Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Transport routier : Chronotruck lève 3,5 millions d’euros

Chronotruck, start-up francilienne spécialisée dans le transport routier, lève 3,5 millions d’euros dont 500 000 auprès de Bpifrance. L’objectif de ce tour de table est de mieux se développer sur le marché français, d’améliorer son logiciel et dans un troisème temps de viser l’Europe.

Lancé en janvier 2016, le transporteur routier btob Chronotruck vient tout juste de réunir 3,5 millions d’euros pour renforcer son développement sur le territoire français, conquérir les marchés allemands et belges dans les 12 prochains mois, et renforcer les performances de sa plateforme de transport.

Rodolphe Allard – CEO et co-fondateur de Chronotruck ©Chronotruck

« Nous misons tout sur l’efficience de timing, plus de 25% des retours se font à vide aujourd’hui. Notre logiciel va donc lutter contre les dégradations mécaniques et le gâchis d’essence en réunissant sur sa plateforme des professionnels du transport et des entreprises qui souhaitent transporter leur marchandise. Cette levée de fonds nous permettra d’améliorer notre système pour y incorporer de la  géocalisation prédictive afin de rentabiliser le temps d’attente des chauffeurs », explique Rodolphe Allard, président et co-fondateur de Chronotruck.

Chronotruck propose une application avec un système de tracking dans la veine des applis de VTC en l’adaptant au transport routier avec des algorithmes de prix instantanés ou encore l’envoie par photo du bordereau de livraison. L’entreprise se rémunère par des commissions faites aux sociétés de transports, elles vont de 15 à 18% en fonction du degré de manutention necéssaire à la livraison.

La start-up francilienne compte pour le moment 12 salariés et espère passer à 50 d’ici fin 2017. En profitant leur tour de table, ils chercheront des profils de commerciaux et de développeurs.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *