Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Xavier Niel investit dans Sillage, une start-up rennaise

Levée de fonds Sillage

Laurent Sass, co-fondateur de la start-up Sillage

Après avoir lancé en décembre, Kima 15, un nouveau programme d’investissement, le fondateur de Free n’en finit plus d’endosser l’habit de Business Angel.

En novembre c’est la start-up Wandercraft (exosquelettes) qui a bénéficié de son soutien à hauteur de 300 000 euros. Cette fois-ci, Xavier Niel investit, via le fond Kima Venture (crée en 2010 avec Jérémie Berrebi), dans une jeune pousse rennaise, Sillage. 

Fondée en janvier 2012, cette société qui  produit une solution de marketing en temps réel sur internet, vient donc  de boucler un premier tour de table s’élevant à 360 000 euros. Outre Kima Venture, l’opération a été effectuée auprès de Nestadio Capital, le fonds de Florent de Kersauson et de Bertrand Bégin.

L’augmentation de capital vise à commercialiser et à déployer à l’international la V2 de la solution Sillage. Fruit d’un travail de R&D sur les algorithmes mathématiques, cette dernière propose de générer en quelques secondes des pages web personnalisées en fonction des attentes des internautes et induites par géolocalisation, centres d’intérêts, objets de recherches, etc.  

Ce produit « repose sur un moteur d’intelligence artificielle avec un système de pilotage sur cloud pour la performance, allié au Big Data centralisant et traitant les informations, et à l’open data pour personnaliser les données spécifiques métiers » explique Laurent Sass, co-fondateur de Sillage.

Selon lui, si la version est actuellement testée par certains grands groupes du e-commerce, le marché visé est beaucoup plus large ; les sites de réseaux bancaires et les sites immobiliers pourraient être intéressés par le principe de personnalisation de l’information.

La start-up prévoit 480 000 euros de chiffre d’affaires pour l’année 2014. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *