Du travail à domicile au travail en tout lieu, il n’y a qu’un pas

Un premier pas vers le « travail en tout lieu » vient d’être franchi. Au premier semestre 2020, les entreprises à travers le monde ont dû rapidement étendre leur infrastructure de télétravail pour permettre à des équipes entières d’exercer leur activité depuis leur domicile. Avec l’assouplissement des mesures de distanciation sociale dans certains pays européens, une partie des effectifs reprend déjà le chemin du bureau. Pour les départements informatiques, c’est le moment de faire le bilan et de déterminer comment la technologie déployée au cours des derniers mois à contribué à maintenir la bonne marche des opérations et à améliorer la satisfaction des employés à l’égard des solutions de télétravail. Les entreprises doivent aussi en profiter pour examiner de plus près les modèles de travail potentiels futurs imposés par la crise.

https://www.alliancy.fr/renforcer-autonomie-numerique-guideDécouvrez le nouveau guide à télécharger « Vulnérabilité des équipes IT, automatisation, cloud computing… Quels choix pour renforcer son autonomie numérique ? ». 

 

Nathan Howes, Director Transformation Strategy, Zscaler

Nathan Howes, Director Transformation Strategy, Zscaler

Selon la stratégie de réponse à la crise mise en œuvre, les conclusions varieront sensiblement d’une entreprise à l’autre. Celles qui avaient déjà bien entamé leur transformation numérique et utilisaient des processus Cloud pour accroître leurs capacités de travail mobile de manière flexible ont sans doute réagi rapidement. Elles ont pu placer leurs employés chez eux pour les protéger, tout en leur fournissant un accès performant et sécurisé aux données et applications hébergées sur le réseau d’entreprise ou dans le Cloud. La relocalisation d’une grande partie du personnel a été l’occasion pour des solutions déjà en place de recevoir leur baptême du feu. Dans le meilleur des cas, l’infrastructure aura prouvé qu’elle était capable de s’adapter avec souplesse à la hausse de la demande sans créer de frictions majeures. Tout ce qu’il reste à faire à présent, c’est d’optimiser l’infrastructure afin d’éradiquer les problèmes mineurs mis en lumière par la crise.

La crise oblige les entreprises à franchir le pas de la transformation numérique

Face à la crise et à l’urgence des changements à opérer, d’autres entreprises ont déployé leurs initiatives de transformation numérique plus rapidement qu’initialement prévu. Des projets qui étaient peut-être bloqués en phase de planification et de préparation depuis des mois ont subitement été propulsés en tête des priorités et bénéficié de budgets auparavant indisponibles. Dans ces entreprises, le temps a été le pire ennemi des équipes informatiques chargées de déployer de nouveaux concepts pour assurer la continuité de l’activité. En misant sur des solutions d’accès à distance dans le Cloud, elles se sont épargné les longs délais de livraison et de déploiement de nouvelles infrastructures matérielles, mettant toutes les chances de leur côté. Elles ont pu rapidement concrétiser les POC de leur projet d’accès à distance basé sur le Cloud et tirer ainsi parti de l’élasticité du Cloud.

https://www.alliancy.fr/renforcer-autonomie-numerique-guideD’autres entreprises ont préféré mettre à niveau leurs infrastructures matérielles existantes. Elles ont débloqué des budgets importants en un temps record pour étendre leur technologie éprouvée d’accès à distance. Toutefois, le réseau et la connectivité existants se sont probablement révélés inadaptés à une brusque augmentation des besoins en bande passante et en capacité VPN, et il leur a fallu déployer des solutions d’urgence en attendant la livraison de nouveaux équipements.

Elles ont peut-être alterné travail à domicile et au bureau, ou défini différentes plages horaires réservées à l’utilisation de l’infrastructure d’accès à distance depuis le domicile afin d’éviter les goulets d’étranglement au niveau de la bande passante. Dans ce cas, ce sont les employés qui ont souffert, se voyant contraints de travailler sur des systèmes peu performants pour accéder aux environnements nécessaires à l’accomplissement de leur mission.

Leçons de la crise

Avec la crise, les entreprises ont dû rapidement trouver des solutions pour permettre à leurs employés de travailler depuis leur domicile. Le moment est à présent venu de réévaluer la praticité, les coûts, la sécurité et la pérennité de ces concepts mis en œuvre à la hâte. Dans la plupart des cas, il apparaît clairement que la productivité n’a pas été pénalisée par le travail à domicile et que le maintien de l’activité à distance est possible à condition que les employés disposent d’un accès performant et sécurisé à l’ensemble des applications dont ils ont besoin, sans aucune restriction. Cette prise de conscience subite fait vaciller tous les vieux préjugés sur le travail à domicile et encourage les entreprises à voir les choses sous un nouvel angle.

A lire aussi  :Infographie – L’après-crise : quel lendemain pour le télétravail ?

Si les employés sont aussi productifs lorsqu’ils travaillent chez eux, les entreprises pourront repenser leur stratégie d’organisation au bureau. Alors que certains membres du personnel sont impatients de retourner au bureau, de nombreux autres ont pris goût à la flexibilité du travail à domicile et souhaitent continuer à profiter de ses avantages, sinon de façon permanente, du moins de temps en temps. Si l’entreprise n’a plus besoin de bureaux physiques pour ces employés, elle sera en mesure de réduire ses coûts immobiliers et toutes les charges associées. Cela fait des modèles de bureaux partagés une option soudainement plus séduisante dès lors qu’ils sont uniquement utilisés pour des réunions d’équipe occasionnelles ou des visites clients.

Facilité d’utilisation, critère clé d’adoption

Pour que des modèles d’espace de travail flexibles tels que ceux-ci fonctionnent, il est essentiel que les utilisateurs bénéficient d’un accès fluide et sécurisé aux environnements de travail dont ils ont besoin. Ces environnements doivent être identiques quels que soient l’appareil employé et le lieu où se trouve l’utilisateur lorsqu’il accède aux applications ou aux données. Plus il sera facile pour les utilisateurs d’exploiter l’environnement informatique, plus le taux d’adoption sera élevé. S’ils accèdent aux données aussi simplement et rapidement à leur domicile ou en déplacement, sans menus compliqués supplémentaires à parcourir ni processus de connexion au réseau fastidieux, ils ne se sentiront pas dépendants de leur bureau d’entreprise.

La création d’une expérience utilisateur homogène en tout lieu, nécessite le développement de processus simples et sécurisés, limitant au strict minimum le nombre d’obstacles dressés sur le chemin des utilisateurs. Pour y parvenir, différents départements doivent se mobiliser autour d’un objectif commun : le département informatique sera responsable de la technologie d’accès sécurisé aux applications, veillera au respect des règles de protection des données et proposera des outils de collaboration entre équipes, tandis que le service des ressources humaines se chargera des horaires de travail, ainsi que des questions de santé et de sécurité. Dans tous ces processus, la priorité numéro un est de réduire les points de friction entre les différents espaces de travail. Il est dès aujourd’hui possible de concrétiser cette vision connectée. En effet, il existe déjà une technologie qui permet aux employés d’accéder aux applications et aux données, quel que soit l’endroit où elles sont stockées, en tout lieu et depuis n’importe quel appareil mobile.

SASE : sécurité des nouveaux environnements de travail

Alors que l’environnement de bureau physique centralisé perd de sa pertinence dans le monde du travail moderne et que le télétravail flexible gagne à l’inverse du terrain pour combler le vide, deux concepts liés garantissant la sécurité des flux de données deviennent la nouvelle norme : le SASE (Secure Access Service Edge) et le Zero Trust. Les entreprises migrent leurs applications vers le Cloud et les utilisateurs peuvent de plus en plus se connecter en tout lieu. Dans ces conditions, les systèmes traditionnels de sécurité des réseaux n’offrent plus une protection adéquate. Spécialement conçu pour répondre aux problématiques modernes du travail dans le Cloud, SASE est un modèle développé par Gartner dans lequel les fonctions de sécurité sont transférées du réseau vers le flux de données entre l’utilisateur et l’application. Avec le modèle SASE, les entreprises ont l’assurance que leurs informations sont sécurisées chaque fois que les utilisateurs accèdent aux applications et aux données, où qu’ils se trouvent.

A lire aussiFlexibilité et résilience : comment le télétravail préserve les entreprises des crises

L’accès Zero Trust aux ressources constitue également un élément essentiel du modèle. L’accès réseau Zero Trust (ZTNA, Zero Trust Network Access) connecte les utilisateurs aux applications de manière sécurisée sans passer par le réseau traditionnel de l’entreprise. Un modèle de type Zero Trust s’appuie sur l’identité des utilisateurs pour une segmentation granulaire de leurs droits d’accès à des applications spécifiques. Cette approche met un terme au partage des ressources réseau puisque chaque accès au niveau applicatif est validé avant d’être approuvé. Un périmètre défini par logiciel fournit le framework de communication entre l’utilisateur autorisé et l’application requise.

Un monde sans bureaux

Les architectures de connectivité et de sécurité basées sur les approches SASE et Zero Trust offrent des environnements de travail homogènes aux employés. Ces environnements conservent la même apparence, que le collaborateur s’y connecte au bureau, depuis son domicile ou lors de ses voyages d’affaires. Ils aident les entreprises à faire face à la croissance des besoins ou à des événements externes avec davantage d’agilité, et garantissent la fluidité et la poursuite des opérations en cas de crise. Grâce à eux, les dirigeants n’ont pas besoin de modifier précipitamment les processus organisationnels pour se conformer à un plan de continuité d’activité. Où qu’ils se trouvent, les utilisateurs bénéficient d’un accès continu et sécurisé aux données et aux services, ce qui leur permet d’exercer leurs activités quotidiennes de manière plus flexible, et aux entreprises d’atteindre les niveaux d’agilité promis par la technologie Cloud.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *