Le cloud hybride ouvert : moteur de l’agilité et de l’innovation au sein des entreprises

Les entreprises sont confrontées à une véritable accélération de l’innovation de la part des fournisseurs de cloud publics sous forme de services. La rapidité de mise sur le marché des nouveautés dépasse de loin les capacités de consommation, d’intégration ou d’absorption des entreprises qui sont ralenties par le poids de leurs leur dette technologique.

Hervé Lemaitre, Business Strategist de Red Hat France

Hervé Lemaitre, Business Strategist de Red Hat France

Or, les entreprises prennent conscience qu’elles sont dans l’obligation d’envisager l’utilisation du cloud (et de leurs services) pour leurs nouvelles applications au service de l’innovation des métiers, et ce, en tenant compte de leur parc applicatif existant. C’est en effet un axe fondamental de la réflexion autour du cloud qui s’opère dans les entreprises de toutes tailles, parfois même non exprimée sous cette forme. Lorsqu’elles parlent de leurs stratégies clouds (“Cloud First” par exemple), en réalité c’est une approche orientée applications qu’il faut voir (“Application First”). Cette approche est d’autant plus importante que même s’il est très siloté dans les organisations SI, le parc applicatif (et de données) est fondamentalement interdépendant de ses propres composants, des relations, échanges ou communications existants entre composants applicatifs par le biais d’architecture SOA (orientées services), de bus de message ou de bus de service d’entreprises.

C’est dans ce contexte que le cloud hybride prend sa véritable dimension. Les systèmes d’information sont aujourd’hui inévitablement constitués de plusieurs sources d’infrastructures (physique, virtuelle, cloud privé et cloud public) qui deviennent, par le biais des applications, forcément interconnectées et interdépendantes. Consommer, utiliser, s’appuyer sur les forces de chacune pour y placer le bonne charge applicative n’est pas aisé, et c’est dès lors l’objectif d’une approche plateforme de cloud hybride ouverte de venir abstraire cette complexité et ainsi de rendre transparentes ces sources d’infrastructures tout en fournissant la fabrique nécessaire à l’intégration et à l’exécution d’anciens et de nouveaux services applicatifs. Tout en préservant des attendus de qualité de service ou de performance, cette approche plateforme doit aussi sous-tendre et rendre possible le besoin d’agilité exprimé par les métiers aux organisations SI.

En mai dernier, Red Hat et Qualtric ont conduit une étude sur un panel de 1 000 professionnels de l’informatique familiers avec les technologies de type cloud. 23% d’entre eux déclarent que l’agilité est le résultat le plus désiré lors de l’adoption du cloud hybride. 93% pointent du doigt la performance en tant qu’élément très ou extrêmement important dans le choix de leur fournisseur de cloud hybride. Enfin, 31% de ceux qui gèrent plusieurs environnements de cloud ont déclaré qu’ils le font individuellement à l’aide d’outils distincts.

Un levier pour moderniser le parc applicatif existant

Concrètement, le cloud hybride correspond à la capacité à déployer une ou plusieurs applications à travers plusieurs fournisseurs d’infrastructure ou de services, interne et externe. Ce déploiement doit se faire de façon non disjointe, dans un modèle où l’architecture, le management, le monitoring, la sécurité, les données ou les API sont unifiés à travers l’ensemble des fournisseurs.

Dans une optique de non-dépendance à un seul acteur externe, ou de besoin de réversibilité, le cloud hybride peut et doit aussi devenir multi-cloud si plusieurs fournisseurs externes sont choisis. L’approche multi-cloud permet, en opérant de manière unifiée une application à travers de multiples fournisseurs de services cloud, de bénéficier des points forts de chacun. Offrant une solution homogène, cette stratégie est de plus en plus plébiscitée par les organisations.

Enfin, l’historique applicatif de chaque entreprise fait cohabiter des architectures de différentes générations et de différentes technologies, hébergées sur différents types de plateformes matérielles ou virtualisées. Avec le mode hybride, l’entreprise peut ainsi unifier l’ensemble de ses parcs applicatifs.

De la nécessité d’adopter une approche ouverte

Au cloud hybride peut s’adjoindre une composante fondamentale : l’ouverture et la liberté. Le cloud hybride ouvert apporte aux clients la liberté de choisir sans verrouillage le ou les fournisseurs de ressources ou de services qui lui conviendront, et pour ce faire, s’appuie logiquement sur des composants technologies open source, libres et ouverts et qui reposent sur des standards ouverts et accessibles à tous. Par l’intermédiaire d’une approche plateforme, il répond au besoin d’abstraction des sources d’infrastructures tout en permettant, dans l’optique d’une approche application de proposer la meilleure source aux applications du SI, dans le cadre imposé par les contraintes techniques, métiers ou de qualité de service propres à chaque application.  Et en dernier lieu, cette abstraction est aussi offerte au niveau même des services de fournisseurs de cloud externes, rendant possible la non-dépendance forte d’une application à un service spécifique d’un fournisseur unique.

 En ce sens, le cloud hybride devient la réponse technologique de référence à ce besoin, en banalisant toutes les fondations d’infrastructures sous-jacentes.

La plateforme qui permet cela est Kubernetes, ou plus spécifiquement chez Red Hat la plateforme applicative OpenShift Container Platform, la déclinaison industrielle de Kubernetes. Openshift Container Platform, à travers son ADN open source, sa certification de conformité kubernetes et son écosystème de partenaires certifiés fournit toutes les caractéristiques de la plateforme de cloud hybride ouverte : elle rend immatériels tout fournisseur de cloud et son environnement de gestion unifiée et automatisée la rend opérable et simple à déployer. Ce sont ses composants open source de container, d’orchestration, de supervision, de développement et livraisons applicatives qui la rendent ouverte à toute application. Elle constitue ainsi la plateforme idéale pour mettre en œuvre un cloud hybride au service des applications.

Le cloud hybride redonne le choix aux entreprises

De nombreuses entreprises ont mis en place leur stratégie de cloud hybride grâce à ce type de solution. Celles-ci le font dans le cadre de l’un ou plusieurs de ces 4 axes de développement : une stratégie de cloud hybride multi-fournisseurs, une stratégie d’amélioration de service à ses clients, une stratégie technologique de plateforme innovante et une stratégie de transformation radicale impliquant processus, organisation et culture.

Le cloud est et restera hybride tout en s’appuyant sur des standards ouverts, des API ouvertes et du code ouvert (open source). Et pour cause, l’utilisation de l’innovation technologique s’opérant dans l’univers de l’open source permet d’aller jusqu’au bout de la démarche qui pousse à utiliser le cloud hybride en garantissant la possibilité de faire des choix technologiques indépendants.

L’approche plateforme de cloud hybride offre une solution idéale et sur-mesure pour les entreprises qui souhaitent profiter des avantages des clouds public et privé. Grâce à l’hybridation, elles bénéficient ainsi de la souplesse et de l’efficacité nécessaires pour être compétitives.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *