E-santé : Doctolib lève 18 millions d’euros

Le fonds Accel et Nicolas Brusson (BlaBlaCar) rejoignent les fondateurs et Kerala Ventures au capital du spécialiste de la prise de rendez-vous médical.

Stanislas Niox-Chateau, cofondateur et CEO de Doctolib. © Doctolib

Stanislas Niox-Chateau, cofondateur et CEO de Doctolib. © Doctolib

Doctolib, leader français de la prise de rendez-vous médicaux en ligne, annonce mardi 13 octobre une nouvelle levée de fonds de 18 millions d’euros. Ainsi le fonds Accel, fonds de capital-risque international, investisseur au sein de Facebook, Dropbox, Spotify et BlaBlaCar, se place aux côtés des fondateurs (qui restent majoritaires), et de Kerala Ventures – Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur et ancien PDG de PriceMinister, Bertrand Jelensperger, cofondateur et PDG de Lafourchette.

Solution SaaSDoctolib – gérable depuis tous types de devices  héberge ses données chez Sigma, agréé par le ministère de la Santé. “Nous travaillons également en lien avec l’Ordre des Médecins pour que tout soit dans les règles”, explique Stanislas Niox-Chateau, président et cofondateur de Doctolib. La levée de fonds opérée mardi, la troisième en deux ans (total : 23 millions d’euros), doit permettre à l’entreprise (120 salariés) d’embaucher d’ici un an une centaine de nouveaux collaborateurs – 500 à horizon 2019 -, afin de démarcher les médecins au plus près de leurs cabinets.  

“Nous voyons tous les praticiens en face à face car chaque solution doit être personnalisée. Le cabinet possède-t-il un secrétariat ? Comment peut-on organiser différemment les prises de rendez-vous ?”… L’entreprise avance qu’elle permet aux praticiens une multiplication par deux de sa productivité en matière de prise de rendez-vous et une réduction de 3/4 des rendez-vous “oubliés”, grâce notamment à une alerte SMS automatique. Par la levée de fonds annoncée cet automne, Doctolib envisage de proposer son offre dans le reste de l’Europe pour atteindre “le plus rapidement possible” les 100 000 médecins. 

Aujourd’hui, Doctolib revendique un “catalogue” de 5000 médecins, payant un abonnement de 100 euros par mois. Un portefeuille qui grossirait de quelque 600 références supplémentaires par mois en cette fin d’année. “Un tiers de nos clients sont des chirurgiens ou anesthésistes, un autre tiers est composé de généralistes ou pédiatre, 25% sont des dentistes. Nous comptons également une centaine d’établissements de santé”, explique Stanislas Niox-Chateau qui précise que “30 à 50% des prises de rendez-vous de nos praticiens sont effectuées via Doctolib. Chez 15% d’entre eux, plus de 50% sont effectués sur le net.” 

Spécialiste de la prise de rendez-vous sur le web, Stanislas Niox-Chateau28 ans, n’en est pas à son coup d’essai dans le secteur puisqu’il est créateur de Balinea.com (spa et salons de coiffure) et investisseur, via un fonds, dans Lafourchette, revendue en 2014 à Trip Advisor.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *