Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Marketplace : Localismarket lève des fonds pour un e-commerce local et écologique

La start-up lorientaise, fondée en 2008, boucle une seconde levée de fonds de 210 000 euros auprès du réseau Bretagne Sud Angels, du Fond Octave II et d’un investisseur privé breton. A cette occasion, Alliancy s’est entretenu avec Ludovic Lecarpentier, un des fondateurs de cette jeune pousse qui défend en même temps l’écologie et les commerces de proximité.

La start-up lorientaise, fondée en 2008, boucle une seconde levée de fonds de 210 000 euros auprès du réseau Bretagne Sud Angels, du Fond Octave II et d’un investisseur privé breton.

L’équipe dirigeante : Ludovic Lecarpentier (Directeur Commercial), Christophe Fournier (Président), et Christopher Le Caignec (Directeur Technique).

Pourquoi avoir créé cette start-up ?

Ludovic Lecarpentier : Aujourd’hui, lorsqu’un internaute veut commander quelque chose sur internet, il va spontanément se diriger vers des sites comme Amazon ou PriceMinister. Bien souvent, les produits qu’il a commandés viennent de l’autre bout de la France, voire du monde entier. Pourtant ces mêmes produits sont souvent trouvables à côté de chez lui. C’est de ce constat qu’est né Localismarket. Notre place de marché permet au consommateur de faire ses achats autour de son lieu d’habitation.

L’objectif est double. D’une part, nous souhaitons redynamiser le commerce local et récréer du trafic dans les magasins (en plus de la livraison, les commerçants proposent le retrait de la commande en boutique). D’autre part, nous nous inscrivons dans une démarche écologique ; commander près de chez soi permet de diminuer l’impact carbone des achats sur internet.

De quelle façon encouragez-vous les consommateurs à « commander local » ?

L.L : Si quelqu’un achète un produit sur le site et qu’il est dans une zone inférieure à 100 kilomètres de la boutique, c’est ce qu’on appelle un achat local. L’internaute recevra donc sur sa carte de fidélité 1% du montant de l’achat effectué. Une somme qu’il pourra réutiliser pour consommer local !

A contrario, quelqu’un qui habite à plus de 100 kilomètres du lieu où le produit est proposé va régler une forme d’écotaxe s’élevant à 20 centimes d’euros tous les 100 kilomètres. Ce don sera reversé à la fondation Nicolas Hulot.

Vous venez de lever 210 000 euros ; à quoi cette somme sera-t-elle employée ?

L.L : Tout d’abord, il ne s’agit pas de notre première opération. Il y a un an nous avions levé 100 000 auprès de Bretagne Sud Angels pour faire démarrer notre activité. Cette nouvelle augmentation de capital va nous permettre de développer notre activité en France et d’employer de nouveaux collaborateurs ; à l’heure actuelle l’équipe est constituée de 3 personnes, mais nous devrions bientôt passer à 5.
Nous concevons ce deuxième tour de table comme une étape intermédiaire puisque nous comptons lancer une nouvelle levée de fonds avant la fin de l’année. L’objectif est de récolter au moins 1 million d’euros pour bénéficier de moyens supplémentaires notamment en termes de marketing et de communication.

Tous vos investisseurs sont, comme vous, issus de l’écosystème breton ; est-ce un hasard ?

L.L : Non, il ne s’agit pas d’un hasard ! Nous avions une volonté particulière de nous adresser aux fonds bretons. Nous faisons de l’e-commerce de proximité, donc, en accord avec notre philosophie, nous voulons bénéficier d’investissements locaux.

Quel est le moment qui vous a le plus marqué depuis le début de cette aventure ?

L.L : Il n’y a pas vraiment un moment particulier ; nous sommes globalement plutôt contents. La plateforme a été lancée en version béta au mois de mai 2013, nous avons 1158 commerçants professionnels, 114 000 produits et plus de 100 transactions journalières. On reçoit tous les jours des appels de gens qui nous félicitent pour la simplicité de notre site mais surtout parce qu’il est totalement gratuit ; nous fonctionnons sur un modèle freemium, un peu comme leboncoin.fr. C’est pourquoi les levées de fonds sont des moments aussi charnières ; sans elles, nous ne pourrions pas nous financer aussi rapidement. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *