L’industrie du futur sera collaborative et mobile

Les dernières décennies ont été celles du changement, et ce, à tous les niveaux de la société. L’un de ces changements est l’irréfutable essor des robots, qu’ils soient utilisés à des fins personnelles, domestiques ou professionnelles. Dans une époque où tout doit se faire instantanément et arriver rapidement, les robots mobiles sont un atout indéniable pour les fabricants d’aujourd’hui et de demain.

Thomas Visti, CEO de MiR

Thomas Visti, CEO de MiR

Cette hausse continuelle des robots ne surprend plus personne. Les derniers chiffres de l’IFR (International Federation of Robotics) le confirment. Les ventes de robots de service professionnels ont augmenté de 85% en 2017 par rapport à 2016. 109 500 robots furent ainsi vendus, pour une valeur totale de 6,6 milliards de dollars.

Ces chiffres impressionnants reflètent l’importance du secteur industriel dans la commercialisation des robots. Généralement, c’est en premier lieu pour les fabricants et sites industriels que les robots sont créés et commercialisés. De l’alimentation à la logistique, il n’existe aucun secteur qui ne fasse pas appel à eux.

Le recours aux robots et au reste de l’industrie 4.0 vient d’un besoin très clair. Celui d’avoir une production de personnalisation de masse, combinant la flexibilité et la personnalisation de produits faits sur mesure, avec les faibles coûts associés à une production de masse.

Comment y répondre ? En possédant une chaîne de production flexible, capable de basculer la production rapidement. Et ce, parmi un nombre très élevé de petits produits définis. Une des clés pour atteindre cet objectif est de recourir aux robots collaboratifs et robots mobiles, faciles à déployer, programmer, travaillant en toute sécurité auprès des opérateurs humains.

La mobilité, critère principal du 21e siècle

En 2017, 63% de l’ensemble des 109 500 robots de service destinés à un usage professionnel étaient des robots logistiques, comme les robots mobiles autonomes. Depuis, leur popularité ne cesse de grandir, au point que l’IFR s’attend à ce que leurs ventes grimpent à 600 000 unités entre 2018 et 2021.

A lire aussi : Vincent Bedouin (We Network/Lacroix) : « Seule la filière IoT peut amener les ETI vers l’industrie du futur »

Ce développement tout récent est issu d’une prise de conscience des entreprises, que les retardataires se doivent de réaliser : l’automatisation du transport interne est une étape indispensable pour les entreprises souhaitant continuer leur développement. Il n’est plus possible, en 2019 et au-delà, à l’ère de l’automatisation et de la coopération homme-robot, de conserver un système de manutention du siècle dernier, où les humains se retrouvent encore à pousser des chariots et à perdre un temps précieux à se déplacer dans l’entreprise.

Aujourd’hui, les chaînes de production des sites industriels sont flexibles et dynamiques. Des obstacles variés (opérateurs, équipements, palettes…) remplissent ce qui était autrefois des passages dégagés. Plutôt que d’allouer des employés à la tâche ingrate (et désormais difficile) de la manutention, mieux vaut passer à un système de transport automatisé. Ce dernier apporte d’innombrables avantages pour les entreprises : plus grande flexibilité, aisance d’adaptation sans coût supplémentaire ni interruption des processus et surtout, une sécurité d’utilisation pour les employés.

L’automatisation, clé de la vitesse de livraison

La distribution et la livraison à domicile est un des secteurs qui va être bouleversé par l’arrivée massive de robots mobiles, d’autant qu’en France c’est un secteur mal-aimé, le Net Promoter Score1 des services de livraison/distribution étant de -29. Pourtant, il s’agit d’un facteur particulièrement important dans le choix des consommateurs ou clients français, puisqu’ils sont 40% à les considérer comme indispensables dans certains secteurs comme l’alimentation. De même, 55% d’entre eux sont prêts à changer de fournisseur pour un autre ayant un service de livraison plus efficace2.

Or, le recours à l’automatisation via des robots mobiles dans les entrepôts, qui aiderait à accélérer et fluidifier le transport de matériel, est l’une des solutions majeures à cette problématique. Aujourd’hui, 70% des coûts d’exploitation des entrepôts viennent d’opérateurs humains et ces derniers passent 70% de leur temps à déplacer des objets3. En passant à un système automatisé pour le transport de matériel dans ses entrepôts et sites industriels, une entreprise peut augmenter ses bénéfices d’au moins 8 %.

Un contexte idéal pour investir

Si les grandes entreprises multinationales ont très vite compris l’intérêt qu’elles ont à investir dans un parc de robots mobiles, ce n’est hélas pas encore le cas des PME. Ces dernières ont toutefois tout à y gagner. L’augmentation de la mobilité, la facilité de programmation et d’intégration en font un investissement extrêmement rentable pour les PME.

Le dispositif de suramortissement, adopté le 20 décembre 2018 par le Parlement et effectif depuis le 1er janvier 2019 (pour deux ans), pourrait leur permettre de rattraper ce retard. Il permet en effet aux PME françaises de défiscaliser à hauteur de 40% leurs investissements dans la robotique, les logiciels et les machines de production effectués depuis ce début d’année. L’occasion rêvée pour commencer à investir dans la robotique !

Un futur collaboratif et mobile

Les tendances et observations d’aujourd’hui, qui sont la cause de la forte adoption des robots par les entreprises, vont se développer au cours des années à venir. En particulier, la collaboration homme-robot. Certes, les robots mobiles progressent à toute vitesse, en partie grâce à l’IA. Certes, ils sont toujours plus perfectionnés, intelligents, réactifs et perceptifs, en mesure d’effectuer avec précision des tâches sans cesse plus répétitives et dangereuses. Certes, leur mobilité et leurs combinaisons possibles avec des bras robotiques industriels sont déjà utilisées avec succès dans de nombreux secteurs. Certes, ils sont capables d’assimiler des apprentissages et programmations toujours plus poussées.

Mais ce sera toujours aux humains de les programmer et de les guider.

L’avenir des robots mobiles est prometteur. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à réaliser les avantages d’une automatisation flexible. Il ne fait aucun doute que les robots mobiles, qui s’intègrent parfaitement dans ce processus, seront de plus en plus populaires et utiles. Il est de la responsabilité de tous, grandes entreprises comme PME ou fabricants de robots, de se préparer à saisir les opportunités à venir et de franchir le pas vers un avenir collaboratif et automatisé.

1Net Promoter Score, un indice de mesure de la satisfaction allant de 100 à -100.

2Etude Capgemini, The last-mile delivery challenge, 2018

3Fergal Glynn, Vice-Président du Marketing chez 6 River System, Etude Capgemini, The last-mile delivery challenge, 2018

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *