Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Géolocalisation indoor – Premier tour de table pour l’iséroise E-Pick

Géolocalisation indoor - Premier tour de table pour l’iséroise E-Pick

Olivier Bourgeois, Cofondateur d’E-Pick

La jeune pousse E-Pick, créée en avril 2012, vient d’annoncer sa première levée de fonds pour un montant de 180 000 euros. Fondée par Olivier Bourgeois et Thierry Conesa, qui se sont intéressés aux enjeux du commerce cross-canal dès la fin des années 90, E-Pick propose historiquement aux enseignes de la distribution une solution de « store-picking » pour optimiser la préparation des commandes, notamment à l’aide de la géolocalisation.

La solution d’E-Pick permet, sans installation de matériel supplémentaire, la modélisation de l’espace et la prise en compte de paramètres métiers afin de fournir en mode déconnecté des itinéraires indoor efficaces. Elle est le fruit de 18 mois de R&D en collaboration avec l’ESISAR (école nationale supérieure d’ingénieurs en systèmes avancés et réseaux) de l’institut polytechnique Grenoble INP.

Avec ce tour de table réalisé auprès d’investisseurs privés, dont la holding personnelle de Roland Tchenio, président du Groupe Toupargel (livraison à domicile de produits alimentaires surgelés), la start-up entend maintenant s’adresser à l’ensemble de ses autres clients potentiels : les centres commerciaux, les salons et expositions, les parkings, mais aussi les Géolocalisation indoor - Premier tour de table pour l’iséroise E-Pickmusées et les campings. Un moyen efficace pour « tester les différents marchés » d’après Olivier Bourgeois.

E-Pick est actuellement composée de 2 personnes en interne, avec un poste supplémentaire assuré en externe. Elle prévoit d’embaucher rapidement un ingénieur et un commercial et vise 220 000 euros de CA pour sa deuxième année d’activité. Une deuxième levée de fonds d’un montant d’environ 500 000 euros devrait venir compléter ce dispositif d’ici le début de l’année prochaine.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *