Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Infotel recrute 500 personnes en 2017, pas sans mal

Malgré un plan de recrutement de plus de 500 personnes, Infotel peine à recruter ses informaticiens.

InfotelMichel Koutchouk, directeur général délégué d’Infotel, société de conseil, de services numériques et éditeur mondial de logiciels (mobilité, big data, technologies Apple/Android…), ne cesse de le marteler : « Il y un vrai décalage entre l’enseignement et les entreprises. »

Après avoir embauché 400 personnes l’an dernier, Infotel cherche à recruter 500 informaticiens cette année. Et la tâche est rude : « Il y a une vraie crainte de faire de l’informatique chez les jeunes, et je ne parle pas des jeunes filles, explique le dirigeant, sans compter qu’il n’y a pas assez d’écoles pour les former. » A chaque recruté, Infotel propose donc des sessions de formation allant de 2 à 3 mois (langages, méthodes…) pour répondre à ses besoins (y compris langage Cobol !).

500 recrutements prévus en 2017,
dont 200 sur Paris et 100 sur Toulouse

Ce ne serait pas non plus un problème de salaires, qui sont plutôt bons dans le secteur où tout le monde cherche à recruter… Alors, est-ce une question de marque employeur ? Cela s’améliore, mais le secteur des sociétés de services souffre d’une image de lourdeur, qui n’est plus vraiment justifiée aujourd’hui. « Il y a encore la pesanteur de l’offshore en Inde ou en Europe de l’est, mais l’informatique d’aujourd’hui demande de la proximité, du contact avec les clients. C’est pour nous une question d’agilité. »

Aussi, pour contrer cela, le groupe multiplie les actions et fait la promotion de ses métiers sur divers forums, offre une centaine de stages chaque année dès la classe de 3ème pour présenter une image réelle du panel de métiers qu’il propose et lance divers concours ouverts à tous.

Les réseaux sociaux, une présence indispensable pour Infotel

« La moyenne d’âge de notre personnel se situe entre 30 et 35 ans et la moitié des personnes que nous recrutons en premier emploi ont moins de 26 ans », poursuit Michel Koutchouk.

Le groupe Infotel compte aujourd’hui 20 chargés de recrutement, en veille permanente sur les réseaux sociaux, devenus le cœur fondamental de l’action pour se faire connaître et attirer. « Il faut être proactif aujourd’hui. Même si nous recevons encore des candidatures spontanées, il faut être intégré dans les réseaux, il nous faut renouveler notre site régulièrement, inciter à la cooptation, être à l’écoute du marché, animer le tissu local dans nos antennes régionales, et cela passe par des jeux, des journées sportives, des jobs datings… », détaille-t-il.

Mais, au final, qu’attendent ces jeunes ? « Tous n’ont pas l’esprit entrepreneur, mais globalement, ils sont très ouverts. On voit que les écoles jouent leur rôle. Ils attendent aussi un mode de management plus agile. Le management intermédiaire est également devenu davantage un management de compétences.»

Et le babyfoot, est-il vraiment indispensable ? « On n’en est pas encore là, reconnait le dirigeant, mais les espaces sont plus ouverts, plus conviviaux, plus clairs. C’est une douce évolution », conclut-il.

Chiffres clés

  • Création : fin 1979.
  • Chiffre d’affaires 2016 : 190 millions d’euros (15 % à l’international), contre 175 millions en 2015
  • Effectif : 2 000 personnes, dont 1 600 salariés et 400 sous-traitants.
  • Cotée depuis 18 ans.
  • 12 sites en France, répartis sur tout le territoire (fortes implantations à Paris et Toulouse).
  • Infotel gère, développe et fait évoluer les systèmes informatiques et les applications de grands comptes tels que Peugeot, Caisse d’Epargne, BNP Paribas. Airbus Helicopters, Air France, IT-CE, i-BP ou encore l’Office Européen des Brevets.
  • 500 recrutements prévus en 2017 (contre 400 en 2016 et 300 en 2015), principalement des Bac+5 dont 50 % en 1er emploi.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *