Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Recrutement – 1,4 million d’euros pour le réseau collaboratif dédié à l’embauche des cadres

Levée de fonds Keycoopt

L’équipe de Keycoopt

Keycoopt, société spécialisée dans le recrutement des cadres par la cooptation, annonce le closing d’un tour de table s’élevant à 1,4 million d’euros. Une somme injectée par Nord France Amorçage, un family office et trois entrepreneurs du Nord : Lucien Lesaffire, Bertrand Letartre, Jean Baptiste Roquette.

En 2012, lors de son lancement, la start-up lilloise avait déjà effectué une levée de fonds d’un million d’euros. Deux ans après et grâce à cette nouvelle augmentation de capital, Keycoopt ambitionne de devenir d’ici 2016, la référence pour les entreprises en matière de recrutement des cadres.

La jeune pousse, pour l’instant présente en région parisienne et à Nantes, entend se développer sur le plan national, puis international. Selon Nicolas Crestel, co-fondateur du site, cette croissance passera par une campagne de recrutements – l’équipe constituée de 15 personnes pourrait voir ses effectifs doubler – et des investissements dans la communication.

Le concept de Keycoopt s’appuie sur un constat relevé par ses fondateurs : en recrutement, la recommandation (ou cooptation) serait le moyen le plus efficace de trouver rapidement le bon candidat. C’est ainsi qu’est né le premier réseau collaboratif dédié au recrutement des cadres.

Selon la société, qui ne souhaite pas communiquer sur son CA, l’initiative aurait déjà séduit des groupes comme L’Oréal, Auchan, Danone, JC Decaux ou encore Bonduelle. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire

  1. par delescarmouche

    C’est une bonne idée, sauf s’ils se concentrent sur les HEC, ESSEC etc. Qui mine depuis des années l’activité commerciale des entreprises. La France est en mauvaise état industriel et commercial de par le style du recrutement… le diplôme ne fait la qualités requise sur le Terrain. il suffit de voir l’état des grands groupes, les seuls qui s’enrichissent depuis les années90 ce sont les cabinet de recrutement, qui sur évalue les postes pour vendre la prestation plus cher, mais cela ne se transforme pas en chiffre d’affaires, nos grandes écoles sont des gestionnaires, mais des entrepreneurs ni des commerciaux.