Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

La start-up toulousaine Ubleam s’appuie sur LeWeb’13 pour passer à la vitesse supérieure

Après avoir positionné son « Bleam » comme un concurrent plus personnalisable que l’austère QR Code, Ubleam compte sur la réalité augmenté pour décoller en 2014.

Olivier Mezzaroba et Samuel Boury, cofondateurs de Ubleam

Après avoir positionné son « Bleam » comme un concurrent plus personnalisable que l’austère QR Code, Ubleam compte sur la réalité augmentée pour décoller en 2014.

Ubleam continue sur sa lancée. La start-up fondée en 2010 avait levé 550 000 euros l’an dernier et espérait bien étoffer ses effectifs en 2013 pour monter en puissance. Si la jeune pousse entend toujours séduire les entreprises avec ses tags « Bleam » qu’elle veut plus souples et modulables que les QR Codes, elle peut dorénavant ajouter une corde supplémentaire à son arc, en mettant l’accent sur la réalité augmentée. Sélectionnée pour pitcher lors de la Start-up Competition de LeWeb’13 la semaine dernière, Ubleam y a en effet présenté son nouveau concept les Bleam Cards, des cartes de visites intégrant sa technologie.

Viraliser le Bleam
« En proposant ces nouvelles formes de cartes de visite, le but n’était pas de réinventer la transmission des données de contacts – déjà permise par exemple par les fiches vCard – mais plutôt d’ajouter un peu de magie aux premières rencontres et de susciter les discussions » précise Samuel Boury, président et co-fondateur de Ubleam. En scannant la carte avec un smartphone, grâce à une application dédiée, il devient en effet possible d’accéder à du contenu supplémentaire défini en amont : profil LinkedIn ou twitter, vCard ou encore image. L’occasion pour le porteur de développer son « personnal branding », donc. En aval, la solution d’analyse de Ubleam doit permettre d’obtenir des métriques supplémentaires, en mesurant par exemple le nombre d’activation du tag et l’identité de ceux qui l’auront scanné.

« Ce produit très généraliste permet avant tout de montrer une partie des possibilités de notre technologie, en la rendant accessible à n’importe qui » explique Samuel Boury. Les Bleam Cards sont en effet le fer de lance de la stratégie d’expansion de la start-up, qui compte dessus pour « viraliser » le Bleam, y compris auprès d’acteurs qu’elle n’aurait pu toucher qu’avec difficulté autrement. « Actuellement, certains grands industriels français testent notre produit pour leurs forces commerciales » dévoile le co-fondateur de la jeune entreprise.

Ubleam continue sur sa lancée. La start-up fondée en 2010 avait levé 550 000 euros l’an dernier et espérait bien étoffer ses effectifs en 2013 pour monter en puissance.

Les Bleam Cards

Direction les Etats-Unis
En termes de visibilité, la participation à LeWeb’13, évènement français phare de cette fin d’année pour les start-up, aura donc été un coup de pouce bienvenu. « Nous avons pu bénéficier d’un stand et notre séance de pitch a démultiplié notre notoriété auprès de l’écosystème. Nous avons également pu avoir des contacts directs avec de nombreux investisseurs » résume Samuel Boury. L’occasion pour l’entreprise de renforcer son ambition pour les mois à venir : changer d’échelle. Elle souhaite en effet lever 5 à 10 millions d’euros sous 2 ans et s’installer sur le marché américain.

Actuellement composée de 8 personnes, la start-up va donc devoir se structurer en conséquence. Elle entend déjà réaliser un premier tour de table de 1 à 2 millions début 2014 qui lui permettra entre autre de consolider son organisation commerciale française avec plusieurs collaborateurs supplémentaires. Des recrutements qui devront également valider son offre existante. « Notre offre BtoB en mode SaaS fonctionne bien : nous voulons rapidement multiplier le nombre de nos clients sur la plateforme par dix dans les mois à venir » annonce à ce titre le dirigeant.

Mais Samuel Boury sait que son plus grand défi reste de faire du Bleam un standard. Pour cela, il va donc falloir « inonder le marché ». C’est là l’un des rôles des Bleam Cards et de l’approche résolument ouverte que la start-up adopte vis-à-vis des développeurs, des éditeurs et plus généralement de ses clients. Un parti-pris dont Samuel Boury résume l’enjeu en quelques mots : « Le but est bien que les entreprises découvrent notre technologie et les possibilités de la réalité augmentée… pour ensuite imaginer leurs propres usages métiers ».

Les professionnels ne seront d’ailleurs pas les seuls concernés. Pour constituer une communauté d’utilisateurs toujours plus large et variée, Ubleam compte bien profiter des avantages du crowdfunding. La start-up va donc lancer prochainement une campagne KickStarter pour permettre aux particuliers d’acquérir leurs propres lots de Bleam Cards… mais aussi des produits dérivés.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire

  1. OK, direction les USA. Mais sur la vidéo Youtube e présentation de Ubleam, la qualité de l’anglais est à la limite du compréhensible.
    Ca peut avoir un coté « charmant » pour nos amis ricains… mais le principal est d’être compris.