Le Hacking de l’Hôtel de ville met l’innovation à l’honneur

Pour la cinquième année consécutive, la Maire de Paris a reçu plus de 3 500 acteurs de l’innovation, français et étrangers, en vue d’initier les partenariats de demain dans tous les secteurs. Un succès.

Le Hacking de l’Hôtel de ville

Hacking de l’Hôtel de ville, jeudi 21 mars

Jeudi dernier, 21 mars, la Maire de Paris organisait plus de 3 500 rendez-vous qualifiés pour la cinquième édition de son « Hacking de l’Hôtel de ville ». Start-up, experts, investisseurs, grands groupes français et étrangers se bousculaient littéralement dans les couloirs magnifiques de cet établissement public !

Tous, professionnels de l’innovation, étaient présents pour permettre, aux uns, de construire des collaborations et développer leur business et, aux autres, de déceler les innovations de demain dans de nombreux secteurs. Une réalité ! « C’est le plus grand meet-up du monde », s’est ainsi félicité Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projet du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, lors de son discours d’ouverture. « C’est surtout un formidable révélateur de l’énergie créatrice et des coopérations à l’œuvre entre les jeunes entreprises, les plus grandes et l’acteur public. Et c’est par cette alliance entre tous que les défis de notre société pourront être relevés, notamment concernant le climat. »

Un espace « services publics » était également organisé, pour obtenir les réponses que tout entrepreneur en herbe peut se poser concernant les démarches administratives ou la fiscalité de sa société, la réglementation, les dispositifs d’aide et de financement. Parmi eux : Bpifrance (finance), Business France (export), Direction des finances et des achats de la Ville de Paris, Direction régionale des douanes de Paris-Ouest, Pôle Emploi, Préfecture de Paris et d’Ile-de-France, Ugap et Urssaf.

Ateliers, speed-meeting, rencontres possibles avec de nombreux partenaires privés et publics, démonstrations de solutions… Tout était facilité, y compris pour les étrangers de 70 nationalités qui avaient fait le déplacement. « De nombreuses start-up étrangères ont eu l’occasion d’expliquer leur projet devant un large public », rappelle également Loïc Dosseur, co-directeur général de Paris&Co.

Cet évènement, original par son ampleur et sa diversité, démontre aussi et plus que jamais le besoin de se rencontrer pour entreprendre et commercer. Car si le numérique est « LA » clé du moment dans le business, il faut à un moment ou un autre échanger face à face !

Des produits "made in France" présentés lors du Hacking (la réalité virtuelle pour sauver des vies D'un seul geste; de l'enceinte en béton du Pavé français et la brique en textiles recyclés de la FabBrik)

Des produits « made in France » présentés lors du Hacking (la réalité virtuelle pour sauver des vies D’un seul geste; de l’enceinte en béton du Pavé français et la brique en textiles recyclés de la FabBrik)

Soutenu par de nombreux grands groupes industriels et de services, le Hacking de l’Hôtel de Ville illustre la forte attractivité de la capitale française, indispensable en ces temps difficiles pour l’image de la marque France.

Pour un retour de l’usine dans la ville !

Les trois intervenants lors de l’atelier « Fabriquer à Paris »

Les trois intervenants lors de l’atelier « Fabriquer à Paris »

L’un des ateliers du matin « Fabriquer en ville, changement de paradigme », recevait autour de Jean-Louis Missika, adjoint à l’architecture, l’urbanisme, projets du Grand Paris, développement économique et attractivité ; Benjamin Carlu, co-fondateur d’Usine IO et Alysée Flaut, responsable communication chez Kickmaker. Un sujet en ébullition en ce moment tant l’industrie se porte de mieux en mieux en France. D’où le plan « Fabriquer à Paris » lancé par la Ville de Paris en 2016, afin d’encourager le développement et la relocalisation sur son territoire des activités de fabrication et de production.

L’objectif ? Accompagner l’émergence de filières de fabrication innovante et transformer Paris en ville productive. « Cette démarche fait écho au changement de paradigme auquel nous assistons qui encourage la production locale de produits plus durables et contribue ainsi à l’émergence d’une économie dé-carbonée », a insisté Jean-Louis Missika, rappelant que si on ne bouge pas, tout sera en Chine… Il faut donc réfléchir à une conception plus écologique et responsable de certains produits, notamment dans la high tech.

Et de rappeler le projet Chanel à Aubervilliers qui, en 2020, accueillera autour de cet acteur du luxe les 600 artisans impliqués dans un espace de 25 000 mètres carrés ; ou encore l’hôtel industriel Métropole 19, qui souhaite abriter prochainement un vingtaine d’entreprises fabriquant des objets connectés, des objets du quotidien, du numérique, mais aussi des entreprises faisant partie des industries 4.0 et du Smart Manufacturing, à l’image de Expliseat, qui y installera sur 600 mètres carrés son atelier de préséries de sièges ultralégers pour avions, sa R&D et son showroom.

Kickmaker compte aussi ouvrir prochainement un espace de 600 mètres carrés pour tous, dédié à l’assemblage de produits innovants. A petites séries, petites unités de production modulaires, mutualisées (équipements et compétences) et plus respectueuses de l’environnement ! Wandercraft s’y installera donc pour produire certaines pièces de ses exosquelettes, de même que Lunii et sa fabrique à histoires… « La moitié des porteurs de projets pensent solutions et non produits. Ils ne savent pas comment répondre à leurs besoins. Il faut redécouvrir l’industrie », a expliqué Alysée Flaut.

Pas plus tard que le 19 février dernier, la Ville de Paris et Bpifrance lançaient d’ailleurs le « PIA Fabrication » pour soutenir la fabrication innovante… Il ne faut donc plus hésiter !


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *