Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Kyump veut devenir leader de la voiture d’occasion

Lancé en 2015 par trois Polytechniciens, la plateforme spécialisée dans les transactions de véhicules d’occasion entre particuliers, lève 2,4 millions d’euros, embauche et compte étendre son réseau sur toute la France, avant d’attaquer l’international.

Kyump veut devenir leader de la voiture d’occasion

© Fotolia Minerva Studio

La start-up parisienne Kyump, qui développe un service de vente et d’achat de voitures d’occasion entre particuliers, boucle un premier tour de table de 2,4 millions d’euros mené par Breega Capital, auprès de Kima Ventures (le fonds de Xavier Niel) , 123 IM et deux business angels, Yannis Yahiaoui, fondateur d’Adotmob et Edouardo Ronzano, fondateur de KelDoc.

Lancée en avril 2015 par trois co-fondateurs ingénieurs de Polytechnique – Alexandre Hudavert, Guillaume-Henri Blanchet et Louis-Gabriel de Causans/CEO -, ce dernier précise : « Cette levée va nous permettre de renforcer la qualité de notre service via du développement technologique (algorithme, big data, nouveau site), mais aussi d’accélérer notre déploiement national avec l’ouverture d’une nouvelle région par mois en 2018 et une ouverture à l’international à moyen terme. »

A la recherche d’inspecteurs-mécaniciens

Déployée actuellement à Paris, Lyon, Nantes et Rouen, la plate-forme revendique la commercialisation d’une centaine de véhicules par mois. Mais, face à la concurrence plutôt rude (concessionnaires, Reezocar, La Centrale, AutoVisual, Carizy…), sa solution pour réussir : Kyump prélève une commission de seulement 5 %, « loin des 30 % pratiqués par les concessionnaires », sachant que les voitures, inspectées avant la vente, sont garanties six mois.

Enfin, la majorité du capital levé aujourd’hui va être investi dans l’humain. La start-up, qui emploie une trentaine de personnes, entend recruter 40 nouveaux collaborateurs (développeurs, product managers, inspecteurs-mécaniciens et conseillers clients) afin de multiplier par trois son activité d’ici à fin 2018.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *