Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Big data maritime : 600 000 euros d’investissement pour eOdyn

eOdyn, start-up spécialisée en océanographie opérationnelle et analyse de données massives, réalise un tour de table de 600 000 euros auprès de Nestadio Capital et de Force29 (Crédit Agricole Finistère).

La jeune pousse a développé un algorithme permettant de calculer les courants de surface à partir des données de géolocalisation AIS (Automatic Identification System) transmises par les navires.  Cette technique ouvre de nombreuses perspectives pour le sauvetage en mer, l’analyse du climat,  mais aussi pour réaliser des économies d’énergies en optimisant la route des navires.

Yann Guichoux, fondateur d'eOdyn ©eOdyn

Yann Guichoux, fondateur d’eOdyn ©eOdyn

« Les courants de surface sont méconnus. Ils circulent de manière permanente au sein des océans et répartissent sur la planète la chaleur emmagasinée par les masses d’eau. Les données que fournit eOdyn enrichissent la connaissance sur ces courants et permettront de mieux cerner certains mécanismes liés au réchauffement climatique. C’est une véritable révolution numérique basée sur le big data maritime », souligne Yann Guichoux, fondateur d’eOdyn.

Grâce au développement de l’e-navigation, eOdyn reçoit sur ses serveurs et traite en temps réel des données AIS émises par les navires, et peut s’appuyer sur un réseau de collecte d’information international constitué de récepteurs  et d’antennes installés le long des côtes ou de satellites évoluant en orbites basses.

La levée de fonds va permettre à la start-up de développer ces applications, de finaliser sa plateforme de commercialisation de données de courant et de proposer de nouveaux services de mesure du vent et de houle en temps-réel.

La start-up brestoise a déjà réalisé des études à l’aide de ses données pour le compte de l’Ifremer, l’ESA (European Space Agency) ou Airbus Defence and Space et devrait prochainement collaborer avec des sociétés travaillant dans les domaines pétrolier et gazier. 

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *