Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Santé : le Montpelliérain Méto&co lève 1 million d’euros

Stéphane Penari, fondateur de Méto&Co. © Méto&Co

Stéphane Penari, fondateur de Méto&Co. © Méto&Co

Fondée en 2007 par Stéphane Penari, la société montpelliéraine Méto&Co a mis au point MetalSkin Medical, un revêtement antibactérien applicable sur tout matériau, qu’il soit neuf ou existant. Ce produit, qui s’utilise comme de la peinture, est particulièrement utile pour les « nids à bactéries » : poignée de porte, interrupteur, robinet…. Breveté en 2014, MetalSkin Medical est un composite ayant les mêmes propriétés que le cuivre mais pour un coût de 5 à 20 fois moins élevé.

Quatre mois après la commercialisation de ce revêtement, Méto&Co annonce une levée de fonds d’1 million d’euros auprès du fondateur de Travel Price Roland Coutas, qui est aussi le meilleur ami de Stéphane Penari, et du Groupe OC Santé. La jeune entreprise et le groupe médical avaient noué un partenariat pour concevoir ce revêtement. Cette opération va permettre à la TPE de six salariés d’investir en R&D et dans un service juridique. Elle lui permettra aussi de renforcer ses effectifs. « Nous allons recruter deux personnes : un commercial, que je recherche activement, pour traiter les demandes qui affluent de plus en plus, et un ingénieur en R&D pour s’occuper du transfert de notre savoir-faire », précise le fondateur et président de la société.  

Meto&Co a également annoncé la signature d’un premier contrat de 150 000 euros avec la clinique Saint Roch de Montpellier, appartenant au réseau OC Santé. Mais la TPE ne cible pas que le monde médical. Elle est actuellement en discussion avec de nombreux industriels comme des fabricants de poignées de porte ou d’interrupteurs qui distribuent leurs produits dans le monde entier. « On fait actuellement entre 300 000 et 400 000 euros de chiffre d’affaires mais sans MetalSkin. Avec les industriels, on va considérablement augmenter nos revenus grâce aux royalties », s’enthousiasme le président. Stéphane Penari espère passer la barre du million d’euros d’ici fin 2016.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *