Quelle stratégie cloud en entreprise ?

Utiliser du cloud privé, public, hybride, ou du multi-cloud pour répondre aux besoins des applications

[EXCLUSIF] Alors que de plus en plus d’entreprises font le choix d’héberger leurs données sur du cloud hybride, il existe des corrélations intéressantes entre, à la fois, les entreprises, Internet et les Cloud Exchanges, mais aussi avec les fournisseurs de colocation, pour répondre aux attentes des stratégies IT des entreprises grâce aux cloud hybrides.

Frédéric Aguilar

Frédéric Aguilar, Directeur Technique France chez Extreme Networks

C’est une incroyable opportunité pour ceux à même d’aider les entreprises à renforcer leurs installations. Dans son rapport Strategic Roadmap for Data Center Infrastructure, Gartner remarque que « d’ici 2019, 80% des entreprises auront une stratégie IT qui comprend divers fournisseurs d’Infrastructure as a Service (IaaS) et de Platform as a Service (PaaS). » Ce chiffre atteignait seulement 10% en 2015, alors que « d’ici fin 2018, 10% des entreprises fermeront complètement leurs datacenters on-premise ».

Curieusement, comme le démontre le rapport Gartner intitulé Four Strategies for Colocation Technology Product Management, les fournisseurs de service de colocation pourront ainsi être une option viable dans un monde centré sur le cloud et pourront répondre aux besoins du cloud-first.

Comment les entreprises gèrent-elles leurs besoins en datacenters ?

Les clients finaux attendent de l’agilité dans leurs échanges, pour déployer les services rapidement. Ils espèrent aussi un strict accord de service et une efficacité opérationnelle.

Selon le rapport du IBM Center for Applied Insights, la plupart des entreprises s’attendent aux avantages suivants avec le cloud hybride :

  • 7 personnes interrogées sur 10 pensent qu’elles vont toujours utiliser un mélange d’IT traditionnelle et de cloud.
  • 9 chefs de file sur 10 déclarent que le cloud hybride leur apporte un meilleur ROI qu’un environnement totalement IT traditionnel ou tout cloud.

Le rapport remarque aussi « qu’augmenter la productivité est la priorité numéro 1 puisque les entreprises espèrent décharger une partie de leurs ressources IT et de leur complexité managériale dans le cloud. »

Toutefois, l’accroissement du chiffre d’affaires est également un bénéfice, puisque les entreprises ont pour objectif d’attirer de nouveaux marchés en utilisant du cloud hybride pour basculer vers de nouveaux projets tels que l’Internet des Objets (IoT). Tout cela va approfondir l’importance de la visibilité, de l’analytics et du reporting sur réseaux IXP/CXP. Les choix d’infrastructure réseau que font l’IXP/CXP aujourd’hui et les architectures en découlant, doivent assurer que le business réponde aux besoins émergents des clients.

Les fournisseurs de tous types devront réduire leur prix par port, tout comme la visibilité et l’automation devront réduire leurs CapEx et leurs OpEx. Ces services doivent être capables de répondre aux accords de service à tout moment.

Comment les entreprises évaluent leurs équipements en colocation

Afin de pérenniser les applications, les entreprises auront besoin d’une connexion haute performance à leurs paires ou au cloud. Cela devra également inclure l’habilité à changer activement le nombre de ports et éventuellement recevoir de la bande passante sur demande.

Une fois que la connectivité de base et le Cloud Exchange sont mis en place, elles auront rapidement besoin de plus de service et de charges applicatives (par exemple du big data analytics, du contenu, du stockage, Citrix, le mail, la téléphonie IP, le virtual desktop et un service de récupération). Ils auront souvent besoin d’une bande passante supérieure, ou probablement de multiple connexion à des ports 100 Gpbs.

Voici une liste des applications qui passent dans le cloud :

  • le développement et le test de programmes
  • les serveur de formation
  • les sites web
  • le CRM
  • les projets de management, les notes de frais et les gestions de frais
  • les logiciels RH
  • les anti-virus et anti-spam basés dans le cloud
  • Microsoft Office
  • le stockage cloud

Les réseaux IXP/CXP peuvent en partie satisfaire les besoins des applications avec un coût par port très réduit. Pour réduire davantage le coût et gérer une forte concentration d’utilisateurs et de types d’applications, la virtualisation VLAN ou VXLAN à un niveau granulaire (par application ou type de service) est également essentielle.

En outre, chacune de ces charges de travail applicatives nécessite des niveaux de service variés. Par exemple, certaines exigent une certaine priorité, d’autres auraient besoin de marquages individualisés et des priorités mesurées. Enfin, d’autres applications nécessiteront des explosions de bande passante ou d’autres ressources. Il faut alors bien se souvenir que toute charge de travail applicative ne va pas atteindre son maximum au même moment.

Ces niveaux de Class of Service (CoS) doivent être définis pour chaque type de charge de travail. A titre d’exemple, la vidéo et les communications unifiées exigent chacune des classifications et des attributs différents.

Avec plusieurs locataires et applications par tenant/entité, le support de ces catégories doit être automatisé. Les entreprises doivent s’assurer que leurs IXP ou CXP peuvent créer, supprimer, améliorer des services par site et par tenant/entité. Cela évite d’avoir besoin d’importants CapEx initiaux, comme le montre le graphique suivant.      

Quelle stratégie cloud en entreprise ?    

Par exemple, elles peuvent nécessiter deux fois plus de serveurs dans des périodes très actives que dans des moments de calme, et voudront faire correspondre des dépenses en énergie alignées avec le bgusiness, tout comme les serveurs et le stockage.

L’utilisation actuelle est représentée par la courbe blanche et la capacité à planifier en conséquence (en particulier lorsque l’on accepte les tâches en interne) figure en orange. Accorder trop de capacité et c’est un manque à gagner, trop peu et les clients sont insatisfaits.

Il s’avère très difficile de répondre aux besoins de manière exacte et c’est là que l’outsourcing spécialisé dans l’ajustement des services aux besoins des entreprises peut être utile. Les entreprises doivent autant que possible laisser d’autres personnes se charger du routage, de la latence, la sécurité, l’équilibrage de charge et tout le reste des fonctions IT qui bien qu’essentielles sont périphériques à leur cœur de métier.

Pour répondre à ces exigences, les entreprises adoptent des CXP ou des IXP afin de répondre à leurs besoins en cloud hybride et en peering. Les CXP et IXP doivent être stables, fiables et accessibles à tout type de réseau qui répondent à leurs critères de participation. Cela veut dire une stabilité permanente et la capacité à coexister avec des politiques d’interconnexion standards, ouvertes et libres.

L’objectif, après tout, est d’interconnecter autant d’entreprises et de fournisseurs d’accès au cloud que possible, avec un ajout continu de virtualisation, de visibilité, d’analytics, d’automation et d’agilité, avec la qualité nécessaire par entité, ou par service et type de charge de travail applicative.

La stratégie de cloud hybride IT reste la même

Il est certain que la stratégie de cloud hybride IT est amenée à rester. Gartner met en avant cette stratégie dans son rapport Infrastructure Agility Primer for 2017, déclarant que les entreprises qui incluent des fournisseurs de service de cloud public, autant que de cloud privé (où une sécurité renforcée et un contrôle sont nécessaires) pour leur propres charges de travail critiques auront les avantages les plus importants.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *