Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Azendoo et OBS jouent « collaboratif »

Azendoo et OBS jouent collaboratif

L’équipe d’Azendoo

Créée fin 2010 par trois quadragénaires, Grégory Lefort, Benoît Droulin et Christophe Gagin, la start-up bordelaise Azendoo édite une solution de partage de tâches en équipe.
« Nous inventons le futur de la collaboration. Avec Azendoo, le travail est simplifié et plus productif. Cette innovation d’usage passe naturellement par le Web et par la mobilité, un axe majeur de notre développement », estime Grégory Lefort, directeur général. Grâce aux outils intégrés (Evernote, Google Drive, Dropbox), les collaborateurs organisent, depuis leur terminal mobile, leur liste de tâches et planning, tout en partageant notes, photos ou liens directement depuis un message sur la timeline. L’offre, lancée en juillet 2012, affiche un taux de croissance de 50 % par mois en termes d’usage de la plateforme. La Nasa, le MIT ou Toyota sont parmi ses 22 000 utilisateurs dans 160 pays (TPE, PME ou business unit de groupes…).

Des ressources à la demande
« Pour notre infrastructure IT hébergée dans le cloud, nous voulions un service fiable, sécurisé et localisé en France, d’où notre partenariat avec Orange Business Services », poursuit le créateur. Azendoo sera l’un des cinq premiers clients de la solution Flexible Computing Express d’OBS. Pas la plus économe, mais celle qui offre deux avantages : « L’administration en propre de nos ressources et la facturation à l’usage. »

Rodolphe Falzerana, responsable des partenariats cloud d’OBS, poursuit : « Cette flexibilité est importante pour des start-up en croissance, comme notre expertise technique pour des PME, qui se lancent dans le cloud. » Azendoo a levé, mi-2012, 1,3 million d’euros auprès du fonds luxembourgeois Halison. Cette fois, elle cherche 1,5 million pour se développer à l’international, toujours accompagnée d’Orange, « qui dispose d’infrastructures dans le monde entier ».

 

Cet article est extrait du n°3 d’Alliancy le mag – Découvrir l’intégralité du magazine


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *