Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Où s’arrête la journée de travail ?

Emmanuel-Schupp-article

Emmanuel Schupp, directeur général Citrix France

Il y a encore une quinzaine d’années, nos montres nous indiquaient la fin d’une journée de travail. La frontière entre vie professionnelle et vie personnelle était claire. Nous arrivions tous au travail à la même heure, 5 jours sur 7 et dans les mêmes locaux que nos collègues.

Cette époque est aujourd’hui révolue pour une partie de la population active qui déclare accomplir la majeure partie de son travail en dehors des locaux de son employeur. La souplesse est désormais inscrite au cœur de l’environnement de travail. Les nouvelles pratiques en entreprise voient émerger des investissements dans des infrastructures permettant de libérer tout le potentiel du personnel suivant un modèle plus souple.

Evolution des habitudes de travail

Dans une récente étude Citrix réalisée par l’Ifop sur la perception et les attentes des étudiants au sujet de leur vision du monde du travail[1], 68% des étudiants avaient répondu se sentir plus à l’aise pour travailler chez eux. Les résultats de cette étude ont également révélé que le lieu de travail était un élément prépondérant dans le niveau de productivité des futurs salariés. S’ils n’allaient pas jusqu’à imaginer pouvoir travailler n’importe où et ainsi s’affranchir du concept même de lieu de travail, 33 % des étudiants avaient déclaré vouloir choisir de travailler où bon leur semble.

Le désir grandissant de souplesse énoncé par la génération Y s’explique notamment par l’adoption de nouvelles technologies de communication (Web, forums, réseaux sociaux, blogs, etc.). Grâce à la technologie appropriée, le travail en situation de mobilité est entièrement envisageable. On peut aisément imaginer mener une réunion depuis son salon grâce à la visio-conférence sans en altérer son bon déroulement. Les salariés de demain veulent se reposer sur des outils leur permettant de s’adapter à leur vie et non l’inverse, comme cela a été le cas jusqu’à présent. Les entreprises le comprennent de plus en plus, et nombreuses sont celles à avoir d’ores et déjà commencé un processus de digitalisation de leurs équipements, confiantes dans le potentiel qu’ils représentent. En ayant à disposition des équipements performants et en étant mobiles, les salariés de demain iront au-delà de la frontière de leur entreprise, ce qui participera à enrichir leur travail, augmenter leur productivité et leur engagement.

Libérer le potentiel des entreprises et du personnel

Qu’elles en aient eu conscience ou non à l’époque, les entreprises ont introduit de la souplesse dans leur mode de fonctionnement lorsqu’elles ont adopté des environnements de travail plus ouverts et collaboratifs et qu’elles ont offert à leurs salariés la possibilité de se connecter à distance à leur réseau via des ordinateurs portables et des smartphones.

Selon une étude Citrix menée en novembre 2014 avec CEBR, les Français ont développé une certaine appétence pour le travail flexible. Ils sont ainsi 93% parmi ceux qui ont la possibilité de travailler à distance à le faire et de nombreux avantages s’en dégageaient à leurs yeux. 36% d’entre eux se sont déclarés davantage productifs et 81% reconnaissaient bénéficier d’un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle.

Néanmoins, pour bénéficier de tous les avantages que le travail flexible a à offrir, les entreprises doivent impérativement fournir les infrastructures et technologies favorisant une communication et une collaboration efficaces indépendamment du lieu de travail.

Si l’on revient sur les attentes des étudiants, notre étude révélait également un besoin de souplesse au niveau des technologies les plus plébiscitées : l’ordinateur portable arrivait ainsi en tête des outils incontournables dont ils souhaitaient bénéficier en priorité à 58%. Venait ensuite l’accès Wi-Fi sur l’ensemble du lieu de travail pour 53% d’entre eux, et l’accès à distance au réseau informatique avait été choisi par 45% des répondants afin de faciliter leur travail à domicile.

Il semblerait que les étudiants se sentiront plus à l’aise en travaillant en mouvement, dans et hors les murs de l’entreprise. L’essentiel sera d’accéder aux outils bureautiques nécessaires à la bonne conduite des différentes missions qui sont données aux employés. On notera ici qu’au travers de ces outils, l’objectif principal est la productivité : que l’on soit chez soi, au bureau, dans un café… Avec un accès garanti et sécurisé à nos applications et données, on peut travailler. Mieux : on peut travailler avec les autres et collaborer, en mode projet et ainsi faire valoir ses compétences et son savoir chaque fois qu’ils sont nécessaires. Les futurs employés l’ont compris, les entreprises doivent donc faire de même en adoptant une politique de travail plus souple et adaptée et fournir à leurs équipes les outils idoines.

Les modes de pensée et les comportements des collaborateurs, et plus particulièrement des managers, doivent évoluer pour qu’une aspiration à plus de souplesse se traduise en la mise en place de processus et d’infrastructures adaptés. Des formations et le conseil peuvent aider à opérer ce changement d’état d’esprit, permettant ainsi aux équipes de mieux se coordonner, à promouvoir la coordination et l’animation plus que le contrôle.

[1] Sur un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population étudiante âgée de 18 à 35 ans.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *