L’Open innovation, c’est échouer & rebondir

L’Open Innovation est une tendance très actuelle dans le monde de l’entreprise qui est né d’un constat simple : les grandes entreprises sont lentes à innover et ne parviennent pas à suivre le rythme effréné que les nouvelles technologies leur imposent. L’open innovation, elle, permettrait justement d’innover plus vite en faisant appel à des ressources extérieures (startups, chercheurs, écoles, cabinet de conseils…). C’est donc une solution pleine de promesses, mais aussi pleine d’inconnues, qui se dessine naturellement dans beaucoup de comités de direction et qui arrivent doucement chez nos entreprises françaises. La course à l’innovation étant lancée et la compétition accrue, se jeter dans l’open Innovation, sans en comprendre les points clés est à coup sûre une erreur qui peut rendre les bases d’un projet complètement instables.

Collaborer plutôt que déléguer

Charlotte Grivot, Consultante mc2i Groupe

Charlotte Grivot, Consultante mc2i Groupe

L’open innovation n’est pas une délégation de l’innovation à une tierce entreprise ou à de tierces personnes, mais une collaboration entre plusieurs entités pour atteindre un objectif commun. De ce fait, on ne gèrera pas ces relations comme avec des prestataires. Cette intervention doit venir en complément et alimenter un service R&D sur des sujets et des axes précisément définis.

Ce sont ces éléments qui vont permettre de déterminer quelle forme l’open innovation prendra et avec quel(s) type(s) de partenaire(s). Qu’importe l’orientation choisie (écoles, chercheurs universitaires, hackathons, start-ups, etc.), le cadre de travail se doit d’être suffisamment transparent et le mode de gouvernance clairement établi, afin de faciliter la gestion des relations et des projets. Une vigilance accrue sur la confidentialité sera également importante. Il pourra être nécessaire d’adopter l’agilité et de mettre en place des circuits courts, pour alléger les procédures et les règles de gestion, rendre le plus fluide possible les échanges, les processus de facturation (entre grands groupes et start-ups notamment).

Lire aussi  : Le Club des Partenaires clarifie la question de la co-innovation à l’ère du numérique

 

Accepter les risques d’échecs

Se lancer dans l’open innovation c’est aussi accepter les risques d’échecs d’une telle collaboration. Si l’objectif n’est pas commun à tous les acteurs, si la situation n’est pas « gagnant-gagnant » pour l’ensemble des partenaires, alors le risque d’échec sera très élevé. Il est impératif que chacun y trouve une récompense, un ROI, pour que la dynamique d’innovation soit équilibrée et pérenne. Il faut cependant aussi accepter, et ce dès les premières instances de décision, que les projets puissent échouer. L’open innovation, c’est échouer et rebondir pour atteindre un cheminement d’amélioration continue. Les décisionnaires de grandes structures peuvent avoir du mal à comprendre cette démarche, car ils n’y sont pas toujours habitués. Pour faciliter leur suivi et leur prise de décisions, il est utile de mettre en place des indicateurs de suivi de développement et de l’expérimentation. Utiliser les chiffres pour démontrer ce qui fonctionne et ce qui est à améliorer, permettra de donner des éléments clés, pour gérer à la fois les aspects financiers et fonctionnels des projets.

L’open innovation : une gestion avant tout humaine

Finalement, pratiquer l’open innovation en entreprise, c’est avant tout gérer l’humain. En misant sur des circuits courts, on peut remettre en cause le statut hiérarchique de certains individus. Toutes les strates décisionnelles doivent être sensibilisées aux changements que cela va engendrer dans leur organisation, et accepter que les pôles de décisions soient décentralisés. De ce fait, il semble indispensable que la démarche soit appuyée et insufflée par la direction. Cependant, le management de l’innovation a aussi des impacts sur les ressources humaines. Plus les profils seront divers, plus l’innovation sera disruptive. C’est d’ailleurs souvent un des problèmes qui rend la collaboration entre les grandes structures et les start-ups compliquée. Les softs skills telles que la flexibilité, l’adaptabilité, le savoir être, l’écoute… sont indispensables pour favoriser une bonne cohésion d’équipe.

Découvrir le dossier : Innovation : Enrichir son écosystème

Vous l’aurez compris, se lancer dans l’open innovation, c’est un état esprit qui nécessite des ajustements humains, financiers et organisationnels. Il est préférable de commencer sur des projets en dehors de son activité principale afin de ne pas remettre son business model en question. On privilégiera les projets transverses, qui mettent en relation plusieurs acteurs, sans oublier de se fixer un objectif commun à tous. La diversité des profils, des horizons, des personnalités et la mise en place d’un pacte de confidentialité entre les acteurs, seront les éléments clés de la constitution de l’équipe.

Pour conclure, l’open innovation c’est s’adapter et se flexibiliser pour avancer. Il ne reste plus qu’à voir si nos grandes structures arriveront à se moderniser et prendre cette nouvelle voie qui s’offre à elles.

Sources: 

  • https://www.umi.us/fr/blog/open-innovation/
  • https://www.institutopeninnovation.fr/nos-etudes-open-innovation/
  • http://www.brainswatt.fr/open-innovation-incontournable-pourquoi-comment/
  • http://obs-commedia.com/actu/lopen-innovation-dans-les-grandes-entreprises-pourquoi-avec-qui-comment/
  • https://www.humanperf.com/fr/blog/innovation/articles/open-innovation-entreprise
  • https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/pourquoi-l-open-innovation-ne-marche-pas-pour-les-grandes-entreprises-610757.html
  • https://www.cigref.fr/wp/wp-content/uploads/2017/09/CIGREF-OPEN-INNOVATION-Reponse-challenges-entreprise-2017.pdf

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *