Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Identifiez-vous pour lire l’intégralité des articles premium et accéder à l’ensemble de nos ressources.
Pour recevoir les dossiers thématiques par mail, inscrivez-vous !
Je m'identifie

L’intelligence artificielle dans l’entreprise : une opportunité à encadrer

[EXCLUSIF] Avec notamment pour objectif “d’étudier les actions nécessaires pour permettre à la France et à l’Europe d’être à la pointe de l’économie de l’IA”,  le projet Villani, a conforté l’intelligence artificielle sur le devant de la scène gouvernementale. Perçue comme un moteur futur de croissance et compétitivité, l’AI attire la France qui entend allouer 100 millions d’euros cette année puis 70 millions les années suivantes aux startups de l’AI et de la deeptech durant le quinquennat du gouvernement Macron.

Le but est de dynamiser cet écosystème technologique, soutenu par ailleurs par un plan de création d’institutions spécialisées et l’engagement de grands acteurs internationaux de la technologie tels que Samsung, Google ou IBM. Si l’importance et l’intérêt actuels apportés à l’intelligence artificielle ne font aucun doute, cependant, encore faut-il appréhender le sens et les implications de cette notion relativement ancienne.

Julien Hennico, Vice Président Marketing, Geoblink

Julien Hennico, Vice Président Marketing, Geoblink

La perception de l’intelligence artificielle dans l’entreprise varie selon les services

Le terme intelligence artificielle (AI) a été inventé par John McCarthy en 1956 à l’occasion d’une réunion importante de chercheurs couvrant entre autres, les domaines de la théorie de la complexité, de la simulation de langage et du machine learning.  Lors de ce rassemblement, les personnes présentes avaient prédit que les progrès continus dans la technologie et la programmation de logiciel mèneraient finalement les ordinateurs à posséder des capacités comparables à l’intelligence humaine. De cette conférence est né l’ensemble du domaine interdisciplinaire de l’IA, fournissant une base intellectuelle qui façonnera dès lors l’avenir de l’informatique et les efforts de développement.

Aujourd’hui, 62 ans ont passé depuis que le concept d’intelligence artificielle a vu le jour et le domaine n’a cessé d’évoluer depuis. D’une importance capitale pour les entreprises et leur développement futur, il est nécessaire d’appréhender la signification de l’intelligence artificielle pour le monde des affaires. Tout d’abord il convient de préciser que la vision de l’intelligence artificielle dans le monde professionnel n’est pas uniforme. On constate en effet une différence notable selon que l’on se place du côté de la direction des systèmes d’information (DSI), chargée de garantir la continuité du service informatique et ses évolutions pour le reste de l’entreprise; ou des directions métiers, incluant globalement les domaines plus traditionnels. Pour les premiers, l’AI serait liée au machine learning, au système décisionnel ou cognitif et au Big data, tandis que pour les direction métiers, l’AI concernerait davantage les objets connectés, la robotique ainsi que le Big data.

 La démocratisation de l’intelligence artificielle dans l’entreprise

Si la définition varie, l’importance de l’AI pour le futur des affaires lui est unanime. En effet, plus de la moitié des entreprises affirment avoir l’intention d’investir dans des assistants virtuels et 88% d’entre elles tiennent l’AI comme l’un des 3 facteurs majeurs allant influencer le milieu du travail d’ici 2025 selon la dernière étude WorkPlace 2025 réalisée par PAC et commanditée par Fujitsu. La généralisation prédite de l’AI dans l’entreprise est globalement bien perçue. Les sociétés y voyant une opportunité de synergie avec le travail humain, sensée émanciper des tâches répétitives, et libérer du temps pour les salariés afin de se concentrer davantage sur des missions à forte valeur ajoutée.

 

La réception hétérogène de l’intelligence artificielle dans l’entreprise

Le développement de l’intelligence artificielle et son impact sur le monde du travail néanmoins ne va pas sans craintes. En effet, si l’on regarde dans le détail, la technologie n’est pas reçue de manière homogène, selon que l’on se place du côté des managers ou des salariés. Selon une enquête du Boston Consulting Group et de Malakoff Médéric, alors que 79% des dirigeants d’entreprises et 77% des managers considèrent que l’AI est une bonne chose pour leur entreprise, seuls 46% des salariés voient d’un bon œil la démocratisation de cette technologie sur leur lieu de travail. Cette différence s’explique par des craintes liées à la question de la déshumanisation du travail, au problème de lien social ainsi qu’au volume de travail et à la sécurité de l’emploi, dont les salariés aux activités les moins différenciantes pourraient être les premières victimes.

S’il va s’en dire que l’intelligence Artificielle, est un incontournable de la stratégie de développement et de compétitivité des entreprises, il convient de la maîtriser et de l’encadrer pour en tirer le meilleur parti. C’est cette dynamique qu’est en train d’enclencher le projet Villani : fournir l’accompagnement nécessaire pour développer le potentiel de cette technologie. Et ainsi peut être qu’un jour l’Intelligence artificielle atteindra le niveau de l’intellect humain, comme le rêvaient les chercheurs de la conférence de Dartmouth en 1956. Ce qui est sûr, si ce n’est que le future de l’IA semble prometteur…


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *