant les projets à haute sécurité ? C’est la question à laquelle a dû faire face Total il y a deux ans et demi. L’un de ses programmes de R&D, étudiant le fonctionnement des chaînes de montagne, nécessite une collaboration étroite avec différents partenaires (universités, Bureau de recherches géologiques et minières, Institut national des sciences de l’Univers, etc).

Ce programme regroupe des projets complexes : « Orogen » sur l’évolution géodynamique des massifs montagneux et son impact sur les conditions de formation des hydrocarbures dans la chaîne pyrénéenne, « Source to sink » sur l’érosion des sédiments, ainsi que des échanges de données entre les différentes équipes de géophysiciens en France, en Espagne et en Grèce. « Les géophysiciens ont besoin de partager une grande quantité d’informations sur les données sismiques notamment. Or, à Total, nous n’avions pas d’outil permettant d’associer de nombreuses personnes », explique Sylvain Calassou, responsable du projet de R&D sur les marges de convergence (site à la frontière des plaques tectoniques où se déroulent des phénomènes géodynamiques intenses). Le programme, de par son expertise stratégique et ses questionnements à la fois scientifiques et industriels, demande une certaine sécurisation.

Cet article est réservé à nos abonnés, Connectez-vous !

Vous n’êtes pas encore abonné ?
Vous avez de la chance, la rédaction vous offre un cadeau !
Pour lire en intégralité et accéder à tous les contenus, renseignez votre mail.Je m’identifie