Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

[50 ans Inria] 19 – Quand l’ordinateur joue comme un musicien

série INRIA Du chercheur à l’entrepreneur

Passer de la recherche à un projet de création d’entreprise n’est pas le parcours habituel du chercheur français. Pourtant, ceux qui se sont lancés dans l’aventure, ont souvent réussi au-delà de leurs espérances. Retour avec Inria sur des réussites et profils atypiques, choisies parmi leurs spin-off, qui font rayonner l’excellence scientifique à la française dans le monde entier.

 « Inria a pour mission d’avoir un impact économique et sociétal s’appuyant sur ses succès scientifiques. C’est une de nos missions centrales, qui se décline à l’échelle de l’institut, de ses centres et de chaque équipe-projet », rappelle Antoine Petit, PDG d’Inria, d’où sortent environ une dizaine de start-up chaque année. En un peu plus de trente ans, l’institut compte environ 150 start-up essaimées, sachant que le souhait de la direction est d’arriver à moyen terme à la création annuelle d’environ une vingtaine de spin-off.

Sur ce panel, plus de 70 % des entreprises sont toujours en activité ou ont été rachetées, une majorité ayant réussi à évoluer vers un marché mondial. Cette série que nous publions en partenariat avec Inria, retracera les aventures remarquables de plusieurs chercheurs devenus entrepreneurs, tous au cœur de l’actualité de leur secteur.

Chaque semaine, d’ici au grand événement prévu cet automne qu’organisera l’Institut pour fêter ses 50 ans, nous vous invitons à découvrir une start-up, l’équipe à l’origine et le service ou produit innovant qu’elle développe. 

Quand l’ordinateur joue comme un musicien

Quand l’ordinateur joue comme un musicien

Antescofo propose l’application Metronaut, qui dote les smartphones et tablettes de l’intelligence d’un musicien vivant ! Même seul chez lui, chaque utilisateur peut jouer son morceau préféré en étant accompagné par un orchestre virtuel.

L'appli Metronaut : un orchestre pour votre poche, à votre écoute (200 morceaux de musique classique en catalogue).

L'appli Metronaut : un orchestre pour votre poche, à votre écoute (200 morceaux de musique classique en catalogue).

Une machine peut-elle écouter et dialoguer avec un musicien, lorsqu’il interprète un morceau, en temps réel ? Arshia Cont, ancien directeur de recherche d’une équipe Inria/CNRS/Ircam, a relevé le défi en créant la start-up Antescofo, dont le logiciel avait été mis au point avec l'équipe de recherche MuTant, qui mêle instruments de musique réels et dispositifs électroniques de production de sons.

Depuis un mois, la nouvelle application gratuite Metronaut est lancée. Elle permet aux musiciens et chanteurs, professionnels ou amateurs, de se produire aux côtés de leurs orchestres et groupes préférés. Une oreille musicale artificielle les écoute, s’adapte à leur interprétation en temps réel, pour offrir une expérience immersive inédite.

La nouveauté ? Antescofo peut non seulement reconnaître les notes jouées, mais aussi suivre le tempo de l’interprétation. Ces informations sont synchronisées avec le programme informatique chargé de jouer la partition d’accompagnement (200 morceaux disponibles aujourd’hui). L’ordinateur adapte alors son jeu en temps réel : il ralentit ou accélère en réaction au rythme imposé par le musicien.

Né à l’origine d’une collaboration entre un chercheur d’Inria (Arshia Cont) et un compositeur de l’Ircam (Marco Stroppa), Antescofo a connu différentes phases de développement grâce à l’intérêt qu’il a suscité chez de grands artistes (dont Pierre Boulez et Philippe Manoury). « On ne remplace surtout pas le professeur, explique Arshia Cont. C’est un complément ludique pour l’apprentissage de la musique. Cette offre s’adresse à toute personne qui sait lire une partition, mais qui ne veut pas jouer seul. »

Pour l’instant, l’appli est gratuite : « On analyse les comportements d’utilisation, poursuit-il, pour savoir où nous allons la monétiser et créer l’usage. » Aujourd’hui, l’appli permet de jouer uniquement de la musique classique, mais l’équipe travaille également sur un Karaoké qui s’adaptera à vous quand vous chanterez…

Une nouvelle levée de fonds début 2018

La start-up, lauréate du concours national i-LAB en 2016, a réalisé une première levée de fonds en Seed de 300 000 euros cet été (avec le soutien de Bpifrance). Début 2018, une seconde levée de fonds sera lancée. « Elle sera plus importante, d’un montant compris entre 2 et 4 millions d’euros », précise le dirigeant.

Antescofo vise en effet le marché chinois, où l’équipe se rendra d’ailleurs en décembre, dans le cadre de la mission French Tech Tour China, avec 11 autres entrepreneurs. Tous partiront, à partir du 4 décembre, à la conquête des quatre capitales, au centre de l’innovation, en Chine : Shenzhen-Canton, Hong Kong, Shanghai et Pékin.

« C’est un marché qui nous ouvre un potentiel énorme, poursuit le dirigeant. Le pays compte 50 millions d’élèves violonistes dans les écoles de musique. Au total, ils sont 178 millions dans tout le pays à apprendre un instrument. »

Cet été, Antescofo, incubée à Agoranov (Paris 6ème), a rejoint le Founders Program de Station F. « C’est très enrichissant, raconte Arshia Cont. Chez Agoranov, ils sont très forts pour tout ce qui concerne la valorisation d’une techno, tandis qu’à Station F, c’est vraiment sur la partie BtoC et le réseau qu’ils nous apportent beaucoup. Ils invitent énormément d’entrepreneurs avec qui nous pouvons interagir. On y apprend des autres ! »

Depuis peu, l’équipe de 10 collaborateurs, a été rejointe par Laurent Tran Van Lieu (en tant qu’associé), anciennement fondateur de Studialis.

Fiche Antescofo

  • Créée en 2016 à Paris.
  • Fondateurs : Arshia Cont, José Echeveste, Laurent Tran Van Lieu et Philippe Cuvillier.
  • Antescofo permet à chacun de jouer avec des ensembles de musique, ou de chanter avec son groupe préféré, à sa propre vitesse, et de proposer des nouvelles reprises.
  • Prix i-LAB 2016.
  • Levées de fonds : 300 000 euros mi-2017, et 2ème levée prévue début 2018.

Consultez le dossier dédié : "Inria : du chercheur à l'entrepreneur"

DOSSIER INRIA-


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *