Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Télécommunications – Qui sera le plus innovant avec la 4G ?

La téléphonie mobile de quatrième génération (4G) n’en est qu’à ses prémices. Formidable creuset d’innovations, elle consacre l’Internet mobile, qui trouve là un réseau à la mesure de ses usages.La téléphonie mobile de quatrième génération (4G) n’en est qu’à ses prémices. Formidable creuset d’innovations, elle consacre l’Internet mobile, qui trouve là un réseau à la mesure de ses usages.

L’étude mondiale sur les usages mobiles en 2013 de Deloitte le constate : la 4G n’en est qu’à ses débuts en France. À peine 6 % des utilisateurs de smartphone1 disposent d’un téléphone compatible, seulement 4 % d’un abonnement, et plus de la moitié déclarent ne pas être prêts à souscrire à une offre. Cependant, il semblerait que l’essayer, c’est l’adopter ! Une étude TNS Sofres pour SFR, menée en mars auprès de ses premiers utilisateurs, a révélé que 78 % d’entre eux ne souhaitent pas revenir à la 3G. La majorité trouve la 4G plus performante pour surfer sur le Net, pour la télé, la vidéo, la musique, la radio et pour l’utilisation du cloud computing.

Dans la course à la 4G, à laquelle se livrent les opérateurs de téléphonie mobile, rejoints mi-novembre par les opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO) NRJ Mobile et Virgin Mobile, Bouygues Telecom a créé la surprise en lançant, le 1er octobre, un réseau couvrant 63 % de la population, soit 40 millions de Français, et 70 % des entreprises. C’est très supérieur à Orange et SFR, qui prévoient une couverture respective de 50 % et plus de 40 % des habitants de l’Hexagone, d’ici à la fin de l’année. « La 4G représente une énorme rupture technologique dans l’Internet mobile, estime Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom. C’est la première fois qu’une technologie mobile est plus rapide que le fixe [l’ADSL, ndlr]. »

 

De nouvelles applis pour booster l’offre
Sur son site quialameilleure4G.com, Orange se démarque désormais par les débits théoriques de son réseau, capables d’atteindre les 150 Mbit/s, – dix fois plus que la 3G – contre 115 Mbit/s pour SFR et Bouygues Telecom. Free n’est pas encore entré dans la compétition, mais affirme qu’il sera à même de proposer les débits les plus élevés du marché. Sur la LTE Advanced2, qui sera la version la plus aboutie de la 4G, c’est SFR qui a pris une longueur d’avance. L’opérateur a réalisé, en octobre, la première expérimentation de cette technologie en France, chez Efixo à Marseille, l’un de ses laboratoires de R&D. Les débits réels en téléchargement sont montés à 174 Mbit/s.

Dans leur rapport « 4G – going faster, but where ? »3, Arthur D. Little et Exane BNP Paribas identifient cinq grands leviers pour améliorer les perspectives des opérateurs. L’innovation par les services via des partenariats en fait partie et les opérateurs rivalisent actuellement d’inventivité pour intégrer, dans leurs forfaits, des applications liées à la musique, au sport, à la télévision, aux jeux… Frank Cadoret, directeur exécutif grand public et professionnels chez SFR, le souligne : « A quoi cela sert-il d’avoir du débit si l’on n’a pas des contenus pour l’utiliser ? »

Bouygues Telecom a marqué un point supplémentaire en lançant, en août, le challenge de la meilleure start-up 4G. Parmi les quinze gagnants de la première phase du concours, des projets reposent tout ou partie sur la vidéo comme Moment, application mobile dédiée aux événements, et Vimies, partage instantané de vidéos. Ou encore Omni Live, basé sur Omni, un logiciel Web breveté qui agrège et peut gérer simultanément sur un seul écran jusqu’à neuf flux vidéos afin de créer une vidéo multicaméra interactive. « Omni est une technologie de rupture qui propose une nouvelle manière de voir et de “vivre” la vidéo sur Internet », affirme son créateur Cyril Zajac, dirigeant de Current Prod. Le kit de développement du logiciel pour supports mobiles est prévu pour le 1er trimestre 2014.

C’est avec My Cloud Estate, service de visite de bâtiments en construction basé sur la modélisation en 3D, que la start-up MyCloud3D s’est présentée au challenge. « La 4G constitue un atout majeur pour l’accès à notre service en mobilité, dans la mesure où elle améliore considérablement les débits montant et descendant. Les promoteurs peuvent accéder aux visites 3D interactives sur le chantier et travailler sur cette base », confie Jean-Maxime Gil, son directeur général.

 

La téléphonie mobile de quatrième génération (4G) n’en est qu’à ses prémices. Formidable creuset d’innovations, elle consacre l’Internet mobile, qui trouve là un réseau à la mesure de ses usages.Les services « managés »
Autre innovateur du challenge, Bistri a conçu une plate-forme de communication audio/vidéo ouverte, basée sur le protocole libre WebRTC. Contrairement à Skype, Facetime et autre Google Hangouts, nul besoin d’installer un logiciel sur son ordinateur ou son smartphone, un navigateur suffit. Bistri a été lancé fin 2012, traduit en vingt et une langues, et compte plus d’un million et demi d’utilisateurs dans le monde. La version mobile reprenant l’ensemble des fonctions du Web vient de sortir.

Il existe sur le Web des services dits « managés » (hors Internet). Ce sont des services dont la qualité (QoS) est gérée grâce aux équipements de réseaux. C’est typiquement le cas de la télévision sur Internet (IPTV). Dans ses dix propositions pour la neutralité de l’Internet et des réseaux4, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) recommande que « les pratiques de gestion de trafic, mises en œuvre par exception à la règle générale de non-différenciation du traitement des flux sur l’accès à l’Internet, respectent cinq critères généraux : pertinence, proportionnalité, efficacité, transparence et non-discrimination des acteurs ».

 

Une cadre juridique pour Internet
Le débat sur la neutralité du Net déchaîne tant de passions qu’Orange, SFR et Bouygues Telecom se montrent peu diserts sur leurs intentions en termes de services 4G « managés ». Seuls les deux derniers donnent des éléments de réponse. « Si le marché le demande, nous pourrions proposer aux entreprises, dans trois ou quatre ans, des offres 4G avec priorisation pour des applications comme la télémédecine ou la sécurité », indique Alexandre Wauquiez, directeur marketing et réseaux chez SFR. De son côté, Bouygues Telecom propose déjà la priorisation des débits en 3G dans plusieurs de ses offres pour les entreprises et de ses forfaits Smartphone Pro. Mais pas en 4G. Et il ne se prononce pas pour l’avenir…

Pourtant, ce sujet brûlant sera bientôt remis sur le tapis. Dans le cadre du paquet législatif relatif à la création d’un « continent connecté », la Commission européenne a concocté un projet visant à donner un cadre juridique à la neutralité du Net. Le blocage et la limitation du contenu Internet seraient interdits, garantissant aux utilisateurs l’accès à un Internet ouvert et sans restriction, indépendamment du coût ou de la vitesse prévus par leur abonnement. Les entreprises seraient toujours en mesure de fournir des « services spécialisés » à qualité de service garantie, tels que l’IPTV, la vidéo à la demande, des applications comme l’imagerie médicale haute résolution ou les salles d’opération virtuelles et des applications cloud critiques pour les entreprises. Pour autant qu’ils ne freinent pas les vitesses d’accès promises à d’autres clients…

De l’avis de Guillaume Canu, associé chez Cepheid Consulting France, « le texte est relativement prudent et laisse une marge d’interprétation assez large. C’est donc le débat parlementaire qui précisera les choses et ce travail prendra un certain temps ».

 

1. Sur les 2 000 personnes interrogées en juin 2013, 1 826 possèdent un smartphone.
2. La LTE (Long Term Evolution) désigne, dans la 4G, la nouvelle partie radio du réseau mobile.
3. Arthur D. Little – Exane BNP Paribas report 2013
4. Réseaux et contenus, neutralité du net

 

Les forfaits – Trois questions avant le choix*

1. Mon téléphone est-il compatible 4G ? Si oui, s’orienter vers un forfait sans engagement comme le Sensation 3 Go de Bouygues Telecom. Si non, se procurer un mobile 4G et, par conséquent, un forfait avec engagement permettra de bénéficier d’un smartphone subventionné par l’opérateur. Par exemple, SFR propose un forfait sans engagement avec un mobile…

2. Quelle est ma consommation de data actuelle ? Grâce à diverses applications disponibles, estimer votre consommation de données et choisir un forfait avec un nombre de data correspondant. Orange propose un forfait à partir de 2 Go.

3. Pour les professionnels s’ajoutent d’autres critères : quelle est ma mobilité ? Certains forfaits 4G incluent la possibilité d’appeler depuis ou vers l’étranger. De même, différentes options (cloud, multi-SIM, Wi-Fi…) sont spécifiques à certains opérateurs. Enfin, reste à comparer les prix…

* Selon Antoine Monceaux, responsable du secteur télécom de Choisir.com

 

 Cet article est extrait du n°6 d’Alliancy, le mag – Découvrir l’intégralité du magazine

Photo : Heiko Barth/Fotolia


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *