Cet article fait partie du dossier

Série - Inria : du chercheur à l'entrepreneur
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

[50 ans Inria] Ambiciti, pour mieux vivre dans la ville

Ambiciti met gratuitement à la disposition de chaque citoyen une application de mesure de la pollution en ville, qui permet notamment de quantifier les expositions individuelles et collectives à la pollution au bruit.
Un service d'itinéraire dans la ville permet de choisir un déplacement piéton minimisant l'exposition au bruit ou à la pollution atmosphérique.

Un service d’itinéraire dans la ville permet de choisir un déplacement piéton minimisant l’exposition au bruit ou à la pollution atmosphérique.

Du particulier aux décideurs en passant par les acteurs économiques, tous doivent être en mesure de prendre les décisions qui visent à limiter les expositions sonore et atmosphérique, voire la production de pollutions environnementales à terme, ce qui nécessite d’en être informé du niveau individuel au collectif.

 C’est l’objet de la start-up Ambiciti ! L’entreprise parisienne a développé une plateforme de collecte et d’analyse de données de pollution environnementale, qui combine toutes les sources à disposition de données pertinentes (simulations numériques, observations de capteurs fixes et mobiles, observation qualitatives…) pour produire une cartographie en temps réel « rue par rue » de la pollution environnementale en se focalisant sur la qualité de l’air et le bruit dans un premier temps. 

Soutenue dans le cadre d’un projet d’innovation « Digital Cities » par EIT Digital, la start-up a ensuite développé une application mobile du même nom* grâce à Inria et aux PME française et américaine Numtech et The Civic Engine**, dans le cadre d’Inria@SiliconValley et de CityLab@Inria.

Pour calculer le parcours le plus « sain »

L’accès à cette application est gratuit pour tout citoyen, qui peut ainsi calculer l’itinéraire le plus « sain » dans la ville en toute connaissance de cause. Lancé officiellement à Paris en septembre 2017, puis plus récemment dans la baie de San Francisco et, le 14 juin dernier, à Helsinki (Finlande), elle sera bientôt disponible sur Amsterdam, Grand Londres, Hambourg et de nombreuses villes espagnoles et suisses. « Nous voulons créer la plus large communauté d’utilisateurs possible, explique Pierre Béal, cofondateur et président de Numtech et d’Ambiciti. Car, cette communauté, géolocalisée via son smartphone si elle l’accepte, capte les données sur le bruit qui sont ensuite remontées à un serveur, puis analysées sur la plateforme. »

La force d’Ambiciti ? La multiplicité des données qu’elle utilise (sources propres et externes) et la force des modèles mathématiques qui permettent de les exploiter, développés par les cinq chercheurs, cofondateurs de l’entreprise (lire encadré).

Aujourd’hui Ambiciti valorise ses données auprès de nombreuses villes dans le monde (de + de 100 000 habitants), mais aussi de grands acteurs industriels comme le groupe cimentier LafargeHolcim qui cherche à améliorer le bien-être de ses salariés sur leur lieu de travail. « Nous collaborons également avec des réseaux d’agences immobilières et d’autres acteurs de la santé et du bien-être », précise le dirigeant.

« Nous souhaitons répondre à une demande croissante des citoyens, mais aussi des
entreprises aux problématiques de pollution environnementales. » Pierre Béal, président d’Ambiciti

D’ici à septembre prochain, Ambiciti compte finaliser une première levée de fonds située entre 300 000 et 400 000 euros. « Elle nous permettra de valider l’hypothèse économique et de recruter sur la partie commerciale, explique Pierre Béal. Mais, très vite, nous procéderons à une seconde levée de fonds, plus importante, pour partir à l’international ». Ambiciti bénéficie déjà sur ce dernier point d’un soutien de la part de GCP for startups, remporté aux Etats-Unis en février dernier et pour un an.

Mais l’ambition de la toute jeune start-up va bien au-delà : « Est-ce que les utilisateurs de notre application vont modifier leurs comportements ? s’interroge le dirigeant optimiste. C’est le but car, à terme, c’est le seul moyen d’agir sur la qualité de l’air. » Ils sont 12 000 à l’avoir téléchargée aujourd’hui.

* Ambiciti remplace l’application SoundCity qui se concentrait sur la pollution sonore et avait été lancée en juillet 2015 avec le soutien de la Ville de Paris. Le succès de SoundCity a permis de collecter plus de 70 millions de mesures de bruit auprès des utilisateurs volontaires.

** La société auvergnate Numtech est spécialisée dans le calcul et la simulation des mouvements atmosphériques et la dispersion des polluants. The Civic Engine est une société américaine spécialisée dans la santé des populations et les politiques publiques.

Fiche Ambiciti

  • La société développe une application mobile gratuite qui vise à quantifier l’exposition individuelle et collective aux pollutions sonore et atmosphérique.
  • Création en décembre 2016 par des experts de l’Internet des objets et des systèmes distribués (Valérie Issarny, Pierre-Guillaume Raverdy / Inria) ; du traitement combiné des simulations et observations environnementales (Vivien Mallet / Inria) ; de la qualité de l’air (Pierre Béal / Numtech) et des conséquences sur la santé des pollutions environnementales (Rajiv Bhatia ; médecin, ancien responsable de la division santé/environnement de San Francisco).
  • 2 salariés (et 8 autres chez les partenaires)
  • CA non significatif
  • Levée de fonds de 300 000 à 400 000 euros en cours (prévu d’ici à l’automne 2017)
  • Le 5 décembre 2016, Ambiciti a reçu le Décibel d’Argent dans la catégorie Recherche, pour le Concours du Décibel d’Or 2016 (CNB).

Consultez le dossier dédié : « Inria : du chercheur à l’entrepreneur »

DOSSIER INRIA-


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *