Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Le numérique : axe essentiel des 34 « plans de bataille » pour booster l’industrie

Le président François Hollande à la présentation des priorités de politique industrielle de la France

©présidence de la République / C.Alix

Ce matin le président de la République, François Hollande, présentait le programme de « la nouvelle France industrielle » en présence d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif. Devant un parterre de 500 chefs d’entreprise, le président a exposé les 34 « plans de reconquête » visant à faire entrer la France dans la « troisième révolution industrielle » et la hisser « au meilleur niveau de la compétition mondiale» d’ici deux ans.

Le secteur du  numérique tient une place de choix dans ce plan de bataille puisqu’il est un des trois axes stratégiques d’action, aux côtés de la transition énergétique et environnementale, ainsi que de la santé. Il apparait en fait, directement ou indirectement, dans près de la moitié de ces « plans de reconquête » : big data, cloud computing, objets connectés, réalité augmentée, logiciels et systèmes embarqués, services sans contact, e-éducation, hôpital numérique, cybersécurité, nanoélectronique, robotique, supercalculateurs, TGV du futur, réseaux électriques intelligents,  dispositifs médicaux innovants, souveraineté des télécoms, textiles techniques et intelligents, usine du futur.

Le big data était particulièrement à l’honneur, puisque le gouvernement veut faire de la France la référence mondiale dans le traitement de grandes masses de données complexes. La plan qui lui est dédié comprend la formation de « data scientists » pour pallier à la pénurie dans ce domaine, l’ouverture d’un « centre de ressources technologiques » pour accélérer la croissance des start-up ou encore le financement de fonds d’amorçage dédiés.

Le coût de ce plan est estimé à 3,5 milliards d’euros. Il sera en partie pris en charge par le programme des investissements d’avenir dont Louis Gallois a la charge, mais aussi par la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

 

Télécharger le rapport : La Nouvelle France Industrielle

Lire aussi : 34 plans de reconquête pour dessiner la France industrielle de demain

Photo : ©présidence de la République / C.Alix


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *