Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Livre – De l’urgence de la transformation

Franck Barnu, journaliste

Franck Barnu © Olivier Roux

McKinsey a bien le chic pour les chiffres chocs : « 1 000 milliards d’euros en France d’ici à 2025. » C’est la valeur économique « que pourraient engendrer les technologies numériques si elles étaient pleinement déployées ». Et qui « proviendrait à la fois de la valeur ajoutée générée par les entreprises et du surplus capté par les consommateurs ». A vrai dire, on ne sait pas trop ce que cela signifie exactement. Qu’importe. C’est un gros chiffre ! Suffisamment énorme pour alerter les entreprises françaises sur l’importance du sujet. On devine que c’est le but. D’autant que le lecteur de cette étude découvre que la France, pourtant si fière de son savoir-faire numérique, n’y brille pas particulièrement. « En termes de contribution du numérique au PIB total, la France n’occupe qu’une position de milieu de tableau au sein d’un groupe de treize pays constitué des membres du G8 et d’économies émergentes ou pionnières du numérique (Brésil, Chine, Corée du Sud, Inde et Suède). » Décevant, non ? Plus ennuyeux, si les internautes français se montrent forts dynamiques, ce sont surtout les entreprises qui semblent traîner des pieds. « S’agissant des entreprises françaises, leur usage des technologies numériques apparaît moins avancé [que celui du public]. Par exemple, seules 14 % d’entre elles ont reçu en 2013 des commandes via Internet (26 % en Allemagne), et 65 % disposent d’un site Internet (89 % en Suède). » Bref : « Un décalage s’est créé entre l’adoption du numérique par les particuliers et un basculement qui se fait attendre pour les entreprises. »

Les entreprises à la traîne 

Notez que cela ne surprend guère l’auteur de ces lignes. Voilà plus de deux décennies qu’il écrit à grands flots d’encre que « l’informatique c’est stratégique pour les entreprises ». Voici tout aussi longtemps qu’il dit que les entreprises françaises sont à la traîne en matière d’investissement dans les systèmes d’information. Ce qui relativise quelque peu les constatations de McKinsey. Il semblerait que le « retard français » en la matière soit une sorte de constante irréductible, quasi génétique !

Quoi qu’il en soit, après ce constat, la copieuse étude de McKinsey entre dans le vif du sujet. D’abord en expliquant pourquoi « l’adaptation au numérique représente pour les entreprises un impératif urgent, autant qu’une opportunité majeure pour leur compétitivité. » Ensuite, en identifiant les enjeux de la transformation numérique et les mesures susceptibles de la favoriser. Elle le fait en examinant en détail cinq secteurs d’activité : la banque de détail, la distribution, les produits de grande consommation, le tourisme et la construction. Des secteurs choisis en raison de leur poids dans l’économie française, de leur répartition entre industrie et services et de la diversité des acteurs qui les composent – PME et grands groupes multinationaux. L’étude, dont on ne peut que partager les vues sur l’urgence de la transformation numérique, conclut « en offrant aux entreprises un écosystème plus favorable au numérique, la France peut espérer un surcroît de PIB digital de 100 milliards d’euros par an à l’horizon 2020 ». Bon alors, qu’est-ce qu’on attend ? 

livre-A10-kinsey

 

 

Accélérer la mutation numérique des entreprises : un gisement de croissance et de compétitivité pour la France, McKinsey France, 135 pages (septembre 2014). Pour la lire : http://bit.ly/1pBf804

Cet article est extrait du n°10 d’Alliancy, le mag – Découvrir l’intégralité du magazine


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *