Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Lyon, ville test des smart grids

Lyon, ville test des Smart Grids

Image de synthèse associant l’amphithéatre du palais des Congrès, la tour Oxygène et la tour du Crédit Lyonnais –   Photo : ©Naturine

En s’affichant « ville intelligente », Lyon ne fait pas dans la demi-mesure. L’ambition de son maire, Gérard Collomb, n’est ni plus ni moins, d’« induire un nouveau modèle de société écomobile », approche novatrice dans le prolongement de la ville durable.

 

Les initiatives et les expérimentations se multiplient à Lyon, ces derniers mois, dans les nouvelles mobilités, les services numériques et les smart grids. L’une des dernières en date concerne le réseau d’auto-partage déployé, à partir de septembre 2013, par le groupe Bolloré dans cent stations. La touche lyonnaise est d’alimenter ces 250 véhicules électriques en énergie verte renouvelable fournie par la Compagnie nationale du Rhône (CNR). « Un système vertueux qui met en synergie la capacité de stockage et la production d’énergie intermittente » et qui correspond bien à la « flexibilité d’un système d’auto-partage », explique Frédéric Storck, directeur de la gestion de l’énergie à la CNR, qui est également associée à une autre expérimentation d’auto-partage conduite dans le quartier de La Confluence.

Pôle d’expérimentation pour l’Europe”
La gestion des réseaux est au cœur d’autres projets pilotés par EDF et ERDF. « Il s’agit de gérer intelligemment les réseaux basse tension en prenant en compte, par exemple, l’injection de courant d’origine photovoltaïque en tout point du réseau et les nouveaux usages liés notamment aux voitures électriques, qui peuvent servir aussi de sources d’appoint au réseau », explique Didier Nadal, directeur régional d’ERDF. Ce projet, qui concerne l’ensemble de la chaîne électrique, relève du consortium GreenLys qui réunit douze partenaires industriels et universitaires (Schneider Electric, Grenoble INP, Alstom Grid, CEA, Atos Worldgrid, CNRS…). Il représente un investissement de 40 millions d’euros.

Le compteur Linky est, lui, au centre d’un autre projet, Smart Electric Lyon, coordonné par EDF. Son objectif est de rendre l’ensemble du système électrique communiquant en intégrant le maximum d’usages et de partenaires industriels comme Atlantic (confort thermique), Legrand (infrastructures électriques), SFR (télécommunications), Somfy (automatismes pour la maison). Dans leur ligne de mire, l’analyse des comportements énergétiques de 25 000 clients résidentiels, l’expérimentation d’approches innovantes dans le domaine de l’efficacité énergétique, de l’éclairage public.

Lyon, ville test des Smart GridsComme ce dispositif à LED, qui permet de piloter à distance la variation de l’intensité ou la couleur de l’éclairage, ainsi que les badauds de la Fête des lumières ont pu le découvrir en décembre 2012 sur la Tour de la Part-Dieu. Prévue sur quatre ans, cette expérimentation, d’un coût global de 69 millions d’euros, subventionné à hauteur de 9,6 millions par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), permet de tester des systèmes de gestion d’énergie innovants dans 2 500 maisons individuelles et logements collectifs et cent sites tertiaires et publics. Elle est comprise dans l’accord-cadre de partenariat signé, en décembre 2011, entre les présidents du Grand Lyon et d’EDF, qui considère l’agglomération lyonnaise comme son « pôle d’expérimentation pour l’Europe » dans le développement de réseaux électriques intelligents.

L’ensemble des projets lyonnais de smart grids est évalué entre 250 et 300 millions d’euros, cofinancé en partie par le programme d’investissements d’avenir et par l’Union européenne pour le projet Smart Cities Transform, qui concerne aussi les villes d’Amsterdam, Copenhague, Hambourg et Gênes. Dans un souci d’appropriation sociale de ce processus de transition énergétique, un volet est consacré à l’observation et à l’analyse des comportements des ménages. Dans le prolongement de l’expérimentation Linky et de la pose de 175 000 compteurs communicants dans l’agglomération lyonnaise, un millier de locataires de Grand Lyon Habitat ont accès à leurs données de consommation électrique sur un site Internet sécurisé (www.watt-et-moi.fr). Une enquête sociologique ciblée sur trente-cinq d’entre eux est menée depuis l’automne 2012 pour appréhender l’utilisation de ce site. Les premiers résultats montrent que « cet outil informatique n’est pas un frein, signale Didier Nadal, mais que sa consultation n’est pas naturelle ». Seules 15 % des personnes interrogées se sont connectées au moins une fois.

Autre terrain d’expérimentation : la voirie. Le Grand Lyon, qui s’est engagé à réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre et de 20 % sa consommation énergétique, d’ici à 2020, propose aux entreprises « de tester leurs innovations en temps réel », explique Pierre Gréau, chef de projet à la communauté urbaine. Cet hiver, la start-up lyonnaise Hikob, créée par trois jeunes chercheurs de l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), de l’Insa (Institut national des sciences appliquées) de Lyon et de l’ENS-Lyon, a pu éprouver ses capteurs communicants sans fil dans les rues de Lyon. Soixante capteurs ont été installés sur neuf sites et permettent de connaître en temps réel le taux d’humidité sur la chaussée, la température… Ces données sont transmises aux services de la voirie du Grand Lyon et leur servent d’outils d’aide à la décision pour saler les routes au bon moment. « L’objectif est de limiter la consommation de sel et de maîtriser les coûts, en optimisant les moyens humains et matériels », explique Ludovic Broquereau, directeur marketing et commercial de la start-up. Les résultats des tests réalisés sur deux saisons hivernales sont attendus en mars 2014.

Des analyses en continu
Autre exemple de test grandeur nature avec l’entreprise iséroise Explorair, qui a expérimenté, avec la Direction de l’eau du Grand Lyon, une technique d’échantillonnage permettant d’analyser en continu le transfert des composants organiques volatils de la phase aqueuse vers la phase gazeuse.

Ce bouillonnement séduit aussi des groupes et organismes étrangers, à l’image de Toshiba et de l’institution japonaise Nedo (New Energy and Industrial Technology Development Organization) dans le quartier de La Confluence. De son côté, IBM a rejoint le projet Optimod’Lyon, qui vise un report de 8 % de la part modale de la voiture vers des modes doux grâce à des services d’information de très haut niveau : prédiction du trafic à une heure donnée, navigateur urbain sur téléphone mobile, optimisation des tournées de fret par un outil de guidage urbain expert.

 

Cet article est extrait du n°3 d’Alliancy le mag – Découvrir l’intégralité du magazine


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *