Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Frédéric Laluyaux, Patron agile

Anaplan-Frédéric-Laluyaux

« Je suis sûr que notre technologie répond à de besoins énormes, elle change le mode de fonctionnement des entreprises – Frédéric Laluyaux, PDG d’Anaplan

Anaplan, éditeur spécialisé dans le pilotage de la performance des entreprises*, vient de lever 100 millions de dollars. Le Français Frédéric Laluyaux, à la tête de l’entreprise californienne depuis la mi-2012, revient sur les raisons d’une croissance fulgurante.

Vous avez aimé Excel, vous préférerez Anaplan ! C’est la Rolls des tableurs de la génération big data. Plus de fonctionnalités, plus d’informations croisées, de multiples combinaisons pour gérer des situations différentes depuis un reporting clients, des calculs de coûts de revient, des paramètres de business plan, etc. Vous avez détesté Excel, vous adorerez Anaplan ! Un accueil plus convivial et une interface plus facile pour rendre la vie au travail plus « fun ». En somme, on marie les qualités de Microsoft et celles d’Apple, à l’ère du cloud et de la mobilité.

Une belle histoire, Anaplan ? Pour l’instant, ça y ressemble : une croissance exponentielle, les chiffres doublent tous les six mois. Ils étaient cinquante salariés au 1er janvier 2013, ils sont près de quatre cents aujourd’hui. Le chiffre d’affaires a triplé, passant de 30 à 90 millions d’euros. L’éditeur compte déjà des bureaux dans onze pays et deux datacenters, en Virginie pour les Etats-Unis et à Amsterdam pour l’Europe, en attendant bientôt un troisième à Singapour. Anaplan vient donc de lever sans problème 100 millions de dollars (73 millions d’euros) dans une levée privée, une sorte d’« IPO privée » (Initial public offering). Un petit chiffre comparé aux levées des Alibaba et autres Facebook… Mais un premier pas dans la cour des grands. Frédéric Laluyaux, son jeune patron, ne cultive pas le genre rebelle. Certes, le jean et le pull portés dans un grand hôtel parisien témoignent qu’il appartient à la tribu des techno-entrepreneurs. Mais il a la tête sur les épaules, tout en faisant partager son enthousiasme pour l’entreprise, mais, surtout, son produit, dont il se veut le premier vendeur. Il revient d’une tournée de trois jours à Moscou : « C’est fabuleux de voir les utilisateurs parler avec une telle émotion d’Anaplan. Ils passent de l’âge de pierre aux technologies agréables à utiliser. »

Faciliter la mise en œuvre

Anaplan, c’est une plate-forme de modélisation et de traitement des données. Elle permet à de grandes entreprises de résoudre des enjeux complexes : budget, business plan, vente, investissement… et d’organiser le travail entre collaborateurs. Par exemple, le plan de vente des 23 000 commerciaux de HP représente 120 milliards de cellules à combiner… « Nous aidons les géants à devenir plus agiles et les petits à grandir », argumente l’entrepreneur. Répondre à la complexité du monde et à l’exigence opérationnelle de simplification face à la masse des informations. Et permettre la convivialité, même dans l’univers professionnel : « Nous avons l’obsession de l’interface graphique et de la satisfaction client qui peut customiser son environnement. » Deloitte, Accenture, Salesforce, McKinsey, Diageo ont déjà souscrit des abonnements à Anaplan.

Anaplan existe depuis 2008, mais la société connaît une accélération sous la houlette de Frédéric Laluyaux, un Français tellement intégré dans l’American Way of Success. Il forme un tandem avec Michael Gould, l’un des deux fondateurs et « trouveur » d’Anaplan, « Chief Architect » comme il se présente. Ce mathématicien, diplômé d’Oxford, a travaillé plus de cinq ans au développement de ce moteur de recherche et d’agrégation de données. « Des savants de son niveau, il n’y en a pas dix dans le monde », commente le PDG, encore ébloui de cette rencontre qui a bouleversé sa vie.

« Chez SAP, je connaissais le marché et ses besoins. Je me suis immédiatement rendu compte que nous tenions LA solution. Et j’ai su tout de suite que je pourrais travailler avec Michael. » Un mois plus tard, la famille s’installait à Palo Alto (Californie). Il abandonne une situation confortable de patron de branche chez SAP et divise son salaire par deux. Un package, « très classique », lui promet la fortune si la réussite d’Anaplan est au rendez-vous. En fait, Frédéric est retombé dans la marmite de l’entrepreneur qu’il est resté. Il a créé sa première entreprise à 22 ans, une société de lecteurs de codes-barres. Et évoluera ScreenHunter_35 Nov. 13 12.19constamment dans l’univers des start-up au gré de leurs rachats. « Il y a trois choses que je suis de près. D’abord, la technologie : sommes-nous en permanence au bon niveau, comment la rendre encore plus performante ? Ensuite, les clients : je cours le monde pour convaincre d’adopter Anaplan. » Pour eux, il a rédigé le Business user bill of rights. Et les recrutements : « Nous sommes dans une activité où la chasse aux meilleurs fait la différence. » Les astres sont alignés, c’est une « perfect storm », comme disent les Américains . « Je suis sûr que notre technologie répond à des besoins énormes, elle change le mode de fonctionnement des entreprises. Et, pour moi, se battre contre IBM, Oracle ou SAP, c’est formidable. » Ses motivations ? « Je suis passionné par l’idée de créer une entreprise globale. Nous montons ainsi une équipe de développement en France, car il y a de bons ingénieurs. » Et l’aventure humaine : « Je travaille avec certains depuis vingt ans, on crée une gigantesque équipe de foot… S’il n’y a pas de passion, on ne peut pas tenir le rythme. » Son secret ? Une famille stable : trois enfants, une femme moitié Anglaise moitié Italienne, chasseuse de têtes dans les hautes technologies. Pourrait-il revendre cette magnifique idée ? « Sûrement pas. Nous avons déjà eu quelques propositions. Nous verrons dans quinze ans ! » Ses yeux pétillent comme un enfant. « C’est mon Lego, je m’amuse. »

* EPM pour Enterprise Performance Management


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *