Etude – Vacances d’été : les voyageurs européens impactés par des frais cachés

Une nouvelle étude TransferWise, entreprise spécialisée dans les transferts d’argent internationaux, et menée par Consumer Intelligence, dévoile les sommes colossales perdues par les Européens dans des taux de change élevés imposés par les banques et les bureaux de changes. De quoi inquiéter les 64% de vacanciers européens qui ont prévu de partir cet été !

 les voyageurs européens impactés par des frais cachés cet été !7,88 milliards d’euros perdus par les Européens pendant leurs vacances sur 1 année !

Les vacanciers européens résidant dans un pays de la zone euro sont les premiers touchés par les frais cachés. En effet, ils perdent 5,05 milliards d’euros lorsqu’ils retirent de l’argent à l’étranger, qu’ils règlent leurs achats avec leur carte bancaire dans un pays utilisant une devise autre que l’euro, ou encore lorsqu’ils troquent leur monnaie dans les bureaux de change. Et ils ne sont pas au bout de leur peine ! Car à cela s’ajoute les frais traditionnels et autres prestations bancaires. Alors qu’ils pensent avoir un budget prédéfini, ces voyageurs dépensent au total sur une année 5,20 milliards d’euros en frais bancaires pendant leur séjour, dont 97% correspondent à des frais cachés. Ce montant atteint même 7,88 milliards d’euros par an pour l’ensemble des vacanciers européens (zone euro et hors zone euro compris). Tandis qu’un citoyen de la zone euro perd en moyenne 115 euros par an dans les frais cachés, un Européen vivant hors zone euro est moins impacté avec 45 euros de perte par an.

Vacances d'été : les voyageurs européens impactés par des frais cachés

Les Français ne sont pas épargnés !

Si ⅓ des Français ont prévu de partir à l’étranger cet été**, ils surveillent néanmoins de près leur portefeuille ! Les Français choisissent en effet leur destination en fonction d’un budget précis et celui-ci s’élève cette année à 678 euros par personne pour les vacances à l’étranger**. Des prévisions et des économies vaines puisque les voyageurs dépensent malgré eux de l’argent dans des frais cachés ! Ces derniers auraient engendré 711 millions d’euros de perte pour les Français partis en vacances hors zone euro en 2017 !Et la tendance ne semble pas devoir s’inverser… Selon un sondage réalisé en juillet par Transferwise auprès de 1004 personnes, 3 Français sur 4 payent directement par carte à l’étranger au moment de leurs achats. Si les banques n’informent pas forcément leur clientèle sur les frais qui leur sont appliqués, les Français semblent peu soucieux de ses questions puisqu’ils sont moins de 30% à se renseigner auprès de leur banque sur les taux de change et sur les frais avant de partir à l’étranger.

Les réflexes à adopter pour économiser de l’argent lors des voyages à l’étranger

  • Se renseigner auprès de sa banque sur les frais et les taux de changes qui sont appliqués à l’étranger (en zone euro et hors zone euro) 
  • Ne pas changer d’argent à l’aéroport !
  • Eviter au maximum l’utilisation de votre carte bancaire à l’étranger
  • Privilégier les devises locales plutôt que l’euro lors du paiement par carte aux points de vente !

Sources : – Dernier baromètre annuel de l’institut Ipsos pour Europ Assistance
– Étude du cabinet Protourisme

Méthodologie de la recherche Consumer Intelligence

Les frais cachés sont définis par Consumer Intelligence comme la marge facturée par les fournisseurs de services de paiement (banques, bureaux de change…) aux consommateurs qui effectuent des opérations à l’étranger.

Les calculs sont basés sur les critères liés aux dépenses personnelles à l’étranger

Les données sont récoltées pour toutes les devises disponibles, et pour une fourchette de prix qui se base principalement sur les quatre pays de la zone euro (la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Espagne) et hors zone euro (UK, Pologne, Suède et République Tchèque) sur les trois/quatre banques principales de chaque pays (en fonction de leur part de marché selon une source officielle). A cela s’ajoute enfin les trois/quatre grands fournisseurs de paiement (toujours en fonction de leur part sur le marché).

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *