Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Identifiez-vous pour lire l’intégralité des articles premium et accéder à l’ensemble de nos ressources.
Pour recevoir les dossiers thématiques par mail, inscrivez-vous !
Je m'identifie

Comment les entreprises peuvent relever le défi de la gestion énergétique de leurs datacenters ?

[EXCLUSIF] Lors de la Conférence de Paris sur le Climat en 2015, la France s’est engagée à réduire significativement ses émissions de carbone. Compte tenu que les datacenters Français représentent aujourd’hui 9 % de la consommation d’énergie en France selon EDF, il s’agit là d’un secteur à prendre en considération. Afin de développer des infrastructures plus respectueuses de l’environnement et relever ce défi de taille, il sera néanmoins indispensable de former des équipes qualifiées. Il s’agit en effet de compétences nouvelles, et la recherche de nouveaux talents au sein des équipes internes et chez les prestataires est un enjeu crucial.

Eaton-François Debray-

François Debray, Responsable Business Development pour la division IT Réseaux pour l’Europe de l’Ouest & l’Afrique chez Eaton

Un rapport mené par Eaton, en collaboration avec le cabinet d’analyse Freeform Dynamics, révèle que les pannes d’infrastructures au sein des datacenters sont plus fréquentes que ce que l’on ne croit. Bien qu’une partie des pannes provienne directement des installations elles-mêmes, l’étude révèle que des lacunes de compétences au sein des équipes en sont également la cause. En effet, ce manque de compétences liées à la gestion de l’énergie des datacenters ne permet pas de réagir rapidement et efficacement en cas de panne électrique.

Quelles solutions existent aujourd’hui pour lutter efficacement contre le manque de compétences et pour améliorer sa gestion énergétique ?

Mieux connaitre ses lacunes pour pouvoir les combler

Aujourd’hui, de nombreux datacenters ont été conçus il y a plusieurs années, et leurs infrastructures et technologies peuvent être obsolètes et inefficaces.

Par ailleurs, étant particulièrement énergivore, le coût de fonctionnement d’un datacenter dépasse souvent le coût d’investissement. Les nouvelles technologies en matière de gestion d’énergie sont alors un pré-requis dans leur modernisation.

Ces deux raisons doivent amener les responsables de datacenter à repenser son infrastructure, mais également prévoir les formations adéquates pour que les équipes internes et les prestataires aient les compétences nécessaires pour gérer ces nouveaux environnements.

Un manque de confiance reconnu

La gestion d’un datacenter requiert des compétences accrues. Aujourd’hui, en raison du rythme soutenu des innovations sur ce secteur, les hébergeurs et opérateurs actuels affirment ne pas avoir les compétences requises pour résoudre les problèmes techniques et pannes électriques qui peuvent se produire.

En effet, la dernière étude menée par Eaton en septembre 2016 auprès de 320 professionnels des datacenters révèle que seulement 52 % d’entre eux pensent avoir le niveau d’expertise ou de compétence nécessaire pour résoudre rapidement un problème ou incident lié à la gestion de l’énergie dans le datacenter.

Cette incertitude quant à leurs compétences a des répercussions importantes sur la capacité de s’assurer que l’infrastructure du datacenter est bien conçue sur le plan énergétique.

Former les nouveaux talents à une meilleure maitrise énergétique

Dans le cadre de l’accord universel pour le climat signé lors de la COP21 à Paris, des changements majeurs devront être amorcés dans la gestion de l’électricité en France. Le secteur des datacenters étant l’un des plus énergivores, celui-ci devra être pris en considération. Non seulement en réduisant sa consommation d’électricité grâce à des énergies renouvelables par exemple, mais également en stockant l’énergie produite.

Cet engagement contribuera à attirer de nouveaux talents qui auront les compétences et l’expertise en matière de gestion d’énergie pour relever ce défi. Leur expertise sera en effet indispensable pour continuer d’innover au sein des datacenters, et permettre ainsi à la France de respecter ses engagements et de se développer dans l’économie du bas carbone.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *