Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

[50 ans Inria] 14 – iQSpot optimise les énergies de parcs immobiliers

série INRIA Du chercheur à l’entrepreneur

Passer de la recherche à un projet de création d’entreprise n’est pas le parcours habituel du chercheur français. Pourtant, ceux qui se sont lancés dans l’aventure, ont souvent réussi au-delà de leurs espérances. Retour avec Inria sur des réussites et profils atypiques, choisies parmi leurs spin-off, qui font rayonner l’excellence scientifique à la française dans le monde entier.

 « Inria a pour mission d’avoir un impact économique et sociétal s’appuyant sur ses succès scientifiques. C’est une de nos missions centrales, qui se décline à l’échelle de l’institut, de ses centres et de chaque équipe-projet », rappelle Antoine Petit, PDG d’Inria, d’où sortent environ une dizaine de start-up chaque année. En un peu plus de trente ans, l’institut compte environ 150 start-up essaimées, sachant que le souhait de la direction est d’arriver à moyen terme à la création annuelle d’environ une vingtaine de spin-off.

Sur ce panel, plus de 70 % des entreprises sont toujours en activité ou ont été rachetées, une majorité ayant réussi à évoluer vers un marché mondial. Cette série que nous publions en partenariat avec Inria, retracera les aventures remarquables de plusieurs chercheurs devenus entrepreneurs, tous au cœur de l’actualité de leur secteur.

Chaque semaine, d’ici au grand événement prévu cet automne qu’organisera l’Institut pour fêter ses 50 ans, nous vous invitons à découvrir une start-up, l’équipe à l’origine et le service ou produit innovant qu’elle développe. 

iQSpot optimise les énergies de parcs immobiliers

iQSpot optimise les énergies de parcs immobiliers

La start-up IQSpot veut devenir « l'outil de référence » qui conjugue diminution des factures énergétiques des bâtiments et bien-être accru des occupants. Aujourd’hui, elle passe à plus grande échelle et s’apprête à décoller à l’international en 2018.

Julien Bruneau, PDG d’IQSpot-490

Julien Bruneau, PDG d’IQSpot-490

La start-up bordelaise iQSpot, créée par deux ingénieurs trentenaires, Julien Bruneau et Quentin Enard, qui ont réalisé leurs thèses au sein de l’équipe-projet Phoenix à Inria Bordeaux, propose une solution légère à destination des entreprises, collectivités et foncières immobilières pour suivre et analyser les consommations énergétiques et le confort de leur parc de bâtiments. « A partir d’un parc de dix bâtiments à gérer, nous devenons pertinents, explique Julien Bruneau, et ce sans aucune limite. »

Fin 2015, la société a levé 300 000 euros auprès d’IT-Translation, somme qui lui a permis de valider sa solution techniquement (avec Poste Immo notamment) et commercialement. « Aujourd’hui, nous la testons sur un parc d’une centaine de bâtiments tertiaires, sur tout ce qui est énergie et confort, et tout se passe très bien », poursuit-il.

LIRE AUSSI LE DOSSIER

Smart Building

Smart Home / Smart Building

Une sensibilisation des usagers

L’offre d’abonnement d’IQSpot comprend un pack de capteurs sans fil (qui se greffent sur les compteurs existants d’électricité, de gaz, d’eau…), qui permettent de relever les données de consommation énergétique et de confort ambiant (température, humidité, CO² et bruit) des bâtiments. Ces données, remontées via le cloud, permettent ensuite à la start-up de les digérer avant de les restituer sur leur application. Un tableau de bord en ligne permet alors aux gestionnaires de comprendre simplement le comportement énergétique de leur parc immobilier et de disposer de recommandations pour d’éventuelles actions correctrices. Bilan qui va même jusqu’à la mise à disposition d’outils de communication (emails, écrans…) pour sensibiliser les usagers de ces bâtiments à l’éco-responsabilité au travail.

Tout ceci est évidemment possible grâce au potentiel du monde de l’internet des objets (IoT) et à l’apparition de nouveaux réseaux de transmission de données. « Nous travaillons avec des acteurs comme SigFox, Lorawan ou Matooma…, précise-t-il. Mais notre grand défi technologique est justement de gérer cette grande hétérogénéité de protocoles et de fournisseurs afin de proposer une solution durable aux gestionnaires de parcs immobiliers. Nous cherchons donc pour chaque bâtiment ce qui marche le mieux, que ce soit en termes de capteurs et de réseau. » Ainsi, après la pose de 10 à 20 capteurs installés par bâtiment en une demi-journée, la start-up promet une baisse des dépenses énergétiques située entre 20 et 30 % de la facture...

Une nouvelle levée de fonds en 2018

L’an prochain, les deux dirigeants comptent se tourner vers l’international, « car nos clients gèrent des bâtiments aussi bien situés en France, qu’en Europe ou ailleurs dans le monde. Et le fait d’offrir une solution dans le cloud nous permet de capter des données peu importe où ». En attendant, le duo cherche à optimiser son réseau de partenaires – installateurs de capteurs ou fournisseurs de réseaux- partout où elle souhaite intervenir.

IQSpot, installée au Village by CA de Bordeaux (Gironde), compte déjà 7 collaborateurs. « Nous prévoyons également une nouvelle levée de fonds, plus importante, début 2018 », conclut Julien Bruneau, qui a eu l’idée d’IQSpot, au contact de nombreux entrepreneurs lors d’une mission au sein d’Inria en tant qu’ingénieur Transfert et Innovation. « Ils m’ont permis de mieux comprendre le marché que nous ciblons et m’ont donné envie de me lancer dans cette aventure. »

Fiche IQSpot

  • Solution de suivi et d’analyse des consommations énergétiques de bâtiments tertiaires, tout en impliquant les usagers
  • Création: janvier 2015 par Julien Bruneau (CEO) et Quentin Enard (CTO)
  • Effectif: 7 personnes
  • Octobre 2015: 1ère levée de fonds de 300 000 euros auprès d’IT-Translation, une seconde levée est envisagée début 2018.
  • Chiffre d’affaires 2017 (prévisionnel) : 500 000 euros.

>> Cet article fait partie du dossier " Smart Building / Smart Home : le tout-connecté en toute sécurité "

Consultez également le dossier dédié : "Inria : du chercheur à l'entrepreneur"

DOSSIER INRIA-


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *