Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Etude mondiale sur la sécurité de l’information

EY publie les résultats de son étude annuelle « Global Information Security Survey » (GISS). Réalisé entre juin et août 2016, auprès d’un panel de 1 735 répondants de plus de 20 secteurs d’activités, le rapport dresse un état des lieux des pratiques et tendances des entreprises en matière de sécurité de l’information.

Près de 9 entreprises sur 10 ne jugent pas leur service de cybersécurité optimal. Consultez l’étude.

Parmi les grands enseignements :

Cyberattaque

–        1 répondant sur 2 déclare être en mesure de détecter une cyberattaque complexe, soit le niveau de confiance le plus élevé depuis 2013.

–        Plus de la moitié des répondants (57%) déclare avoir rencontré un incident en matière de cybersécurité. 48% citent les contrôles de sécurité ou l’architecture comme les plus grandes domaines présentant des vulnérabilités, soit une hausse de 34% par rapport à l’édition précédente de l’étude.

Service de Cybersécurité

–        Malgré des investissements conséquents, 86% des répondants estiment que leur système d’information ne répond pas pleinement aux besoins de leur organisation en matière de cybersécurité.

–        Près des deux tiers (64%) des organisations ne disposent pas d’un programme officiel de renseignements sur les menaces ou n’ont qu’un programme informel. Lorsqu’il s’agit d’identifier les vulnérabilités, plus de la moitié (55%) n’en a pas les moyens.

–        42% des répondants ne disposent pas d’une stratégie ou d’un plan de communication établi en cas d’attaque significative, tandis que 44% ne disposent pas de centre de supervision et de gestion des événements/incidents de sécurité.

Budget dédié

–        Si 57% des répondants considèrent la poursuite des opérations et la reprise après un sinistre comme une priorité élevée, seulement 39% prévoient d’investir davantage dans les prochains mois.

–        88% des répondants déclarent qu’ils n’augmenteraient pas leur budget dédié si un de leurs concurrents faisait l’objet d’une attaque.

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *