Comment investissent les entreprises françaises ?

Les entreprises françaises investissent davantage dans l’immatériel que leurs homologues européennes, mais leurs efforts ne les rendent ni plus productives, ni plus compétitives… Un paradoxe que la Fabrique de l’Industrie et France Stratégie analysent dans une étude conjointe sur la nature des investissements des entreprises françaises depuis 1995.

Comment investissent les entreprises françaises ?Bonne nouvelle ! Les entreprises françaises investissent beaucoup dans les actifs immatériels (logiciels, bases de données, R&D), qui sont au cœur de la compétitivité hors-prix. Ce qui contribue largement à expliquer que, toutes formes d’actifs confondues, l’investissement de l’industrie manufacturière française est globalement plus élevé en France que dans la plupart des autres pays européens.

En revanche, l’investissement dans les machines et équipements est un peu plus faible que chez nos voisins, ce qui pourrait expliquer en partie certaines performances économiques décevantes de l’industrie française.

Cet effort important dans l’immatériel semble cohérent avec l’image d’une « industrie du futur » qui s’appuie sur les outils numériques pour être plus compétitive. Reste à comprendre pourquoi il ne s’est pas traduit jusqu’à présent par des gains plus nets en matière de productivité et de compétitivité…

Cash managementDes études le confirment régulièrement : lorsque les produits français se vendent difficilement à l’étranger, c’est très souvent parce qu’ils ne se différencient pas assez sur le plan de l’innovation, de la qualité ou de la réputation et se heurtent ainsi à la concurrence de produits fabriqués dans des pays dont les coûts sont inférieurs aux nôtres.

L’impératif est certainement de reconquérir les parts de marché perdues et de retrouver l’équilibre voire l’excédent commercial dont notre pays a longtemps bénéficié. Il est aussi de nous préparer aux nouvelles formes de concurrence mondiale qu’annoncent tout à la fois la marche inexorable de l’industrie chinoise vers le plus haut niveau mondial, l’irruption des puissantes Gafam entre les entreprises et leurs clients, et enfin le virage déterminé pris par l’Industrie 4.0 chez plusieurs de nos concurrents et en particulier l’Allemagne.

Toutes ces conclusions et leur analyse sont à retrouver dans L’étude complète accessible ici, réalisée par Sarah Guillou, Caroline Mini et Rémi Lallement (L’investissement des entreprises françaises est-il efficace ? Paris, Presses des Mines, 2018).

A lire aussi :

« L’Usine extraordinaire » pour vivre l’industrie

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *