Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

E-commerce: Izberg lève 1,5 million d’euros pour conquérir les Etats-Unis

Les trois cofondateurs de Izberg Marketplace. @Izberg Marketplace

Les trois cofondateurs de Izberg Marketplace. © Izberg Marketplace

Iceberg Marketplace fait peau neuve et s’appelle désormais Izberg. Cette start-up, fondée en 2012 par Luc Falempin, Benoît Feron et Florian Poullin, permet de transformer un site Internet (média, e-commerce, application mobile) en marketplace. Concrètement, l’acte d’achat s’effectue sur la marketplace alors que l’expédition du produit se fait directement par le vendeur.

Disponible entièrement par API, cette solution est commercialisée depuis mai 2014 en mode SaaS. La jeune société facture des frais d’installation et une commission mensuelle à la performance en fonction du nombre d’articles vendus via sa solution. Ses clients proviennent de secteurs variés, de la mode au vin en passant par le bricolage et les médias. D’ailleurs, elle permet aux sites medias qui ont une forte audience de la monétiser autrement en ajoutant une brique e-commerce à leur plateforme.

Izberg, qui ne communique pas son chiffre d’affaires, a levé 1,5 million d’euros auprès d’Alven Capital. Ces fonds serviront à consolider sa place sur le marché français et à se lancer en Europe. « Nous avons plusieurs pistes de business en Angleterre et en Allemagne car ce sont deux pays où le e-commerce est très dynamique », précise Benoît Féron, cofondateur de la start-up. L’équipe souhaite également s’implanter aux Etats-Unis. Elle revient d’un voyage sur la côte Ouest où elle a commencé à tisser un réseau de partenaires. Si la jeune pousse se développe suffisamment, elle devrait, à terme, ouvrir des bureaux outre-Atlantique.

La start-up d’une quinzaine de salariés prévoit aussi de recruter des profils techniques et commerciaux dans les mois à venir. En 2014, elle avait levé 390 000 euros auprès de Fashion Capital Partners et avait reçu le « Prix du jury » des W2C Awards.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *