Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Soutenir le conseil en innovation

Dominique-Carlach-Article

Dominique Carlac’h – Présidente de l’Association des Conseils en innovation (ACI)

Le conseil en innovation se fragilise par un manque d’impulsion et de reconnaissance de la profession, alors qu’il crée des emplois et satisfait pleinement ses clients.

70 % des entreprises (PME, ETI ou grands groupes) qui ont fait appel à une société de conseil en innovation leur ont confié de nouvelles missions. Celles-ci portent principalement sur quatre sujets : la stratégie et le marketing de l’innovation ; l’organisation des processus d’innovation (Open Innovation, partenariats technologiques) ; la recherche de financements privés et/ou publics et l’utilisation des dispositifs fiscaux en faveur de l’innovation. Un chiffre sur la satisfaction et la fidélité client, et des thèmes issus du baromètre publié en juin par l’Association des Conseils en Innovation (ACI), très encourageants pour notre secteur.

Ce baromètre révèle aussi que les missions liées à la dynamisation des processus d’innovation se développent en priorité : 58 % des répondants ont conduit cette année plus de missions de montage de projets de R&D en partenariat que l’année précédente. On note aussi une part importante des missions relatives à l’innovation sociale (42 %).Dominique Carlac'h-capture-écran

Les missions liées au financement de projets d’innovation ont été en croissance chez 54 % des répondants. Sur ce sujet du financement, notre baromètre montre que seuls 18 % des chefs d’entreprise ont une vision claire des sources de financement disponibles pour accompagner leur développement. Il souligne que les fonds visent certes à continuer à innover, mais aussi et surtout, à assurer le lancement industriel et commercial des offres (LIC). Car, force est de constater que les entreprises ont encore du mal à accéder au marché, avec un besoin LIC mal satisfait et un réel besoin d’accompagnement en la matière.

Ce baromètre met toutefois en lumière des freins au développement du secteur du conseil en innovation. La relation public/privé est reconnue comme pérenne par les répondants, mais ils estiment qu’elle n’évolue pas. Deux sujets préoccupent les conseils en innovation. Tout d’abord, l’effet moteur de la puissance publique est perçu comme moins fort en France qu’en Allemagne ou en Angleterre, où les sociétés de conseil bénéficient d’un véritable appel d’air grâce à un volume plus élevé de commandes publiques – le rapport étant d’environ 1 à 3 entre la France et l’Allemagne en matière de dépenses publiques dans le conseil en management (ce dernier incluant le conseil en innovation).

Ensuite, un dirigeant sur trois interrogés a le sentiment d’assister au développement de certaines formes de concurrence déloyale. On peut ainsi parfois observer deux formes de concurrence déloyale. La première porte sur l’attribution de marchés publics pour des prestations d’études et de conseil à des structures publiques ou parapubliques retenues dans les appels d’offres en raison des prix qu’elles pratiquent, prix ne correspondant pas aux prix de marché, car intégrant des mises à disposition gratuites de personnels. Il conviendrait pour corriger cette distorsion de concurrence de réfléchir à des critères qui permettraient de neutraliser ces phénomènes artificiellement déflationnistes.  La seconde forme de concurrence déloyale concerne les structures publiques et parapubliques mises en place par exemple pour suivre ou instruire des programmes de financement, et qui dépassent parfois ce rôle de gestionnaire en proposant des services relevant d’une offre privée disponible chez les consultants.

L’émergence et le déploiement de cette offre publique de service induit un double effet pervers.  D’une part, l’offre préexistante chez les acteurs privés du conseil est concurrencée, avec le sentiment pour le client que s’il ne passe pas par les structures publiques qui gèrent les fonds, il a peu de chances d’en obtenir… Le deuxième effet pervers est que les structures publiques sensées être là pour faire vivre les programmes sont alourdies dans leur organisation et leur fonctionnement par ces nombreuses extensions de missions qui leur sont attribuées, rendant parfois inefficaces des équipes déstabilisées par cette surcharge.

Ce sentiment de concurrence déloyale persiste malgré les efforts consentis par l’ensemble des acteurs de l’écosystème pour soutenir l’innovation. 30 % des répondants perçoivent certaines interventions d’acteurs publics comme un frein à leur développement, 10 % évoquent un manque de budget et 20 % ressentent un scepticisme vis-à-vis du consulting en général.

La satisfaction des entreprises ayant fait appel à des conseils en innovation invite à soutenir davantage les acteurs de cette profession par une reconnaissance de leur rôle dans l’écosystème, notamment en ne les ostracisant pas.

Autre exemple : lorsque les consultants veulent s’ancrer dans ces écosystèmes, notamment en adhérant à des réseaux rassemblant entreprises, acteurs de la recherche et acteurs institutionnels, les entreprises de conseil devraient pouvoir le faire aux mêmes conditions que n’importe quelle entreprise, par exemple à un même prix d’adhésion si l’entreprise industrielle et l’entreprise de conseil ont le même effectif. Ces deux entreprises sont en effet toutes deux des sociétés qui créent de la valeur économique pour la nation : elles embauchent, s’acquittent toutes deux de leurs impôts, de leurs charges et cherchent la croissance qui ne peut être freinée par toute forme d’ostracisation.

Car le marché du conseil en innovation est bien un marché créateur de valeur, avec des clients nombreux et fidèles, une demande d’accompagnement sur tout le continuum de la croissance et de l’innovation, qui génère de l’emploi qualifié et de l’export… Pour autant, cette profession a besoin qu’on la considère comme une poche de croissance et un apport à la compétitivité de la France.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *