Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Migration Cloud : et si la gestion applicative était le facteur déterminant ?

[EXCLUSIF] A l’heure actuelle, plus de 85 % des entreprises[1] dans le monde se lancent dans des initiatives multi-cloud. Les promesses de ces stratégies sont principalement, agilité, évolutivité, maîtrise des coûts et une rapidité d’innovation. La croissance observée autour de l’adoption du Cloud ces dernières années n’est de fait pas surprenante.

Pejman Tabassomi, Senior sales consultant, AppDynamics

Pejman Tabassomi, Senior sales consultant, AppDynamics

Cependant, ces démarches de migrations présentent un certain nombre de challenges en matière de sécurité, conformité et performance. Pour initier une migration aussi efficacement que possible, il s’avère indispensable pour les entreprises de maîtriser les données liées à la performance de leurs applications.

Dans un tel contexte quels sont les défis informationnels qu’il faut intégrer en amont, pendant et après une migration vers le Cloud ?

Il existe de nombreux facteurs à prendre en considération lors de l’évaluation d’une migration vers le Cloud. Pour la majorité des CIOs, les règles de sécurité, de confidentialité et de conformité doivent être analysées en tout premier lieu. Elles représentent une base de décision importante avant de transférer les applications vers des infrastructures Cloud, qu’elles soient publiques ou privées.

Dans le cas des applications existantes, les conteneurs jouent un rôle majeur et croissant pour une telle prise de décision. En effet, l’investissement dans le format de ces derniers peut grandement aider à préparer et simplifier la portabilité des applications. Il permet aussi de tirer parti et de capitaliser sur l’expérience autour des technologies et des méthodologies de développement répandues dans le mondes des micro-services.

Une fois ces processus validés, la migration doit pouvoir se baser sur des KPIs clairs et lisibles. Dans cette perspective, les responsables informatiques auront à cœur de déterminer des métriques pertinentes mais surtout de rechercher dans la vaste quantité de données disponible, celles qui permettront de calculer les indicateurs clés d’activité, de performance commerciale et de rentabilité. Les statistiques relatives à l’expérience utilisateur, données applicatives ou d’infrastructure, apparaissent comme des données stratégiques permettant de mesurer et de comprendre avec précision les bénéfices d’un lancement produit ou de service pour les entreprises. Elles permettent aussi d’interpréter l’impact des dysfonctionnements, pannes ou ralentissements. Les solutions de gestion de la performance applicative (APM) offrent aujourd’hui une visibilité affinée de ces indicateurs de succès. En prenant le parti d’associer visibilité et pertinence des données, les entreprises enclenchent ainsi et très naturellement un processus de migration de la manière la plus sereine possible.

Quand bon nombre de chefs d’entreprise cherchent à réduire les coûts et optimiser leur marge, une migration Cloud peut se révéler onéreuse et mettre à risque leur plan de maîtrise et contrôle budgétaire. En réalité grâce au Cloud, l’entreprise dispose d’une plus grande souplesse d’exécution et des capacités de gestion des ressources opérationnelles. L’allocation dynamique et la rapidité d’affectation de ces ressources, les fonctionnalités d’automatisation et les stratégies d’application des politiques de sécurité et de conformité apparaissent comme les pièces maîtresses du dispositif et sont le garant d’un retour sur investissement à long terme.

La révolution Cloud est déjà engagée avec des retombées positives en termes d’agilité et d’économie de coût. Les entreprises ne craignent plus de migrer les applications existantes. Près de la moitié en ont d’ailleurs basculées plusieurs, à l’image des applications web et des outils collaboratifs. Les applications iOS et Android, celles relatives à l’ITSM, l’Analytics et le Big Data seront quant à elles prioritaires au cours des deux prochaines années.

Pour les sociétés les plus frileuses, la gestion des performances applicatives peut-être une manière de maîtriser davantage leurs réticences, en affichant en amont les indicateurs nécessaires au préalable d’une migration applicative vers le Cloud. Une réponse efficace à ce challenge de migration Cloud, passe par l’APM qui s’impose comme un gage de visibilité, d’agilité et de performance pour les entreprises.

[1] Migrating existing applications to the cloud pays off with cost, agility and end user experience improvements , IDC, August 2017

A lire également sur Alliancy :


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *