Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Recrutement : Les développeurs ont la cote au Paris Startup Job Fair

Rude Baguette, un blog anglophone dédié aux start-up françaises, a organisé la troisième édition du Paris Startup Job Fair qui s’est déroulé au Centquatre à Paris samedi 13 septembre. Un salon qui a accueilli 50 start-up et près de 1000 chercheurs d’emploi. Les profils les plus recherchés ? Les développeurs !

Article-startup-job-fair

La troisième édition du Paris Startup Job Fair, qui s’est déroulée au Centquatre (Paris) samedi dernier, a réuni 50 start-up et près de 1000 chercheurs d’emploi. © Charlie Perreau

« Bonjour, quelle est votre compétence ? » demande chaleureusement Anne-Laure Hoegeli, operations manager chez Rude Baguette, à chaque candidat venu chercher un emploi dans une des 50 start-up présentes sur le Paris Startup Job Fair. Pour cette troisième édition, le salon a réinvesti le Centquatre, un établissement de coopération culturelle de la Mairie de Paris, dans le XIXe arrondissement, pour permettre à près de 1000 candidats d’être mis en relation avec des start-up dans une ambiance décontractée. Tous les profils étaient les bienvenus : designers, développeurs, chefs de produit, marketeurs ou spécialistes en communication. Rude Baguette, un blog français en anglais spécialisé dans les start-up françaises, n’a pas hésité à renouveler cet évènement suite au succès des deux éditions précédentes. « J’ai vraiment l’impression que l’on contribue à quelque chose ici », confie Trista Bridges, cofondatrice de Rude Baguette, « plusieurs entreprises ont déjà recruté des personnes pour des postes importants grâce à ce salon, notamment Deezer et Dailymotion ». Et quand on demande à Trista Bridges quel profil est le plus recherché pour cette édition, sa réponse ne se fait pas attendre : le développeur.

Des développeurs pour petites et grandes start-up

C’est le cas de Blablacar, la plateforme communautaire de covoiturage leader sur le marché français, à la recherche de développeurs PHP et de développeurs mobile. Erwann Robin, développeur iPhone chez Blablacar, a lui-même été recruté lors de la première édition du Job Fair en septembre 2013. Quand il recherchait un emploi dans le salon, le jeune homme souhaitait postuler chez Blablacar et à ce moment-là, la startup française offrait un poste de développeur IOS. Aujourd’hui, Erwann Robin met en relation les candidats avec les ressources humaines, en prêtant beaucoup d’intérêt aux profils des développeurs. Avec l’explosion de nouvelles plateformes, les start-up ont un besoin croissant de recruter des développeurs Java script, PHP, IOS, Android ou encore C++.

Mais les « grandes » start-up ne sont pas les seules à rechercher des développeurs. EasyRecrue, une startup créée il y a un an et demi et spécialisée dans l’amélioration de la pré-sélection de candidats, proposait lors du salon cinq postes de développeurs sur un total de 10 postes à pourvoir. Adrien Courbon, associé en charge du développement commercial comptait beaucoup sur ce salon pour dénicher de nouveaux talents avec un esprit « entrepreneurial et capable de monter un projet de A à Z ».

L’âge d’or des développeurs ?

Les développeurs ont aujourd’hui des outils performants à leur disposition mais doivent constamment repenser les différentes manières de concevoir un logiciel ou une application. Mirakl, éditeur de logiciel qui offre sa solution de Marketplace en mode SaaS (Software as a Service) à des e-commercants, des distributeurs ou encore des médias, a seulement deux ans mais connait déjà une croissance fulgurante et est aujourd’hui basée dans trois pays. La jeune startup cherchait sur le salon une dizaine de développeurs Java. « Si on trouve la bonne personne ici, on pourrait lui faire signer le contrat tout de suite», avance Philippe Corrot, le fondateur de Mirakl.

Une nouveauté a été mise en place pour cette troisième édition : la Rude List, une plateforme ouverte dès le lancement du salon où les startups ont pu déposer leurs annonces si jamais certains candidats n’avaient pas pu faire le déplacement. Sur 38 annonces mises en ligne, 25 sont destinées aux développeurs. Pour la prochaine édition du Paris Startup Job Fair prévue en 2015, les cofondateurs de Rude Baguette, Liam Booger et Trista Bridges aimeraient agrandir le salon pour accueillir encore plus de start-up.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *