Jenji lève 6 millions d’euros pour élargir ses marchés

Jenji, la fintech française de « l’Expense Management », lève 6 millions d’euros auprès d’Idinvest, le plus gros fonds d’investissement français, et Axeleo Capital, son investisseur BtoB historique. Elle avait déjà réalisé un premier tour de table de 1 million d’euros en 2017.

Jenji transforme l’expérience collaborateur de la note de frais.

Jenji transforme l’expérience collaborateur de la note de frais.

Avec sa solution en mode SaaS, Jenji transforme l’expérience collaborateur de la note de frais. Le salarié peut, grâce à l’application, prendre une photo de son reçu papier, obtenir en 3 secondes l’extraction automatique des informations sur le ticket (grâce à une IA développée en interne), puis ne pas conserver le document papier, en toute légalité. La dépense est alors déclarée !

Jenji, qui facture son service au nombre d’utilisateurs actifs par mois, permet d’agir en « hub » de l’Expense Management en se synchronisant avec les ERP comptables du client (SAP, Oracle, Cegid, Sage, etc.), la paie (ADP, etc.) et tous les systèmes connexes ; entrée-sortie de personnel avec les logiciels HCM type Workday, SSO et annuaires, systèmes de ticketrestaurants (Edenred, Sodexo), systèmes de travel…

Objectifs visés : réduire les copies et exports manuels d’un système à l’autre, et donc le risque d’erreurs ; comme offrir une chaîne de traitement complète et fluidifiée. Jenji dispose également d’un système d’analyse automatisée, basé sur l’intelligence artificielle, pour « scorer » chaque dépense et faciliter le travail des équipes de conformité ou de contrôle de gestion. La solution remonte alors les anomalies et points à vérifier.

Une diversité de clients

Jenji (35 personnes) connaît une forte croissance en France, son premier marché, en Suisse, au Luxembourg et au Maroc, complétés de façon plus opportuniste sur des sociétés dans plus de 14 pays. La start-up parisienne équipe déjà des grands comptes comme LafargeHolcim, AG2R La Mondiale, l’Assemblée Nationale, Lösinger Marazzi, MAN Truck & Bus… ainsi que des ETI jusqu’aux scale-up (Algolia, Ledger…).

Son ambition à terme : devenir leader européen ! Aussi, ce tour d’investissement intervient pour adapter la solution existante aux spécificités juridiques de nouveaux marchés en Europe. Si plusieurs entreprises majeures à l’international ont déjà recours à Jenji, les équipes commerciales, opérations et support restent implantés en France (Bordeaux, Paris et Rennes). L’ambition est donc de créer une force de frappe commerciale internationale capable d’adresser les besoins de ces pays avec davantage de proximité. La concurrence est rude sur ce créneau de la note de frais, de plus en plus regardée par les entreprises qu’elles estiment très coûteux. Spendesk vient, par exemple, de lever 35 millions d’euros et envisage de recruter 150 personnes dans les dix-huit mois prochains…


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *