Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

[50 ans Inria] 17 – Regaind : d’Inria à Apple !

série INRIA Du chercheur à l’entrepreneur

Passer de la recherche à un projet de création d’entreprise n’est pas le parcours habituel du chercheur français. Pourtant, ceux qui se sont lancés dans l’aventure, ont souvent réussi au-delà de leurs espérances. Retour avec Inria sur des réussites et profils atypiques, choisies parmi leurs spin-off, qui font rayonner l’excellence scientifique à la française dans le monde entier.

 « Inria a pour mission d’avoir un impact économique et sociétal s’appuyant sur ses succès scientifiques. C’est une de nos missions centrales, qui se décline à l’échelle de l’institut, de ses centres et de chaque équipe-projet », rappelle Antoine Petit, PDG d’Inria, d’où sortent environ une dizaine de start-up chaque année. En un peu plus de trente ans, l’institut compte environ 150 start-up essaimées, sachant que le souhait de la direction est d’arriver à moyen terme à la création annuelle d’environ une vingtaine de spin-off.

Sur ce panel, plus de 70 % des entreprises sont toujours en activité ou ont été rachetées, une majorité ayant réussi à évoluer vers un marché mondial. Cette série que nous publions en partenariat avec Inria, retracera les aventures remarquables de plusieurs chercheurs devenus entrepreneurs, tous au cœur de l’actualité de leur secteur.

Chaque semaine, d’ici au grand événement prévu cet automne qu’organisera l’Institut pour fêter ses 50 ans, nous vous invitons à découvrir une start-up, l’équipe à l’origine et le service ou produit innovant qu’elle développe. 

Regaind : d’Inria à Apple !

Regaind : d’Inria à Apple !

regaind

Spécialisée dans la reconnaissance d’image via l’IA, la start-up fondée par un chercheur passée par Inria Paris, aurait été acquise il y a peu par Apple, selon TechCrunch.

En faisant gagner du temps aux utilisateurs qui veulent trier de grandes quantités de photos, Regaind a attiré le regard d’Apple sur sa solution particulièrement innovante. C’est TechCrunch qui a révélé l’information, en omettant de rappeler qu’il s'agit d'application d'algorithmes de classification automatique d'images issus du travail de thèse en informatique de Guillaume Seguin (deep learning), au sein de l’équipe Willow, conjointe entre l’Ecole Normale Supérieure et l’Inria de Paris.

Cofondée en 2015 par Arnaud Laurenty (PDG et diplômé des Ponts et Chaussées) et Guillaume Seguin (CTO), la jeune pousse parisienne évolue dans le traitement d’images grâce à l’intelligence artificielle pour des utilisateurs grand public, comme professionnels. Sa solution en mode Saas propose le tri automatique et personnalisé de photos (chacune est analysée et annotée selon de nombreux critères) pour rendre plus simples leur gestion et en démultiplier les usages (comme poster 10 photos sur Facebook, en partager 50 avec ses proches, commander un livre-photo généré automatiquement à partir de 80 images…). Regaind travaille également sur un « Bot » capable de se prononcer sur vos photos et vous conseiller… en fonction de leur qualité.

« Regaind est à la croisée des chemins entre la recherche et l’industrie, expliquait Guillaume Seguin sur le site d’Inria en février 2016. En réalisant le tri de milliers de photos d’usagers, nous allons pouvoir affiner nos travaux et faire avancer la recherche. Nous travaillons selon deux axes innovants, au-delà de l’analyse du contenu des images : l’axe narratif et l’axe esthétique. L’outil de sélection permet notamment de résumer un événement en un clic. L’exercice est complexe : une photo peut être considérée comme importante du point de vue de l’action parce qu’elle est seule à illustrer un moment donné, ou bien au contraire parce qu’elle a été prise au sein d’une rafale de dizaines de clichés, dont elle est la meilleure représentante. »

Le logiciel peut ainsi adapter la sélection aux goûts de chacun. Il propose une première sélection, et l’utilisateur indique si le choix lui convient ou non. En fonction des images que l’utilisateur écarte, le logiciel affine les critères de choix. Par exemple, il peut repérer que l’utilisateur préfère les photos sur lesquelles la personne est décentrée, ou dont la profondeur de champ est faible… A partir de ce tri, Regaind peut alors créer des albums et les mettre en page, pour le compte d’imprimeurs et de services de création en ligne.

« À ce jour, la moitié des utilisateurs qui commencent à élaborer leur album sur un site spécialisé finissent par renoncer, précisait le chercheur. Un outil de tri automatique transformerait l’étape laborieuse du tri et de la mise en page en une expérience ludique et plaisante. Ce faisant, Regaind permettrait à ces sociétés de toucher un public plus nombreux… ».

Une technologie fusionnée avec celles d’Apple

En janvier 2016, Regaind avait levé 400 000 euros auprès de Side Capital, une structure créée par un groupe d’entrepreneurs français du secteur du numérique (pour qui ce fut le 1er deal !). Auparavant, elle avait obtenu une subvention de 200 000 euros en tant que lauréate du Concours mondial de l’innovation avec leur technologie différenciante. Enfin, Regaind avait participé au programme Netva (New Technology Venture Accelerator) en septembre 2016. Porté par les services scientifiques et technologiques des ambassades de France aux Etats-Unis et au Canada, ce programme accompagne de jeunes entreprises françaises dans leur implantation outre-Atlantique en les aidant dans leur recherche de contacts et d'outils nécessaires à la pénétration du marché nord-américain.

Selon TechCrunch, avec la technologie Regaind, Apple pourrait améliorer « Souvenirs » dans l'application Photo sur l'iPhone ou permettre de créer automatiquement des albums sur d'autres types de critères (comme l’émotion). Elle pourrait également l'utiliser dans l'iPhone X avec Face ID et les nouveaux animoji.

Pour l’heure, personne n’a confirmé l’opération.

Fiche Regaind

  • Création : 2015
  • Siège social : Paris (incubateur Agoranov)
  • Fondateurs : Arnaud Laurenty et Guillaume Seguin
  • Levée de fonds : 400 000 euros en février 2016 (Side Capital)
  • 2017 : rachetée par Apple
  • Lauréate du Concours mondial de l’innovation 2016

Consultez le dossier dédié : "Inria : du chercheur à l'entrepreneur"

DOSSIER INRIA-


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *