La e-santé peut-elle voir le jour sans le cloud ?

Le secteur de la santé est en pleine métamorphose. La mutation des générations laisse la place à des praticiens attachés à leurs métiers mais plus sensibles aux contraintes économiques et aux ouvertures technologiques. De leurs côtés, les patients sont plus connectés que jamais, plus matures technologiquement et en demande d’instantanéité concernant leur prise en charge en milieu médical et hospitalier.

Jean-Pierre Boushira, VP Europe du Sud chez Veritas Technologies

Jean-Pierre Boushira, VP Europe du Sud chez Veritas Technologies

Pour se transformer, le secteur de la santé doit, comme beaucoup d’entreprises privées, passer par la transformation digitale, ne serait-ce que pour améliorer les échanges entre patients et professionnels. La télémédecine par exemple, sera bientôt ouverte à tous les professionnels de santé pour mettre fin aux problèmes de déserts médicaux dans beaucoup de villes de France. Un espace 100% numérique est en cours de finalisation également pour que les patients puissent avoir accès à leur dossier médical partagé. D’autre part, la plateforme actuelle regroupant toutes les données de santé des individus sera aussi étendue aux données cliniques recueillies par les médecins libéraux.

Pour faire face à ces nombreux changements, les acteurs du secteur doivent maintenant faire preuve d’adaptation et de réactivité afin de bien anticiper les demandes et de ne pas se faire dépasser. La plupart sont encore réticents à sauter le pas : passer à un système complètement dématérialisé fait peur pour des professionnels habitués à avoir la maitrise complète de leur système d’information. De plus, faute de formation professionnelle, beaucoup ne sont pas familiers avec les caractéristiques techniques et les nombreux avantages de passer au tout numérique.

A découvrir sur Alliancy : Le carnet d’expériences « Cloud hybride »

Mais le sujet phare au cœur de cette transformation reste la question des données des patients, de leur encadrement légal et des enjeux que représentent ces dernières pour l’économie. La question de la sécurité demeure centrale et la garantir passe par le type de solutions technologiques utilisées pour y parvenir. À ce titre, et en seulement quelques années, le cloud s’impose peu à peu pour les acteurs de la santé comme la technologie la plus adéquate pour relever ces nouveaux défis. Mais que peut-on réellement attendre de cette technologie ?

Le cloud pour rendre les données de santé plus exploitables et améliorer le parcours patient

Les bénéfices à adopter une technologie cloud pour les entreprises sont de moins en moins à démontrer. D’abord, parce qu’une solution dématérialisée telle que le cloud n’est plus synonyme de pannes purement « matérielles » pour les systèmes d’informations. Aussi, les professionnels ne sont plus limités en termes d’espace de stockage puisque l’ajout de mémoire se fait simplement, en quelques clics.  Autre avantage : le fait de pouvoir confier les données à un fournisseur de cloud, professionnel de son métier, permet aux entreprises de pouvoir déléguer cette tâche et de se concentrer sur des sujets plus en lien avec leur cœur de métier. Enfin, disposer d’un environnement plus connecté permet aussi de réduire les coûts en adoptant des solutions d’archivages plus abordables et surtout moins encombrantes !

CARNET D’EXPÉRIENCES ALLIANCY – DSI STRATÈGES ET INFRASTRUCTURESCes spécificités standards du cloud peuvent facilement s’adapter à la santé. Mais il existe des avantages non négligeables qui peuvent grandement améliorer ce secteur : la possibilité de faciliter la collaboration entre les professionnels de santé dépendant d’un même groupe par exemple, mais travaillant sur différents sites éparpillés en France. Dans ce cas de figure, les fiches et les documents dématérialisés concernant les patients peuvent être partagés instantanément.

La collaboration des médecins à distance sur des traitements devient elle aussi plus efficace. Ainsi, un patient cardiaque traité dans un centre de santé à Paris, qui est victime d’une crise pendant ses vacances à Marseille, pourra facilement accéder à son parcours de soin et le partager avec les médecins sur place.

De même, l’exploitation des données à des fins sanitaires et dans le cadre d’analyses de santé publique devient aussi plus efficace. Dans le cas d’une épidémie de grippe par exemple, il est possible d’augmenter facilement la quantité de données à stocker dans le cloud. La facilité de traitement de ces dernières, même en grands volumes, représente un moyen d’observer l’évolution des virus à grande échelle pour pouvoir ensuite mieux l’éradiquer. À ce titre, l’exploitation des données peut faire partie de prises de décisions stratégiques, le cloud mettant à disposition des outils d’analyse précis, que les données soient structurées ou non qu’elles que soient leurs flux. Les établissements de santé deviennent donc plus agiles et travaillent mieux au quotidien, tout en facilitant l’adoption d’outils technologiques auprès de leurs collaborateurs.

A lire aussiLe cloud hybride dans la santé va doubler d’ici deux ans

 

Le cloud pour assurer la sécurité des données de santé

Si décloisonner les données de santé est essentiel pour que le secteur devienne plus flexible, la sécurité et la confidentialité des données des patients doivent rester au cœur des préoccupations des acteurs. Il s’agit de la plus grande inquiétude des professionnels surtout avec les attaques de rançongiciels et de vols de données qui sont de plus en plus fréquentes.

À ce titre, le cloud est aujourd’hui considéré comme une des technologies les plus sécurisées au monde en ce qui concerne le stockage de données. En effet, et contrairement aux solutions sur site (on premise) le cloud possède plusieurs couches de sécurité supplémentaires et la protection des données est mieux assurée grâce à des mécanismes de redondance. Attention cependant à la notion de responsabilité en termes de données qui implique aussi bien le fournisseur de cloud que l’entreprise détentrice des données. Selon l’étude Truth in Cloud menée par Veritas, 69% des entreprises pensent que la responsabilité en cas de panne incombe en priorité à leurs fournisseurs de service cloud…[1] Alors qu’elle concerne également l’entreprise !

Si les avantages du cloud ne sont plus à démontrer, les professionnels doivent encore s’équiper en conséquence. Ces derniers prennent cependant conscience que pour pouvoir fournir des soins de pointe à leurs patients, ils devront en parallèle, s’appuyer sur des données fiables, stockées à moindre coût et donc s’équiper en technologies conséquentes. Mais pour y parvenir, c’est d’abord l’éducation à la technologie puis la collaboration entre les différents acteurs qui permettront d’encourager ce virage de la transformation digitale à grande échelle.

[1] Source : https://www.veritas.com/form/whitepaper/the-truth-in-cloud

 

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *